| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Le guide de l'allaitement > les principes d'or
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Guide de l'allaitement de la naissance au sevrage:

Bien débuter la lactation-les principes d'or
Une bonne mise en place de la lactation commence par.... ce très large dossier qui exprime toutes les règles d'or - bientôt sous forme de publication téléchargeable gratuitement

 

A noter que ces principes d'or, ce n'est pas moi ni même les associations qui les indiquont; elles répondent à des bases physiologiques, qu'on retrouve dans tout document technique de l'organisation mondiale de la santé par exemple;

Une bonne mise en place de la lactation commence par ...

Une bonne mise en place de la lactation commence par ...

  • Une mise au sein au cours des deux premières heures de la vie des bébés, soit en fait dès la salle de naissance. Cette mise au sein est appelée tétée précoce . Elle a son importance, c'est elle qui, confirmée par la chute des hormones placentaires, va lancer la sécrétion lactée-en fait, la sécrétion de colostrum, puis de lait.

  • puis des mises au sein fréquentes, à la demande des bébés (voire: toutes les deux heures, sans attendre que Bébé ne se mette à hurler de faim). A ce "régime" là, vous devriez rapidement déborder de lait

  • Il faut avant tout que vous compreniez, et que vous fassiez comprendre le principe de l'offre et de la demande : seul un sein sollicité délivre ce lait si précieux. Plus le sein est sollicité, plus il sécrète de lait. Plus il a été vidé, plus il se remplit pour la tétée suivante.  Ne vous engagez donc pas dans l'administration de compléments.

  • Dans le cas des grossesses multiples, l'allaitement simultané entraîne une stimulation laiteuse accrue, et de ce fait, favorise une lactation plus rapide.

  • Allaiter la nuit (point qui semble évident).

  • Ne pas permettre les compléments.  

  • Interdire les biberons comme dispositifs
  • Ne pas allaiter pas en "mixte" ni compléter (un bébé au sein, l'autre au biberon, et inversement la fois suivante ou tétée suivie d'un biberon): c'est la porte ouverte à l'échec dans le déroulement de l'allaitement, HELAS.

    Souvent les échecs sont dûs à des apparents manques de lait, lesquels sont la conséquence d'un allaitement mixte. Quand je lis un témoignage d'une maman qui dit qu'elle a fait du mixte.... qu'elle s'est mise à manquer de lait, et qu'elle a arrêté d'allaiter, la plupart du temps c'est dû au fait que la mère a allaité en mixte, point final. La sécrétion lactée est prévue pour des jumeaux (voire des triplés); allaiter à moitié correspond à ne pas allaiter à hauteur de ce que la nature a prévu; les seins n'étant pas stimulés à hauteur de leur information primaire et primordiale, vont sécréter moins; et là on entre dans un cercle vicieux du "manque de lait";

  • Si on peut évoluer vers du mixte, comme le font certaines mères qui continuent à allaiter tout en reprenant leur travail, c'est dans le cas où la sécrétion lactée est déjà bien mise en place, cela peut demander plusieurs semaines .

    L'autre phénomène, et bien c'est la confusion sein/tétine: la succion du sein est totalement différente de celle d'une tétine; l'enfant, très souvent, ne sachant plus trop comment téter le sein, va le téter comme une tétine; cela a pour conséquence de provoquer sensibilité, douleur, voire bobo au sein, et aussi une mauvaise stimulation du sein; lequel va sécréter moins, car il aura été moins stimulé; c'est la porte ouverte au cercle vicieux de l'apparent manque de lait.

    Savoir : . Si le démarrage n'a pas été "génial", on peut retrouver de bonnes mises au sein harmonieuse et à nouveau plein de lait; Il faut le savoir. Tout n'est pas perdu, donc.... on peut toujours repartir en arrière

  • Soyez entourée de votre compagnon,

car un de ses rôles, va être de partager votre bonheur, et aussi, de vous épauler face à l'incompréhension et face aux éventuels problèmes que vous pourriez rencontrer.

Je vous encourage à lire : le Contact paternel existe, je l'ai rencontré , qui exprime le soutien, l'aide, apportés par mon mari.

  • Ayez éventuellement le soutien d'une amie qui a allaité avec bonheur ,

soit qu'elle vous rende visite, soit qu'elle vous appelle, soit qu'elle vous envoie des e-mails que vous apportera votre compagnon.

  • Faites-vous respecter dans votre désir, et dans votre choix d'allaiter.

N'hésitez pas à assener quelques arguments que vous trouverez dans ce document.

  • Ayez confiance en vous, en vos bébés (oui, je sais, ce n'est pas facile quand on vient d'accoucher et qu'on se trouve face à une équipe médicale qui en sait plus que les mères allaitantes qui soutiennent d'autres mères); le personnel est sceptique, tient à ses compléments protocolaires, voire ses biberons d'eau [sucrée]; Au secours...... c'est là que le papa doit intervenir et dire: stop, ma femme veut allaiter, elle peut allaiter, aidez-la ou laissez-la et on fait appel à une association d'aide à l'allaitement maternel.

  • La fatigue n'est pas une fatigue liée à l'allaitement de jumeaux; une tétée allongée est moins fatigante que la préparation d'un biberon (sans compter les courses pour l'achat du lait, la préparation, la stérilisation....); la fatigue, elle est inhérente à l'accouchement, aux hormones, à l'arrivée de deux bébés en même temps.

    Ne confondez pas fatigue et "être cool"; l'allaitement entraîne la sécrétion d'une hormone de bien-être, qui rend les femmes allaitantes plus cools, plus tranquilles, c'est une hormone qui s'apparente à l'hormone sécrétée après l'orgasme. Non, je vous vois venir, cela n'a rien à voir avec "la chose"; c'est l'état de bien-être qui est commun.

  • Ne croyez pas que vous aurez plus de bobos, voire: des bobos parce que vous avez des jumeaux: on n'a pas plus de crevasses quand on allaite des jumeaux, et pourquoi penser à des crevasses?

    En + de 2 ans d'allaitement de jumeaux, je n'ai jamais eu de crevasses;

    • il est indispensable d'une part d'avoir une bonne position d'allaitement (la malposition est le premier facteur de crevasse);

    • que le bébé ait une bonne succion; l'enfant peut ne pas avoir une bonne maturité de succion; souvent, on peut le constater en donnant son petit doigt (bien propre) à téter, pulpe du doigt vers le haut, ongle vers le bas; non, ainsi placé,vous ne blesserez pas vos bébés; vous saurez vite si bébé tète bien ou non; une rééducation peut s'imposer, il s'agit de faire téter l'enfant avec votre doigt, lui dire "non, pas comme ça,fais comme ça", et de l'encourager quand il pose bien sa langue. Puis le mettre au sein.

      Ce problème est donc parfois un manque de maturité de succion, mais le plus souvent, il est généré par le fait que des biberons ont malheureusement été donnés;

  • pas d'hygiène des seins excessive; on croit qu'il faut laver le sein plusieurs fois par jour, alors qu'une fois au savon est suffisante. Si vous souhaitez prendre plusieurs douches quotidiennes, lavez vos seins une fois au savon,et les fois suivantes, passez les à l'eau claire, et c'est tout.

    pas de nettoyage du mamelon avant et après tétées...cela abime la peau, la fragilise, et c'est la porte ouverte aux bobos; de plus, laver le sein avant la tétée détruit l'odeur de votre sein, c'est déroutant pour vos bébés.

  • Sachez que même si le début de votre allaitement, quand vous étiez en maternité, n'a pas été des plus joyeux, tout n'est pas perdu, et je ne suis pas la seule à le dire...vous pouvez reprendre l'allaitement maternel totalement à la maison,détendue, soutenue, informée.
  • A voir aussi, d'autres points importants pour une bonne lactation


La tétée précoce:

J'ai développé le déroulement général de la première tétée appelée tétée précoce sur Première mise au sein en dix leçons, en traitant des cas suivants: "Si arrivée en salle d'accouchement, vous ne savez plus, c'est la panique ..." "La toute première fois..." "Cas de la césarienne" "La toute première fois, quand un ou des bébés doivent aller en unité médicale" "Pourquoi à la tasse et pas au biberon?"

Je vous propose désormais de découvrir les raisons d'être de cette tétée précoce .


Retour à la liste des principes


Des mises au sein fréquentes à la demande des bébés

Allaitez à la demande de vos enfants

et non à la demande du personnel médical qui enjoint parfois à nourrir toutes les trois heures, pour que les enfants ne réclament pas entre minuit et six heures du matin!!!!! J'ai entendu cette réflexion moi-même en maternité.

Comment peut-on forcer des bébés qui ont été nourris en continu in-utero, à ne plus manger la nuit? Et des bébés doivent-ils avoir faim toutes les 3 heures? Jamais les premiers jours de leur vie, où il faut suivre leur rythme.

Vous verrez au bout de quelques jours, vos bébés qui, ayant acquis plus de force, de maturité, commenceront à se réguler.

 

Je devine votre inquiétude, à savoir si vous ne risquez pas de ne faire que allaiter 24/24h si vous allaitez à la demande, alors sachez que:

La première semaine est celle de l'établissement de la lactation, en maternité, où vous êtes déchargée des "tâches ménagères", où vous aurez des nounous pour faire la toilette de vos bébés, votre compagnon pour les changes pendant les heures de visite. Vous n'aurez à vous consacrer qu'à votre allaitement à la demande des bébés, ainsi qu'à votre repos, votre bien-être.

La première semaine à la maison est très importante, plus encore que celle à la maternité, car c'est la semaine où vous êtes hors cadre médical, et où vous aurez une petite baisse de régime, au bout de 2-3 jours généralement. Vous constaterez que le comportement des bébés s'est légèrement modifié, ainsi que leur demande. Ne croyez pas que vous manquez soudain de lait,  c'est une baisse de régime normale, appliquez les principes établis plus haut, et vous verrez rapidement un retour à la normale.

Aussi vous vous déchargerez sur votre compagnon ou une amie pour les soins des bébés et les repas (calculez vos quantités pour avoir des restes de votre dîner à réchauffer pour votre déjeuner) et fermerez les yeux sur la poussière.

Quelques jours après votre retour à la maison, vous pourrez, si vous le souhaitez, tenter d'apporter une certaine régulation,

si vous sentez que c'est cela qui vous convient, et si les bébés ne convergent pas vers une mise au sein régulière. (Il est en effet hors de question de conduire un allaitement à la demande si vous le faites à contre-coeur, il vaut mille fois mieux donner le sein toutes les trois heures avec bonheur).

Vous pouvez opter également pour l'allaitement simultané; mais cela signifie que dès le départ vous aurez plus ou moins réglé la simultanéité de réveil de vos bébés avant qu'ils ne se mettent ensuite à manifester leur faim en même temps. Vous gagnerez en "accélérant" la mise en place de votre lactation, mais vous perdrez peut-être en intimité. N'oubliez pas qu'un bon allaitement simultané signifie que vous disposez de vos mains (chose impossible en cas de gros oedème douloureux), que vos deux bébés savent saisir le mamelon de leur main, ou tout au moins un des bébés, et qu'une personne vous a aidée les premières fois pour que vous maîtrisiez les bases des positions..

Personnellement, Alexandre et Maximilien ont fini par se réguler à 4 semaines, et depuis leurs 3 mois, ils ont une tétée: le matin au réveil, le midi, l'après-midi vers16h, le soir vers 19h30 (les tétées nocturnes sont passées à 2, puis 1 progressivement, puis aucune, sinon des tétées très courtes, des tétées-grosse chaleur, tétées-anti-cauchemars, tétées-anti-bobo).

Retour à la liste des principes


Le principe de l'offre et de la demande

Ce principe de l'offre et de la demande signifie: Pour que vos bébés vident vos seins, il faut qu'ils aient faim, qu'ils aient un bon réflexe de succion, qu'ils ne confondent pas sein et tétine, qu'ils ne deviennent pas paresseux car ils comprendront vite, s'ils ont des compléments de lait industriel, que le lait s'écoule sans effort d'un biberon.

Or, l'ajout de complément protocolaire remplit bien l'estomac de vos bébés, ce qui fait qu'à la tétée suivante, ils ont moins faim, tètent moins, sollicitent moins le sein; ils doivent faire travailler mâchoires et langue différemment, et la confusion sein/tétine vous guette; vous guette également le phénomène de baisse de lactation et donc sevrage rapide au profit du biberon, comme si vous faisiez du mixte.

En conséquence:

  • avant que l'heure de la tétée suivante ne "sonne", vos bébés se manifestent, car ils ont faim -normal, ils ont peu tété la fois précédente- et là, c'est le saut aux conclusions: vous n'avez pas assez de lait, il faut un complément. Moralité, on re-sert un complément, qui gave vos bébés, qui n'auront pas très faim la fois suivante etc... etc... etc. Le sein, peu sollicité, délivre de moins en moins de lait, et voilà pourquoi tant de femmes disent "je n'avais pas de lait".
  • très rapidement, vos bébés vont "matraquer" vos mamelons, qui deviendront douloureux. Pour peu que vous ne sachiez ou n'arriviez pas à trop bien gérer la guérison de vos mamelons, vous donnerez de moins en moins le sein. Voilà pourquoi les femmes taisent qu'elles "avaient vraiment trop mal aux seins".
  • par un savant dosage des points susmentionnés, et l'intelligence de vos bébés, qui continueront certainement à "tétouiller" pour le plaisir, car les bébés aiment et ont besoin de téter vos seins, ils téteront pour le plaisir, mais ne solliciteront pas le sein pour avoir du lait, et tout d'un coup, ils s'impatienteront pour avoir leur complément qui deviendra tétée au biberon. Parce qu'ils auront compris d'où le lait coule le plus vite.

Retour à la liste des principes


L'allaitement simultané pour démarrer la lactation

 

Il est reconnu que l'allaitement simultané stimule beaucoup la sécrétion lactée et permet donc de bien établir la montée de lait.De la même manière, si l'un des bébés téte mieux que l'autre, vous avez intérêt à mettre ce bébé au sein, à attendre que le lait s'écoule de l'autre sein (c'est le mécanisme du réflexe d'éjection) et alors, à mettre le second bébé au sein.

 

Du plan des bébés:

Vous pourrez éventuellement, une fois qu'elle sera bien établie, allaiter vos bébés séparément, si vous le préférez, et si vos bébés le préfèrent.

L'allaitement simultané se décidera entre vous et eux. Si vous optez pour l'allaitement simultané, ne soyez pas surprise, si un jour, vos bébés rechignent et font montre d'une volonté d'exclusivité. De la même manière, un jour, vous aurez un bébé au sein, et l'autre, déjà repu, fera peut-être des signes manifestes pour revenir téter...avec son compagnon de corps.

Certains bébés refusent la tétée seuls, d'autres la réclament...

 

Du plan de la pratique:

Pour la gestion de l'attribution des seins à vos bébés voir la rubrique thématique des seins  

Un dossier est en ligne, dédié aux positions lors de l'allaitement simultané A savoir qu'il vous faudra une bonne dextérité dans les mains et les bras, quelques essais avec une aide, et qu'au moins un des bébés sache saisir votre mamelon. Sachez qu'il existe des positions assise, et allongée.

Mon avis est que vous devez éviter de trop "gémelliser les tétées". Autant il est hors de question de ne vous occuper que d'un bébé à la fois tout le temps, et de le séparer de son compagnon, autant vous vous devez de les considérer chacun comme des entités bien différentes, ayant leur existence propre, et leur consacrer du temps à eux seuls.

On peut également rencontrer des difficultés qui, sans qu'on le sache, sont liées à l'allaitement simultané. Telle cette maman qui un jour me contacta par téléphone, car un de ses enfants avait tendance à hoqueter, et régurgiter en pleine tétée; elle devait donc le relever, et de ce fait, son frère "décrochait du sein". Sans compter quelques "batailles" de sein.... En fait, l'un des bébés tétait très fort, et imposait un fort réflexe d'éjection à son frère, un réflexe d'éjection si fort que son frère en hoquetait, et par voie de conséquence, régurgitait. Quant au bébé fort téteur, il "décrochait" du sein, par suite de malposition.


Si vos bébés sont de ceux qui réclament la tétée simultanée, tentez de réserver une des tétées en un câlin à 2: bébé + maman.

Il faut répartir les activités à 2 (+papa), à 3 (+ papa) sans chronomètre, mais avec justesse.

 

Mis à part deux ou trois essais à la maternité et à la maison, j'ai toujours opté pour la tétée avec un seul bébé. Mais un jour récent, pendant les grandes vacances, Maximilien revint un jour au sein, tandis qu'Alexandre tétait. Nous avons ainsi opté pour la tétée simultanée le soir (les bébés allongés en hamac à mes côtés, mes coudes étant calés par un coussin, parfois l'un à mes côtés, et l'autre sur mon ventre), suivie d'une mise au sein individuelle, un "câlin-sein"; dès qu'ils quittent le sein, nous jouons ensemble, avec possibilité de revenir au sein...jusqu'à l'heure du dodo. Lors de "coups de feu", également, j'opte pour une tétée simultanée, suivie d'une mise au sein individuelle.

Néanmoins le manque de relation intime le soir semblerait leur manquer, car ils ont un peu tendance à se réveiller à nouveau la nuit....nous allons donc changer de programme, et vous tiendrons au courant!

Retour à la liste des principes


  Si vous décidez d'allaiter vos bébés séparément:

Pour savoir comment attribuer vos seins, voyez ici

 

Pour ce qui est des positions:

Un dossier est en ligne, dédié aux positions lors d'allaitement. Vous pouvez allaiter assise, ou allongée....


Retour à la liste des principes


 

Allaiter la nuit:

C'est également essentiel pour une bonne sécrétion lactée.

Allaiter la nuit fatigue-t-il? Si vous vous organisez comme je le préconise, vous limiterez la fatigue.

  • Un bébé se réveille? Voyez avec votre compagnon à vous partager les allées-venues pour amener Bébé au sein et le ramener à son lit. (Vous pourrez éventuellement déterminer, entre vous, de qui se lèvera, et éventuellement sur quelle tranche horaire).

Chargez par exemple, votre compagnon de changer Bébé et de vous l'amener au lit, où vous allaiterez dans la pénombre et allongée. Le papa se rendormira facilement. Vous, pourrez somnoler, et/ou vous rendormir.

  • Autant que possible, prenez la place de droite ou de gauche, de manière à ce que Bébé soit au milieu, entre votre compagnon et vous. (Si le papa dort et ne peut vous céder sa place, reprenez votre place, après avoir organisé une "barrière" de lit).
  • Vous avez la possibilité de recoucher Bébé repu et endormi, ou d'en charger le papa. Et éventuellement d'allaiter "dans la foulée", et s'il est réveillé, le deuxième bébé.
  • Ou bien, rendormez-vous avec Bébé contre vous; vous ou votre compagnon irez le recoucher dans son lit.... quand son frère ou sa soeur se réveillera.

 

Ne craignez pas de vous endormir, vous n'écraserez pas votre bébé. Entre vous, il ne risquera pas de tomber, ce n'est que vers l'âge de dix mois que, s'il ressemble à un certain petit Maximilien ou à un petit Alexandre par exemple, il pourra s'asseoir entre vous, et éventuellement aller voir ailleurs ce qui s'y passe. Mais à cet âge-là, si il se réveille la nuit, il s'agira d'un "cauchemar", ou d'un bobo, et Bébé se rendormira vite.


Une autre solution consiste à faire dormir les bébés dans votre chambre, pendant leur premier mois par exemple.

Si leur lit est contre le vôtre, vous vous épargnerez des allées et venues, n'ayant qu'à tendre les bras, et les prendre contre vous pour la tétée.

L'on vous "conseillera", assurément, que "un bébé dans le lit de ses parents, oh la la, mais il ne faut pas, sinon il y restera jusqu'à ses 5 ans etc...". Faux. Tout d'abord, il vous appartient de faire dormir vos bébés dans votre chambre voire dans votre lit aussi longtemps que vous le déciderez. C'est un choix, une philosophie, un mode de vie que personne n'a à discuter.

Enfin, vous pourrez faire coucher vos bébés dans leur propre chambre au bout de quelques semaines ou mois, sans problème, si vous le souhaitez. Et réserver les endormissements à 3, ou plus, dans le lit parental, dans les cas de grosse flemme ou de grosse fatigue.

  • Si j'en crois notre expérience, nous avons opté pour l'allaitement dans notre lit au bout d'une quinzaine de jours. J'étais épuisée d'allaiter assise dans le fauteuil de la chambre des bébés, me retenant de me rendormir, me retenant quasiment de tomber du fauteuil. Une amie m'a appris comment me positionner pour allaiter allongée, et c'est devenue LA position nocturne.
  • C'est par période que nous nous rendormons, le papa, le bébé qui tète, et moi-même, sans pouvoir d'ailleurs déterminer QUI s'est rendormi le premier. (ceci étant la question du matin). Ce sont de petites périodes de fatigue, ou de flemme, disons-le, consistant à se dire: oh je ne me relève pas. Un autre prétexte est parfois: "pour ne pas réveiller son frère". Pourquoi ne pas accepter le fait qu'on est douillettement enfoui sous la couette, et que l'on n'a pas toujours envie d'en sortir....
  • Quel est le "principe" qui veut que la maman soit à la maternité "pour se reposer, c'est pourquoi on prend les bébés la nuit, on leur donne un biberon".

La conséquence est un mauvais départ dans la lactation. Il faut allaiter la nuit, allaiter allongée dans son lit, dans la pénombre. demandez des barreaux de lit (c'est une chose à laquelle je n'avais pas songé) ainsi vous n'aurez crainte que vos bébés ne tombent, et vous pourrez dormir tranquille, vous tournant et retournant selon le bébé affamé.

La conséquence est que certaines nounous de garde la nuit, qui donc sont sensées travailler de nuit, vont faire une tournée de biberons nocturnes vers minuit, puis aller se reposer dans leur salle (parfois sans daigner répondre à vos coups de sonnette).

Eventuellement, si une nuit, vous ne pouvez vraiment pas, tirez votre lait, et faites le donner à la tasse, à la cuillère, ou au coquetier par votre mari.

 

Evolutions nocturnes

Ne pas omettre que les enfants se régulent; que les enfants allaités ne sont pas des enfants qui se réveillent la nuit; ils ne se réveillent pas plus que les enfants au lait industriel.

Il a été démontré dans une étude de bébés au lait industriel et de bébés au lait industriel + farine, que les deux groupes se réveillaient tout autant la nuit. Supprimer une tétée au sein pour un biberon, dans l'idée que l'enfant fera mieux ses nuits, est une illusion, et son résultat s'il est positif,sera très aléatoire.

Le couple peut décider, au bout de 3 mois par exemple, que le papa se lèvera la nuit, pour re-border l'enfant, lui expliquer que c'est la nuit:

L'enfant qui se réveille n'est pas toujours un enfant affamé, il faut bien le savoir, et bien se le remémorer et l'assimiler en même temps qu'assimiler une bonne confiance en soi: le réveil nocturne concerne tous les enfants, au sein ou au biberon.
Le réveil nocturne peut provenir de la faim, certes, mais aussi:
1/ des dents, et la succion de votre sein soulage les gencives de votre
enfant; même si rien ne perce, cela se prépare
2/ cauchemar aussi
3/ l'envie de faire coucou. Oui, l'enfant est parfois ... un être qui exagère: il a besoin de dire:"salut papa, salut maman, j'ai envie de vous voir" et que ce soit la nuit ou le jour...

L'idée pourrait être de faire participer le papa: qu'il se lève, et aille voir Bébé, lui dire: on est là, on fait dodo, allez fais dodo; on est près de toi. Allez essaie de dormir, papa et maman ont besoin de dormir pour être en forme demain et faire joujou avec toi.

Pourquoi le papa? parce que les bras paternels ne sont que des bras, et non des bras proches de seins-tétée.

Souvent l'enfant se rendormira....peut-être pas le premier jour. Pourquoi ne pas en profiter pour donner la peluche préférée, si peluche préférée il y a, bien imprégnée de l'odeur de sa maman, en ajoutant: prends ta peluche dans tes bras.

Ou bien le soir juste avant la tétée de mise au dodo, dire que "papa et maman ont besoin de dormir pour être en forme demain et faire joujou avec toi" peut se révéler assez efficace.

A vous de moduler bien sûr....
Mais cela peut marcher....j'ai vécu cette situation en double exemplaire plusieurs fois, depuis 20 mois; enfin, beaucoup moins souvent depuis quelques temps quand même! Mais notre grand risque, c'est que l'un réveille l'autre, mais vous le savez peut-être...

 

Ne pas allaiter la nuit, signifie:

engorgements les premiers jours, si vous sautez la tétée nocturne. A court terme, pour peu que vous maîtrisiez mal la guérison de vos mamelons devenus douloureux par l'engorgement, ce sera la fin de votre allaitement, sauf si vous allaitez à nouveau la nuit.

Ne pas allaiter la nuit, signifie donner un biberon; donner un biberon signifie la presque fin de votre allaitement sauf si vous supprimez ce biberon. Référez-vous au thème du principe de l'offre et de la demande, et au complément.

Ne pas allaiter la nuit, signifie donner du lait industriel; soit des problèmes digestifs à venir; soit une baisse de la lactation, et donc un sevrage à court ou moyen terme


Avoir confiance en soi et en ses enfants; ne pas confondre fatigue avec bien-être; se rappeler qu'il est moins fatigant et prenant sur tous les plans, d'allaiter allonger au lit (quitte à se rendormir si on le peut pendant la tétée), que de devoir dépenser énergie et argent à préparer des biberons.

Retour à la liste des principes


Ne pas permettre les compléments

 

Des compléments sont donnés à tort et à travers, au nom du protocole, de la préférence de certains personnels à faire biberonner pour s'épargner du travail, et de l'argent (parce que des entreprises continuent à fournir les maternités en stocks gratuits de lait artificiel.)

Des compléments sont donnés à tort et à travers parce qu'il a été décidé qu'ils seraient donnés si les bébés pesaient moins de xx kg, si les bébés prenaient peu de poids leur première semaine,

  • Un bébé allaité prend moins de poids qu'un enfant au lait industriel, parce qu'un bébé au lait maternel ne prend que ce dont il a besoin.

Vous ne verrez jamais un bébé au lait maternel obèse, ni bouffi comme ces bébés qu'on exhibe fièrement "regardez ce bébé de 9 mois, il en paraît 18, n'est-il pas en bonne santé?".

STOP, un bébé en bonne santé n'est pas un gros bébé. Un bébé sait exactement ce dont il a besoin, c'est le seul stade où l'être humain va s'alimenter selon ses propres besoins, et non "finir son biberon-son assiette-reprendre un peu de ce plat" pour faire plaisir à papa-maman, ou pour se remonter le moral.

Le livre l'Art de l'allaitement maternel de la Leche League indique qu'une moyenne de 110 à 200 g par semaine par bébé est un gain de poids satisfaisant. Et qu'on ne devrait pas s'inquiéter d'un gain légèrement inférieur au cours d'une semaine ou d'un mois quelconque, le tout étant que vos bébés prennent régulièrement,même lentement, du poids. Considérez également vos bébés dans leur globalité: ont-ils l'air affamé?

Du fait même que vos bébés indiquent à vos seins, par leur succion, ce dont ils ont besoin en protéines,lipides, glucides, vitamines, etc...., ils géreront eux-mêmes votre sécrétion, et l'équilibreront. Donc quand bien même ils téteraient douze fois par jour, leur équilibre ne serait pas rompu.

  • Un bébé qui pleure n'est pas toujours un bébé affamé.
  • Un bébé qui veut téter n'est pas toujours un bébé affamé.

Sachez que téter n'est pas synonyme de faim. Le besoin de téter est aussi un besoin physiologique de bébé, un besoin d'être réconforté, la naissance n'est pas déroutante uniquement pour vous, jeune maman, c'est un nouveau monde qui s'ouvre à vos bébés.

Ne croyez donc pas que vos bébés pleurent et réclament le sein uniquement parce qu'ils ont faim, et faites-le comprendre à votre entourage ou au personnel s'ils ont des doutes de vos capacités de maman allaitante. Si trop de telles réflexions vous gênent, ne les écoutez pas, éventuellement faites le barrage aux visites ou appels, votre bien-être, votre bonheur, votre mise en place de la lactation sont plus importantes que d'écouter des inepties. (Ces réflexions, vous les entendrez encore tout au long de votre allaitement, imaginez que depuis onze mois, j'en entends....mon intention est de dédier une page WEB aux réflexions entendues de part et d'autres, et les réponses ou impertinences à rétorquer. )

  • Donner du lait industriel comme complément.... Pense-t-on à du lait maternel tiré d'un tire-lait?

Par expérience, car Maximilien n'avait pas la force de téter mes mamelons gorgés de lait (ma montée de lait a été "tardive", mais très quantitative), je me suis mise finalement à vider un peu mes seins, avec un tire-lait, à le donner à mon bébé, dix millilitres environ; de là, je le mettais au sein, et il avait la force de téter (avec un sein moins gorgé de lait aussi).

Car il faut savoir une chose: si votre sein est gorgé de lait, vos bébés (d'autant qu'ils seront peut-être nés avant terme) n'auront peut-être pas la force nécessaire de le vider, tout au moins d'amorcer la tétée (les 2 premières minutes de la tétée). Vos bébés ont faim, hurlent, refusent le sein car trop difficile pour eux... Videz un peu votre sein, afin qu'il soit moins congestionné, conservez ce lait qui peut vous servir, et remettez vos bébés au sein.

En fait, je suis très heureuse d'être une maman de jumeaux allaitante, car c'est Alexandre qui a "sauvé" ma lactation, car lui, c'était "droit au but, et pas d'histoire".

  • L'allaitement maternel est sain, il est bon pour la santé de la mère (réduisant les risques de cancer du sein, entre autres) et le lait est sain pour le bébé, réduisant les risques de développer maintes maladies du nourrisson et de l'enfant plus tard.
  • Surveillez les couches, si chacun des bébés mouille ses couches, c'est qu'il prend du lait.

J'espère avoir développé assez d'arguments pour limiter les éventuels compléments protocolaires. Je vous encourage vivement à faire du forcing; à force de se faire entendre, nous arriverons peut-être à une formation de tout le personnel médical en matière d'allaitement.

Et si vous n'avez décidément pas le choix à la maternité, une fois chez vous, vous relancerez votre lactation à l'aide des règles d'or énoncées plus haut.

Retour à la liste des principes


Interdire les biberons comme dispositifs:

Une autre catastrophe (le terme est rude, mais nous sommes sollicités quotidiennement pour rattraper des allaitements) due en partie au personnel de la santé, mais aussi due aux puéricultrices, aux industriels, aux publicitaires, aux fabricants de jouets, c'est le biberon.

"On" sort un nouveau biberon, qui lui, ne donne pas de diarrhée ou colique, ce qui tend quand même à montrer que le biberon n'est quand même pas anodin....on créé une nouvelle tétine.....Laissons le biberon aux enfants qui reçoivent du lait industriel, et laissons le téton aux enfants allaités au sein...

Une étude a été faite sur la façon de téter un sein, et de téter une tétine, (voir Liens vers d'autres sites), et croyez-moi, le téléchargement de l'animation vaut le détour... et vous vous garderez de donner un biberon désormais. Tout dans l'anatomie du bébé travaille différemment: langue positionnée différemment, travail de la langue, des machoires, diffèrent totalement. D'où la confusion sein/tétine que j'évoque plusieurs fois dans le Guide de l'allaitement, La première tétée et par exemple dans Travailler et allaiter

Si donc vous souhaitez faire donner un peu de votre lait par le papa, une nounou, travailleuse familiale, ou babysitter, vous pouvez tirer votre lait, le réfrigérer, et le faire donner:

  • à la tasse, au coquetier, à la pipette, à la seringue (dont vous aurez ôté l'aiguille)
  • au Soft-Cup de Medela ; c'est un dispositif qui ressemble à une cuillère,dont le manche serait un tube contenuant le lait. L'enfant ne tète pas, il lape le lait qui s'écoule goutte à goutte de la cupule;

mais pas au biberon......

Et si vous devez absolument donner un complément à la maternité, idem, faites le donner avec n'importe quel dispositif, hors celui de "biberon+tétine".

Je voudrais préciser quand même qu'il y a des professionnels de la santé qui se mobilisent en faveur de l'allaitement maternel, pédiatres, généralistes, puéricultrices......... ils ne sont pas légion, mais ils existent, forment des associations, certains se mobilisent auprès de notre association, pour aider la mère qui le souhaite, à vivre son allaitement harmonieusement-pourquoi ne pas vous faire connaître...

 
 
 

Points Importants:

Les principes d'or sont:

  • une mise au sein précoce, les seins doivent au plus vite, recevoir l'information: bébé né, donc fabriquer colostrum/lait
  • mises au sein à la demande de l'enfant; plus l'enfant va souvent au sein, plus la lactation s'établit
  • donnez le sein la nuit, c'est là que le pic hormonal est au maximum
  • si vous complétez par de l'eau sucrée ou du lait artificiel, votre enfant n'ayant pas faim, va téter pour le plaisir, mais ne va pas lancer l'ordre de fabriquer du lait. C'est réversible: en supprimant le lait artificiel, c'est faisable
 
Et surtout bien vous dire: ce sont des principes d'or; mais la réalité est parfois bien différente; alors ne paniquez pas; ne culpabilisez pas si à un moment donné, vous n'avez pas suivi un de ces principes; car les seins répondent à un mécanisme ULTRA-SOPHISTIQUE, qui fait que des seins mal sollicités peuvent parfaitement redémarrer!!!
 
En allaitement maternel, rien n'est jamais fichu/foutu!
 
Edition 2004
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation