Espace allaitement > Santé et allaitement > Maman lactante et médicaments

la maman qui allaite et doit prendre des médicaments

Dans de très rares cas, il faut procéder à un micro-sevrage de l'enfant; le mieux est encore de pouvoir disposer d'un peu de temps pour faire une banque de lait, qui servira à nourrir l'enfant durant l'hospitalisation ou le traitement médicamenteux de la mère; ou d'avoir commencé tôt après la naissance de votre enfant, à réaliser cette banque "au cas où" tout simplement;

La plupart des médicaments peuvent être pris par la maman qui allaite, la plupart le permettent; mais il y a quelques règles quand même dans le choix d'un médicament, c'est d'ailleurs leur pharmaco-cinétique, et la collecte internationale de base de données de cas cliniques qui sont à l'origine d'ouvrages sur ce sujet.

Le plus possible, on essaiera une alternative efficace pour la maladie et dont on sait que la molécule est compatible.... ; quitte à contacter des référents pour savoir si telle molécule est compatible ou non.

CAR LA PLUPART DES MALADIES PEUVENT REQUERIR AU MOINS UN MEDICAMENT COMPATIBLE AVEC L'ALLAITEMENT.

Généralités (cette page)

Des exemples concrêts (voir)

Je vais vous donner une anecdote issue d'une conférence du Docteur Marie Thirion à laquelle j'avais assisté: une maman a un bon gros rhume, on lui dit: nous vous mettons sous [amoxicilline] mais vous devez arrêter l'allaitement; l'enfant est sevré ou micro-sevré (parfois l'allaitement redémarrera difficilement), la mère essaie de tirer son lait pour entretenir la lactation; ne recevant pas les anticorps maternels via le lait maternel, qui auraient pu prévenir la maladie, l'enfant tombe malade; et se retrouve sous.... le même traitement version nourrisson!!!! (fin de l'anecdote)

Les médecins, en matière de prescription, se basent sur leur Vidal, point final; ce livre ne donne pas les bonnes indications en matière de prise du médicament ET allaitement; la plupart du temps, dans les notices et dans cet ouvrage, l'allaitement est contre-indiqué, point; et quand on regarde des références internationales, comme l'échelle de Hale (Dr Hale, gros spécialiste international), ou l'échelle de l'Académie Américaine de Pédiatrie, cesmolécules sont compatibles;

Je vais vous donner l'exemple de fenugrec; partout dans le monde on l'utilise pour augmenter la sécrétion lactée (à dose de départ de 4500 mg en trois prises); en France, on l'utilise à dose moindre pour..augmenter l'appétit; si vous achetez des gélules de graines de fenugrec, vous y lirez 3 gélules pour augmenter l'appétit; si vous achetez le médicament Fenugrene, vous y lirez la même posologie pour augmenter l'appétit et la mention: ne pas prendre en cas d'allaitement; à noter, évitez le fenugrec si vous avez des soucis de thyroide ou de glycémie.

ATTENTION, n'en déduisez pas que vous pouvez vous soigner allègrement avec n'importe quel médicament, il EXISTE des médicaments ABSOLUMENT INCOMPATIBLES avec l'allaitement, même dans "nos" bases de données internationales!!!

 

Il existe des livres, spécifiques,

qui vont évoquer des points techniques en partie résumés plus loin, qui là, permettent de choisir relativement aisément un traitement adéquat ET compatible avec l'allaitement maternel.

Car bien sûr, on ne peut prescrire n'importe quel médicament:

dans certains cas, le pourcentage passant dans le lait est très faible; dans d'autres, il est égal au taux sérique de la mère; dans certains cas, il est 8 fois plus important (dans ce dernier cas, il est bien entendu que ce médicament ne convient pas);

la demi-vie est importante également; on peut envisager après étude précise du médicament, des tétées possibles dans certains cas de figure;

le taux de fixation protéinique joue son rôle; la liposolubilité est dangereuse....

J'arrête ici mes exemples car il est hors de question que vous vous substituiez à un prescripteur, et il est hors de question que je fasse un cours qui pourrait se révéler dangereux passant par erreur comme incitateur et encourageant à la prise de tout médicament.

Bref, on ne peut pas prescrire un médicament "comme cela" et autoriser l'allaitement sans avoir étudié le médicament, ou avoir acheté un ouvrage spécialisé!!! mais on ne devrait pas faire sevrer ou micro-sevrer pour tout médicament;

Dans une grande classe de médicaments, il s'en trouve généralement au moins un, qui soit compatible;

Quelques liens pour aider votre médecin

Des livres existent:

Médicaments et allaitement, B. de Schulteneer B. de Coninck, chez ARNETTE, département librairie, 2 rue Casimir Delavigne 75006 Paris, environ 75 euros

Medications and mother's milk de Thomas Hale

Des centres de documentation:

Le plus simple est encore que votre médecin contact un centre de pharmacologie clinique,

  • dont le centre Image de Robert Debré-Paris-France: 01.40.03.21.49 (fax: 01.40.03.47.60)
  • le service médicament et allaitement, institut de puériculture à Paris
  • des centres de pharmacovigilance un peu partout en France (mais pas tous spécialisés dans ce domaine)
  • dont le centre antipoison de Bruxelles, rattaché à l'Hôpital militaire Reine Astrid 02/264.96.36 (fax 02/264.96.46)
  • INTERNET: la base de données internationale LACTMED
  • Infant risk Center Texas

Quelques références:

Des professionnels de la pharmaco-vigilances vous écoutent:

Feuillets du docteur Newman, pédiatre canadien (sur le site) (muguet, candidoses, insuffisance lactée, prescrire un médicament à une femme lactante)

 

citation:

"La plupart des médicaments aux doses thérapeutiques peuvent être utilisés sans problème pendant un courte période au cours de la période d’allaitement. Il faut cependant toujours être attentif à l’apparition éventuelle d’effets indésirables chez l’enfant. Certains médicaments (par ex. les cytostatiques, les substances radioactives) sont contre-indiqués."

- Existe-t-il un risque d’effets indésirables dus au médicament chez l’enfant nourri au sein?
- Le médicament a-t-il une influence sur la production de lait? (car certains médicaments peuvent tarir le lait, comptons la pilule, même si le passage des molécules est devenu faible dans les dernières générations de pilules, le tarissement du lait reste un grand risque; idem de certains stérilets; les substances type somnifère peuvent empêcher une montée laiteuse -cas vus en proche post-partum pour que la mère se repose après l'accouchement-;

Notés, pour diminuer la sécrétion lactée:

  • les oestro-progestatifs
  • la bromocriptine (Parlodel, Bromo-kin....)
  • dérivés de l'ergot de seigle
  • diurétiques
  • vitamines B6 à haute dose
  • alcool à haute dose
  • cigarette à haute dose

Parmi les causes des risques d'effets indésirables sur l'enfant allaité, notons: la concentration du médicament dans le lait maternel; donc du passage du médicament dans le lait maternel; de plus la quantité de lait que l’enfant a bu ainsi que la cinétique du médicament chez l’enfant participent à l'évaluation du risque pour l'enfant (certains médicaments peuvent être prescrit si l'enfant allaité à 16 mois qu'ils ne le seraient pas, si l'enfant avait un mois); enfin, la demi-vie est d'importance, puisque si la molécule s'évacue très vite, on peut trouver un moratoire entre horaires de prise du médicament et moment après lequel on peut donner le sein (voire: donner le sein, puis prendre le médicament); la durée du traitement sera aussi à évaluer; on peut prescrire un traitement court, qu'on ne prescrirait pas à long terme pour écarter une concentration plasmatique élevée chez l'enfant (effet d’accumu-lation); Enfin, comme tout ce qui est passé via le cordon ombilical, comme ce qui passe par le sang, notons le risque de sensibilisation, de réaction d'intolérance voire allergie chez l'enfant; (on préfère éviter la prescription d'aspirine pour la mère en proche ou moyen post-partum);

citation:"Le Committee on Drugs de l’American Academy of Pediatrics" a rédigé en 1993 une liste de médicaments qui passent dans le lait maternel. Pour un certain nombre de médicaments, il est clairement établi qu’ils ne peuvent pas être administrés pendant la période d’allaitement et qu’une interruption (tempo-raire ou définitive) de l’allaitement s’avère nécessaire. Sont visés tous les médicaments pouvant entraîner un usage abusif ainsi que tous les cytosta-tiques, les substances radioactives, l’ergotamine, le lithium et la bromocriptine. Dans cette liste, la ciclosporine figure aussi comme contre-indication;"

citation: "Pour la plupart des médicaments, on ne connaît pas la quantité de médicament à partir de laquelle on doit s’attendre à des effets indésirables chez l’enfant. C’est pourquoi, on considère comme sûre une valeur de 10% ou moins de la dose thérapeutique chez l’enfant; lorsque cette dose thérapeutique n’est pas connue, on prend la dose thérapeutique de l’adulte adaptée en fonction du poids."

Si micro-sevrage il doit y avoir,

préférez utiliser de votre lait avant le traitement (si vous aviez fait une banque de lait) et préférez éviter le biberon comme dispositif;

soft-cup dès la naissance même prématurée pour nourrir l'enfant qui ne peut avoir le sein de maman

La soft-cup de Medela, que nous présentons dans l'espace association (tarifs, caractéristiques), dès la naissance même prématurée pour nourrir l'enfant qui ne peut avoir le sein de maman