| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Le guide de l'allaitement > réveils nocturnes
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Guide de l'allaitement de la naissance au sevrage:

Enormes difficultés d'endormissement
soudaine-nuits et sieste; chaque parent trouvera "sa" solution, mais savoir pourquoi l'enfant se réveille aide à mieux vivre la situation, toujours!

 
 
 

Un petit garçon de 7 mois et demi éprouve de plus en plus de difficultés à s'endormir le soir.Même les siestes sont difficiles pour l'enfant...tout cela désempare les parents

30.06.99

Bonjour,
Et merci de votre confiance renouvelée.
Je pense que le sevrage de Lucas s'est bien passé après notre échange de mars, et j'espère pouvoir vous apporter la meilleure aide possible pour vous aider à passer ce cap du mauvais endormissement de Lucas. 

Je vais certes vous proposer des solutions, mais aussi des causes possibles; outre l'âge des nouvelles découvertes et intérêts de Lucas, il peut y avoir différents motifs à son soudain "énervement". Il est évident que vous trouverez alors aisément une solution, si le soudain énervement de Lucas est parmi les causes possibles qui suivent; sinon, il restera encore les solutions que je vous propose plus bas.

 

Quelques causes possibles:

  • il arrive que l'enfant aborde une période difficile, en rapport avec ses nouvelles activités, et il est vrai que toute la première année est pleine de découvertes, manuelles, intellectuelles, qui vont parfois créer une sorte de "crise d'intérêt" chez l'enfant qui du coup ne va plus vouloir dormir, mais continuer à jouer, à découvrir;

je vous aiderai peu, certes, en vous disant que j'ai un problème moi aussi, à la maison avec mes enfants, qui sont en âge d'exercer leur volonté sur les choses et sur moi, à me tester, me narguer, me toiser et me regarder de haut.

Je me rappelle aussi des périodes difficiles qui étaient, souvent, en rapport avec des progrès dans leur manière d'appréhender les choses, ou de les manipuler. Voire, Maximilien n'arrivant pas à exercer son pouvoir manuel sur des briques....

  • Un autre motif possible à son soudain énervement, c'est un changement dans la vie de Lucas; changement signifie un peu tous les changements, même ceux qui peuvent vous paraître transparents: dans le genre grand changement, il y a le déménagement, mais aussi les modifications dans l'agencement de la chambre de Lucas, le retour de vacances, quelqu'un qui emménage pour des vacances, une nouvelle nounou, ou plus simplement une tension déjà existante dans le couple qui est ressentie par l'enfant....

  • Lucas n'aimant apparemment plus faire la sieste non plus dans son lit, avez-vous modifié quelque chose dans l'apparence de son lit? avez-vous retiré les réducteurs de lit? avez-vous changé les tours de lit? un enfant n'aime généralement pas les modifications qu'on apporte à son lit; il doit au mieux, avoir les mêmes peluches, les mêmes jouets.... voire ce qu'on appelle un "doudou", c'est à dire, pour moi, un objet qu'il aime particulièrement.

  • La soudaine envie de dire: moi je veux encore jouer avec vous-c'est aussi l'envie de faire coucou. Oui, l'enfant est parfois ... un être qui exagère: il a besoin de dire:"salut papa, salut maman, j'ai envie de jouer avec vous, et de vous voir autour de moi" et que ce soit la nuit ou le jour...ce qui parfois se traduit par un état d'énervement, l'enfant veut jouer, mais à un moment donné, il fatigue, pleure, n'arrive pas à s'endormir, et pourtant il est vraiment fatigué....

  • Un refus total de dormir, l'intérêt de Lucas pour son entourage, objets, joujoux, personnes, mais aussi ses nouvelles capacités à agir sur son entourage, étant plus fort que toute fatigue physique, l'empêchant de dormir... même la journée.du coup, il fatigue son entourage, vous deux en l'occurence, et on tombe dans un cercle vicieux: maman fatiguée, et elle en a parfaitement le droit, donc moins patiente, donc arrivant moins bien à endormir l'enfant, qui s'énerve de vouloir jouer et de ne pas pouvoir pour cause de fatigue etc......

  • Un dernier point à évoquer, non négligeable, mais que je souhaiterais évoquer comme éventuelle piste, c'est: est-ce que Lucas couve quelque chose? vous le sauriez, car vous êtes à même de toute façon de voir comment se porte Lucas, mais c'est à mon avis une chose à mentionner.

Le fait est que la nervosité de l'enfant, quelqu'en soit le motif, va avoir des retombées sur la vie de la mère, et du couple, ce qui entraîne une réaction chez l'enfant qui va montrer plus de nervosité encore.... Mais ne jetons la pierre à personne, il est tout à fait normal de ressentir de l'impatience, quand son enfant en est à plusieurs jours, voire apparemment plusieurs semaines, à ne pas vouloir s'endormir, à ne pas pouvoir s'endormir. 

Rassurez-vous, dans le sens que ce doit être passager, que vous trouverez assez vite une solution, parmi celles qui suivent, j'espère, et sinon, recontactez-moi, pour m'expliquer l'évolution de vos essais et de Lucas.  

Parmi les solutions:

  • et bien je vais exceptionnellement commencer par une question: vous aviez entamé un sevrage, en mars, est-ce que vous venez juste de stopper les mises au sein? cela pourrait aussi être significatif.... l'enfant soudainement sevré totalement se rebellerait....

quoiqu'il en soit, une solution serait la mise au sein avant de dormir uniquement, la tétée-câlin le soir avant d'aller au dodo. Il n'appartient qu'à vous d'opter pour cette solution, mais si vous venez juste de finir le sevrage....il peut y avoir un rapport. Cela ne signifie pas de donner le lait maternel, mais juste un câlin, sans modifier l'alimentation de Lucas; comme il sera repu, il ne cherchera pas de toutes façons à stimuler la lactation.... juste à téter pour le plaisir.

  • moi je veux encore jouer avec vous...

instaurer une sorte de rituel: dire au-revoir aux pièces traversées pour aller se coucher, dire au-revoir à l'abat-jour de sa chambre, dire au-revoir aux joujoux dans leurs rangements, dire au-revoir à un objet particulier avec un bisou (tout le monde fait un bisou à cet objet), puis le coucher, avec un câlin dans les bras, éventuellement, et donner la peluche préférée, si peluche préférée il y a, bien imprégnée de l'odeur de sa maman, en ajoutant: prends ta peluche dans tes bras.

  • Ou bien dire en couchant Lucas, que "papa et maman ont besoin de dormir pour être en forme demain et faire joujou avec toi" cela peut se révéler assez efficace. Ne pas hésiter à répéter cette scène plusieurs soirs de suite!

  • Eviter tout stress parental, avant de coucher Lucas, car il va sentir de toutes manières l'énervement. Si la maman est fatiguée, physiquement, moralement, c'est à vous le papa de mettre au lit Lucas; la maman participe au rituel des au-revoirs, mais la mise au lit se fera par le papa pendant quelques temps. Il ne faut pas avoir honte de se dire: bon allez, à toi de le faire un peu!! Dans la même optique, si vous pensez que Lucas aura du mal à s'endormir, et bien il aura du mal à s'endormir....

  • Souvent l'intox marche, et il ne faut jamais manquer alors de féliciter le
    petit trésor de son bon endormissement, maman est en pleine forme, c'est
    super, et aussi papa (et oui, le papa bosse, il ramène la pitance, les
    tonnes de tablette de chocolat, ou les paquets de gâteaux, c'est selon...)

  • A savoir, mais à déterminer lors d'un prochain éventuel échange, il y a l'homéopathie, qui peut offrir un traitement pour que votre enfant soit plus serein au moment du coucher; et ne pas tomber, surtout pas, dans les sirops pour dormir!!! je précise cela, car c'est vrai qu'ici, en France, les adultes sont champions dans la prise de somnifères, mais les enfants aussi, et cela, c'est catastrophique!

  • En dernier recours, mettre Lucas au lit, en disant que papa et maman sont très très fatigués, qu'ils vont laisser Lucas pleurer mais ne se relèveront pas pour le voir; et laisser Lucas pleurer une fois mis au lit; cela pendant 3 jours s'il le faut. C'est très très dûr, ET il faut que les DEUX parents soient d'accord, et qu'ils dorment à l'autre bout de la maison si c'est possible, peut-être plus dûr en appartement....

  • Pour que vous teniez le coup, et ne pas tomber dans la dépression, l'énervement, et le risque de prendre quelque chose de fort par la suite, la maman peut faire appel à l'homéopathie dès maintenant: un mini-traitement "anti-déprime" (par exemple à base de lithium oligosol, d'hypéricum en teinture mère etc.....-il suffit de consulter un médecin homéopathe pour un traitement vraiment adapté, il existe des généralistes avec cette spécialité) voire l'acupuncture....

mais il ne faut pas rester comme ça dans un mauvais état; si vous en avez la possibilité, est-ce que votre femme peut inviter une soeur, ou une bonne amie, qui lui tiendra compagnie, et ainsi, même si le pb de Lucas n'est pas résolu, sa présence fera office de soutien, et de partage des tâches vis-à-vis du bébé.

 
Voici quelques idées de causes et quelques solutions; essayez les pendant quelques jours, et recontactez-moi pour me dire comment ça se passe.....
J'espère de tout coeur que cet échange sera suffisant, tenez-moi au courant de toutes façons,
 
Amicalement,
Françoise Coudray

D'autres échanges sont en ligne


Bonjour,

Notre petit garçon a 7 mois et demi et depuis quelques semaines, nous rencontrons de plus en plus de difficultés à l'endormir le soir. IL ne s'endort pas avant 20H30, 23H ( alors qu'il dormait vers 21H jusqu'à 6 mois.)
Si on le met dans son lit vers 21H, il joue et fait la fête, puis devient pleurnichard et commence à pleurer, puis hurler et se met dans des états pas possibles. Même si on le prend dans nos bras, il continue à pleurer fortement.
Hier soir, par exemple, nous avons décidé de le promener en poussette (car c'est l'endroit on il s'endort le plus facilement, si elle roule ...), ceci à 21H, Nous sommes rentré à 22h15 et il ne dormait toujours pas. Nous l'avons couché dans son lit et il à commencé par pleurnicher, puis hurler.
Nos l'avons pris dans nos bras, cela n'a rien changé. Nous l'avons mis dans notre lit, cela n'a rein changé. Il a fallu le mettre dans la poussette à 23h15 pour qu'il réussisse à s'endormir vers 23h30..
Nous faisons appel à vous car nos sommes désemparés devant notre petit garçon qui n'arrive plus à s'endormir dans son lit (comme avant), même au moment des siestes en journée...
Que pouvons nous faire pour revenir à une situation normale ? ?

 
 
 

 

Points importants

L'allaitement n'entraîne pas "fatalement" plus de réveils nocturnes; les premiers temps, l'enfant a faim; oui (son estomac est petit, le lait maternel est métabolisé rapidement, ET le lait bu au sein correspond à la faim du moment de l'enfant) mais ensuite, c'est pour beaucoup: un réveil nécessitant une présence rassurante; on choisit toujours sa voie de parents, mais laisser pleurer, c'est laisser l'enfant avec ses angoisses, et ne pas y répondre; or son avenir psycho-affectif, c'est maintenant que vous le construisez; pensez-y... avant de vouloir faire comme les autres: avoir un enfant qui fait ses nuits dès le premier mois,

 
 
Edition 2004
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation