Espace grossesse > article MA MERE N'AVAIT PAS DE LAIT etc

Oui mais ma mère elle n'avait pas de lait 

presque 20 ans après le début de mon soutien aux mères on devrait dire "ma grand mère" peut-être?? LOL

J'ai souvent des mamans au téléphone, et c'est plutôt régulier que nous discutions de la problématique "est-ce que j'ai assez de lait"; et les mamans me confient que leur mère et leurs grands-mères / tantes/ grand-tante n'avaient pas de lait, avait essayé de les allaiter, mais qu'elle n'avait pas pu les allaiter longtemps, ou que son lait n'était pas assez nourrissant; si on remonte d'une génération (donc des grands-mères autour de l'après-guerre ou + tôt), que leur lait était clair...

Même si VOUS êtes de la génération Millénaire, c'est encore vrai, c'était encore galère pour vos mères! Je peux aisément témoigne, avec des aînés nés en 1997; certes lors de mon démarrage d'allalitement, c'était forcément un peu mieux qu'à la génération précédente, mais c'était encore galère "quoi des jumeaux, vous ne pouvez pas allater" et zy-va du biberon et zy-va du lait artificiel comme seules solutions; e tle fourrage de mamelon dans la bouche de l'enfant! et le vous n'aurez jamais assez de lait; vous ne pourrez jamais en ravoir assez!! J'ignore si dans 20 ans j'aiderai encore des mères, ne m'en veuillez pas si je dis que j'espère que ce sera encore mieux pour vos enfants, quand elles voudront allaiter, que pour vous!

Vos grands-mères ont accouché de vos mères, en une période où l'on n'avait pas beaucoup allaité depuis des dizaines d'année....

Où un certain nombre de mères voulaient allaiter au sein leur bébé, au lieu de donner du lait infantile, et où PERSONNE N'A ETE EN MESURE DE LES SOUTENIR CORRECTEMENT, et où on leur a donné plein de "conseils" qu'on pourrait couronner de lauriers comme "les dix commandements pour foirer son allaitement"; et vous en entendez d'ailleurs encore une partie:-)

Cela faisait des années que les femmes pouvaient garder leur enfant avec elle, en les nourrissant de biberons de lait infantile (plusieurs générations de lait ont passé), au lieu de les envoyer à la campagne durant de longs mois. C'est d'ailleurs un des aspects révolutionnaires du lait infantile; ça a permis à la femme de ne plus être séparée de son enfant;

Bon, bref, après des dizaines d'années où ça a biberonné sec dans les chaumières françaises (et dans d'autres pays occidentaux), les femmes veulent à nouveau allaiter au sein et ça c'est dans les années 70s;

Bien leur en a prit; mais bonjour l'angoisse pour la ressortissante française;

car dans certains pays européens, où l'on avait biberonné, mais depuis beaucoup moins de temps, l'on souffrait d'un fossé moindre, d'un fossé plus petit, il y avait encore une (vieille) génération à pouvoir montrer comment allaiter, et surtout, on s'est vite rendu compte qu'il fallait aider les mères dans leur allaitement, donc qu'il fallait se former..... et de fait, les soignants se sont mis à se former pour pouvoir aider les mères.

En France, on a dit aux mères "démerdez-vous" ou plutôt on leur a sorti les dix commandements pour foirer leur allaitement;

Il faudra attendre que les bébés nées dans les années 70 (ou approchant bien sûr les bébés des années 1965-70 aussi) deviennent des mères souhaitant allaiter, AVEC pour celles qui accoucheront vers les années 1995 et après, (les démarrages d'internet), pour diffuser le soutien aux mères de façon plus "accessible", plus "ouverte", plus aisée; mais encore, les femmes nées entre 1965 et 1979 en ont bavé!! et n'ont pas toutes eu l'allaitement dont elles rêvaient loin s'en faut.....

Et toutes ces années, jusqu'aux années .... 2005!!! toutes ces années, il n'y avait que les ASSOCIATIONS qui aidaient les mères à essayer de rattraper leur allaitement, qui avait été fait foirer par LES SOIGNANTS. Et c'est un peu après les années 2005 que les soignants (dont certains s'étaient formés) ont voulu REPRENDRE L'AUTORITE du soutien aux mères: "oui faut professionnaliser l'allaitement", bref si on regarde des gens comme moi, qu'ils soient réduits à à proposer une tranche de cake et une tisane au fenouil et papoter allaitement mais léger.... pas trop technique;


Quelques exemples du démerdez-vous et comment foirer votre allaitement des années 70s en France, juste pour votre culture, mais vous pourriez encore entendre de ces bêtises:

donnez du lait infantile en attendant la montée de lait;

le colostrum a de très nombreuses vertus, c'est un véritable vaccin et c'est nutritif comme il faut; biologiquement, le passage du colostrum en lait se fait chez toutes les femmes, qu'elles allaitent ou non (si vous n'allaitez pas, ne prenez pas de coupe-lait, et vous verrez que vous passerez en "mode" lait). Mais si vos seins ne sont pas vidés, vous n'aurez pas d'entraînement de la machine lactée, vous n'aurez pas de volumes (quantités), vous n'aurez pas de mise en place de récepteurs à la prolactine (dont le nombre va être déterminant pour les volumes)......

donnez de l'eau sucrée les 24 premières heures

comme ça on fait des hypoglycémies.... ça n'empêche pas de souffrir d'hyperbilirubinémie (jaunisse, ictère).... et idem pour les volumes de lait

donner autre chose que le lait des seins, durant les 24 premières heures

cela empêche que les seins soient vidés donc que la machine se mette en route; de plus comme c'est donné au biberon.....

compléter chaque tétée avec un biberon de lait infantile on sait jamais que le lait ne soit pas assez nourrissant

voyez bien le bébé, il a faim, il arrive au sein, il se nourrit, il est plein (peut-être??); et on lui file un biberon de lait infantile; il est GAVE. trois heures plus tard, bof il n'a pas trop faim, il vide relativement peu les seins et paf, on lui refile un biberon de lait infantile; il est GAVE; à la tétée suivante, il tète, il n'a plus faim; on lui refile un biberon; dites, il n'est pas idiot, le bébé; à la tétée suivante, il va au sein, il prend trois gouttes puis il dit "ciao" en plus ce qu'on me donne après, moi, je préfère ce truc qui coule vite

Donner toutes les trois heures

Ca c'est intéressant, parce que vous le subissez encore beaucoup. Et oui, les soignantes étaient incapables de se rappeler comment on allaitait, "autrefois"; or on donnait du lait infantile, et on le donnait toutes les trois heures parce qu'il fallait absolument des quantités très précises, et des intervalles de temps très précis, pour éviter une surcharge rénale etc... "vous voulez allaiter, débrouillez-vous n'avez qu'à donner toutes les trois heures comme les autres"; et vous aviez donc des mères aux seins archi pleins, tout gonflés, lors de la montée de lait, qu'ils devaient en être durs comme des pierres, en face, des nourrissons hurlant d'envie de téter depuis plus d'une heure, fatigués, épuisés, en colère, et bien sûr, une tétée impossible car allez donc attraper un sein avec un tissu mammaire NON élastique parce que archi tendu/dur à n'avoir pas été vidé suffisamment souvent.....

De plus, les récents travaux du Dr Cregan et du Pr Hartmann ont révélé que nous avons une capacité de stockage de nos seins; ça veut dire que nous sommes égales et inégales; celles qui ont une grosse capacité de stockage pourront nourrir parfaitement leurs bébés avec 5 tétées par jour; d'autres qui ont une petite capacité de stockage, pourront nourrir complètement leurs bébés si elles allaitent 12 fois par jour (exemple);

Alors bien sûr, avec toute une population française donnant le sein toutes les 3 heures...

Nettoyez vos mamelons

ON a quand même échappé à l'ébouillantage des mamelons dans la casserole..... et oui, on récure les biberons et tétines (et il y a toujours intérêt, le lait infantile s'engerme très vite).... bref, continuons à donner de bons conseils: ayez un intervalle de 3 h entre deux tétées, et nettoyez vos mamelons avant et après; ça c'était contre les germes; en fait on a favorisé les crevasses, parce qu'on fichait en l'air la flore naturellement protectrice du complexe mamelon-aréole; on a créé des crevasses; la société française a créé des crevasses;

pas plus de cinq minutes les premiers jours ensuite 10 minutes à chaque sein, pas plus;

Nous voilà à une autre contribution de la société française, à favoriser les crevasses;

nous avons un bébé qui nait, qui a peur de son nouvel environnement, son rêve, son idéal, SON BESOIN c'est d'être dans les bras de sa mère, la tête entre les deux seins, voire directement au sein; au lieu de quoi, voilà qu'on le fait patienter toutes les trois heures, et qu'on lui accorde généreusement 5 minutes les premiers jours, pour éviter les crevasses;

Moi je me marre; vous avez mal, peur, faim.... vous arrivez à table, on vous vire au bout de 5 minutes; en plus, on s'occupe tellement bien à empêcher la production de lait de s'établir, et on fait attendre tellement de temps, que l'enfant tète agressivement, il a mal, faim, soif, faut que ça coule, alors on tète fort;

Et puis si on est au sein, et qu'on tète en regardant le plafond comme avec un biberon, c'est pas fastoche d'avaler du lait ni en quantité, ni longtemps.... l'enfant prenait donc le sein partiellement en bouche, il compressait le mamelon, au bout de quelques jours ça faisait des crevasses (ou gerçures); et on en rajoutait une couche avec toujours ces intervalles entre deux tétées, ces durées minutées de tétée au sein.... l'enfant tétait agressivement, faisait craquer la croûte, ça pissait le sang....

Si l'on rajoute que les tétées étaient trop courtes et trop rares, donc que les récepteurs à la prolactine étaient peu nombreux, que les volumes de lait avalés étaient trop faibles (quelques minutes... ils n'allaient pas jusqu'aux graisses du lait de fin de tétée, on leur coupait le robinet), et qu'on limitait les durées intervalles, les femmes qui avaient du lait c'était forcément des femmes ayant de fortes capacités de stockage, qui n'avaient pas eu de crevasse (donc bon positionnement au sein dès le départ) ou qui avaient été corrigées (par une grand-mère??)

A la suite de ces crevasses incessantes, crées par la société, on a mis en place le nettoyage avant/après les tétées à visées "contre les germes" et "contre les crevasses"; et surtout on a créé LA FAMEUSE PREPARATION DES MAMELONS PENDANT LA GROSSESSE. >>>pas mal la préparation...

Vive les nurseries

Un truc très chouette, c'est la nurserie où on met tous les enfants; comme ça, on fait la tournée des couches; la tournée des biberons (y compris des bébés allaités); la mère elle, est dans sa chambre, loin de son bébé; elle dort mal la nuit; elle se réveille la nuit; elle a des signes de lait dans ses seins, mais n'y répond pas puisqu'elle est seule (et puis on lui a seriné qu'il fallait attendre trois heures d'intervalle); son bébé est loin d'elle, il ne se construit pas psychiquement, il est à hurler dans un berceau transparent, alors que son angoisse, sa peur, sa faim, sa douleur HURLENT qu'il voudrait être dans les bras de maman; encore des tétées sautées, + des biberons données lors des tournées générales;

Pourtant, on devrait en revenir de ces nurseries générales, qui étaient sensées apporter un soin spécifique bébé à tous les bébés, en même temps, c'était soi-disant plus facile d'avoir tous les bébés regroupés au même endroit; on a pensé aussi qu'on l'éloignait ainsi des germes de sa mère (oui, les germes de l'équipe soignante et les germes des autres bébés, c'est tellement mieux).

Mais bon, bébé au loin, moins de tétées, + de biberons...

 

compléter avec des biberons

Merci aux fabricants de biberons, qui nous sollicitent encore en 2009 pour nous présenter des modèles qui ressemblent tellement encore mieux au sein de la mère, même que pour la transition sein/biberon c'est le super top, même qu'on peut alterner sein et biberon sans problème... il y a 40 ans, on ignorait ces soucis; en 2009 et ces dernières années, on sait que le biberon POSE DES PROBLEMES D'ALLAITEMENT, quelque soit la marque, le logo, le slogan, le nombre d'encarts de publicités, et quelque soit ces satanées études cliniques, qui vous "prouvent" que le bébé n'est ni confus ni paresseux avec "ce" biberon; ça me fait penser aux vertus des yaourts "cliniquement prouvées";

Des tétées minutées, donc peu de graisse de fin de tétée

Si on vous minute votre repas, et que les graisses arrivent à la fin, quand le sein n'est pas loin d'être "vide", vous arrivez rarement aux graisses; vous adulte, si vous aviez 10 minutes pour manger, vous pourriez attraper le plat des graisses, puis attraper le plat de protéines, de vitamines, et finir par la bouteille d'eau; au sein, les graisses c'est à la fin;

  • si on vous vire de table, vous n'avez pas vos graisses; donc vous allez avoir des selles vertes liquides, vous risquez de montrer des coliques, un caractère grincheux; mais surtout vous n'allez pas prendre de poids, ou pas beaucoup; voire vous allez en perdre;
  • les seins de la mère n'étant pas vidés correcteemnt, ils se calibrent à "faible production"
  • faibles volumes de lait, le bébé ne prend pas de poids; le pédiatre dit à la mère: faisons uen analyse de votre lait;
  • au laboratoire, on sait vous faire faire un ECBU, on vous explique TOUT pour faire pipi dans un petit flacon; mais pour recueillir votre lait, en dehors de la partie "germe", que dalle...
  • on ne vous dit pas que le sein éjecte le lait en plusieurs FLUX.
  • bref, la mère pompe ses seins, le lait s'arrête de couler à la fin du premier flux; elle ramène son flacon; on l'analyse; que de l'eau et quelques vitamines, aucune graisse, peu de protéines;

Le lait maternel empoisonné

Le lait maternel n'a jamais pu être empoisonné ni empoisonnant; par contre, on a parfois vu des mères ou des sage-femme, tuer le nourrisson dernier-né, et faire croire que le lait avait tourné, le plus souvent, la jeune mère se retrouvait soudaineemnt veuve, avec des enfants, dont un enfant en bas-âge plus ce nourrisson...

Le lait maternel ça ne tourne pas;

Nos mères, si leur lait était empoisonné (allez, prenons un exemple, disons intoxication au plomb), avant que leur lait ne soit empoisonné, leur statut santé était déplorable; elles étaient elles-mêmes empoisonnées, avec des symptômes lourds qu'on pouvait constater.... elles étaient empoisonnées avant de pouvoir empoisonner leur bébé;

 

"ma mère n'avait pas de lait"; le lait de ma mère n'était pas nourrissant"; "je ne prenais pas de poids";

Je ne me suis pas étendue sur tout; j'ai encore plein de choses à vous dire.... mais vous avez désormais une petite idée de la situation; si votre maman n'avait pas de lait, que son lait n'était pas bon, pas nourrissant,

  • ce n'était pas de sa faute,
  • ça ne venait pas d'elle ni de ses seins
  • attention, soyez vigilante, l'on entend encore de ces "bons conseils";

Et comme elle n'a pas pu allaiter longtemps, elle peut aussi, en tant que femme, ne pas bien supporter que vous réussissiez à allaiter, elle peut ne pas supporter que vous soyiez heureuse dans votre allaitement, mais ça c'est un autre chapitre...

En tout cas, ne vous basez plus sur les mauvaises expériences de vos mères, tantes, etc.... quant à votre situation;