| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace allaitement > Santé et allaitement > Coliques, généralités
 
 
 * Retour Accueil du site
 


ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation


Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

 

 
  Association
    - Adhérer
    - Consultations (visite+tél)
    - Nos représentantes
    - Nos Publications
   

- Bibliothèque (sélection livres)

     
    - Matériel (et produits)
    - Marques négociées pour nos adhérents
marques négociées
   
     
     
  News
    - Infolactée (weblettre)
    - Info-flash (Bronchiolite- Gastro- Chaleur etc)
    - Edito - coups de gueule
     
  Entre nous
    - Consultations
    - VOS Témoignages
    - DEUX listes discussion
    - Petites annonces
    - "Casting"
    - Bons plans allaitement
    - Paroles d'enfants
    - Questionnaire Etudiantes
    - Liens sites internet
    - Amis des bébés
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
 

Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016

 

   

N'oubliez pas, (futures) mamans de jumeaux, de contacter les membres de l'équipe ou nos listes de discussion

N'oubliez pas les rubriques thématiques qui complètent le Guide de l'allaitement, comme les bobos, les baisses de lait etc


   

Spécial mamans de jumeaux:
Nos représentantes au téléphone et notre liste allaitement-jumeaux

Pour les mamans d'un enfant, Notre consultante (visites et téléphone) et la liste allaitement at yahoogroupes vous permet de rencontrer d'autres mères;

 

 

 
 
 

Les coliques - le terme "générique" ou "poubelle" pour bien des maux

 

Les coliques... cessons de voir le mauvais lait maternel comme cause première... l'enfant naît, souffre d'angoisses, manque de repères.... pourquoi?

cette page est destinée aux causes générales + 2 autres pages:

  • Lorsque les "coliques" semblent être un excès de lactose (voir)
  • Quelques réponses personnalisées sont en ligne (voir)
 

Les coliques, je viens encore d'en entendre parler, et cela me donne la forte envie de donner un autre avis que celui qu'on entend très souvent-trop peut-être, car pouvant générer des prises alimentaires ou médicamenteuses inutiles.

Je vous propose donc quelques pistes, et la lecture d'un texte d'un pédiatre, qui est praticien, ET papa.

Les coliques peuvent être immaturité digestive, mais aussi peur, angoisse, crises de décharge à l'issue de la journée, crises d'angoisses liée à la diminution de la luminosité extérieure... et imposent non pas des médicaments (pas confondre avec selles acides par exemple), mais:

  • des bercements, des câlins,
  • le portage des enfants tout contre soi,
  • plus particulièrement un contact en peau à peau, (peau paternelle également, et pas seulement peau maternelle),
  • voire massage du ventre dans le sens des aiguilles d'une montre, et si la maman donne le sein, mettre les enfants au sein.
  • L'on peut porter l'enfant allongé à plat ventre sur notre avant-bras et déambuler dans le couloir
  • A la limite, selon votre choix de mère, même si vous n'allaitez pas, pourquoi ne pas calmer l'enfant au sein, car le sein n'est pas que nourricier, il est relationnel, la tétée calme, endort, rassure......c'est un câlin; rien n'empêche d'essayer, de voir comment cela se passe, de recommencer, ou non.
  • Dans certaines crises, l'enfant refuse le sein, il est trop "angoissé", il hurle/pleure, et ne peut prendre le sein facilement parce qu'il lève sa langue vers son palais, ce qui est totalement contre-productif pour donner une tétée au sein.... le calmer au bras, en déambulant dans le couloir, avant de proposer le sein

Votre "calme" face à la situation est primordiale, car quelque soit la cause des cris et pleurs de l'enfant, il a besoin d'être rassuré; votre attitude n'est pas "LA" guérison, mais si votre comportement est négatif (crainte, énervement ), il amplifiera les pleurs de l'enfant.

  • dans certains couples, pourquoi le papa ne déambulerait-il pas avec bébé allongé sur son avant-bras, le temps de calmer l'enfant, avant de le proposer au sein maternel?

Mes enfants n'ont jamais fait de coliques, mais Maximilien avait parfois des gaz à passage douloureux: je le calmais au sein, mais aussi en le mettant à plat ventre sur mes genoux, je chantais en le berçant... tout en tapotant (tapant doucement) sur ses fesses; cela le soulageait, c'est une méthode africaine pour soulager des gaz, bien efficace pour tous les bébés du monde!

L'heure du soir, c'est un peu l'heure où les fauves rugissent, c'est paraît-il l'heure où les nourrissons s'expriment, déchargent leur journée (et les adultes certains du moins seraient sensibles à cette étape, qui correspondrait à la tombée de la nuit, et donc à la peur atavique du noir, je manque d'éléments et d'expérience personnelle là-dessus)-
je ne l'ai jamais trop vécu avec mes enfants, mais le moment "critique" correspondait souvent à une tétée, donc je n'ai pas rencontré ce moment, car ils étaient soit déjà au sein, soit déjà calmés.

Enfin, cela dépend des enfants; la sage-femme qui me suivait, finissait tous les soirs quand cela se produisait avec sa fille, par la promener en forêt pour la calmer (sa maison est à 50m d'une forêt domaniale). Pourquoi pas le porte-bébé contre votre peau, fermez-bien votre manteau par-dessus, et allez balader tous, les enfants se calmeront en étant bercés et en étant contre votre peau, fiiront par s'endormir, et vous vous bénéficierez d'une balade "presque en amoureux", cela vous aérera et vous donnera le temps d'échanger, de parler...


Texte mentionné sur les coliques...

 

Bonjour


Je voudrais vous faire part de mon expérience de praticien à propos des coliques problème courant des premières semaines.

Il faut se mettre à la place du nourrisson d'abord... et de ses parents ensuite. Ses intestins n'ont pas fonctionné pendant 9 mois, et il va en découvrir le fonctionnement en même temps que ses parents, parfois de manière douce, parfois de manière violente.

Il faut aussi savoir qu'il existe un réflexe chez le nourrisson, pendant quelques semaines qui fait que le remplissage de l'estomac au cours de la tétée va provoquer à coup sûr un déclenchement du péristaltisme intestinal pour évacuer des matières, avec ou sans succès, avec plus ou moins de vigueur; le fonctionnement des intestins est habituellement indolore, mais le bébé va le ressentir comme désagreable à certaines heures de la journée, variables, mais assez fixes pour un bébé donné, et je crois que sa perception est différente alors, car le bébé est dans un état d'esprit inquiet, à un degré variable; le fait de percevoir quelque chose de désagreable majore cette inquiétude (il n'y a qu'à voir les hurlements d'un bébé pour son premier rhume,même s'il n'est pas compliqué d'otite ou autre, tout simplement parce qu'il ne comprend pas ce qui lui arrive).

Je pense qu'il se manifeste pour demander du secours à ses parents, pour qu'ils prennent en charge cette douleur qu'il ne supporte pas.

Si la reponse est apaisante bébé se calmera, dans le cas contraire,l'angoisse des parents (maladie?hernie?) va aggraver les pleurs je vois souvent les effets bénéfiques d'informer les parents à ce sujet, de l'attitude rassurante qu'ils doivent avoir avec bébé, que la mère peut alors donner plus souvent le sein, qu'ils peuvent caliner bébé dans le lit si ces cris surviennent la nuit; il m'est même arrivé d'arrêter les coliques d'un bébé en lui parlant et lui expliquant ce qu'il ressentait (en presence de sa mère bien sûr)... à l'inverse je me souviens de la panique de ces parents la première nuit à la maison, car la mère avait refusé de garder son bébé à côte d'elle à la maternite...


Les aliments sont rarement responsables à eux seuls de ces coliques; à l'opposé il y a parfois des bébés qui sont réellement inconsolables malgré tout le savoir-faire des parents...


Je crois donc qu'il faut informer les parents,les rassurer quant à la begninite de ces pleurs, les conforter dans leur role de parents,et la confiance réciproque entre eux et bébé, et si malgré tout si bébé a encore mal pourquoi ne pas lui donner effectivement du spasfon comme je le fais facilement car la douleur,qui est un signe d'alarme,ne doit pas être maintenue inutilement au-delà des coliques du nourrisson, c'est toute la problématique des douleurs abdominales de l'enfant, voire de l'adulte, ceci est une autre histoire, mais elle a parfois ses racines chez un nourrisson qui a eu mal au ventre...
A.Marchalot



Le Docteur André Marchalot, est praticien à la maternité de Vire.

Co-fondateur du Réseau Normand pour L'Allaitement.

 

Des choses importantes à connaître:

Parmi les sources des coliques, il y a donc:

  • immaturité digestive/intestinale,
  • intolérances alimentaires (notamment protéine du lait de vache consommée par la mère)
  • angoisses, peurs,
  • heure où rugissent les fauves
  • Il y a aussi parfois l'excès de lactose: l'enfant prend trop de lait de début de tétée et pas assez de lait de fin de tétée, c'est un phénomène courant car les mamans sont souvent mal conseillées dans leur allaitement, avec des conséquences diverses;

chaque point sera argumenté;

Une chose est sûre: en dehors de l'immaturité digestive/intestinale voire de l'intolérance alimentaire, VOTRE COMPORTEMENT est hyper important pour mieux vivre les coliques de votre enfant; je compatis lorsque vous souffrez de voir votre enfant hurler à la mort deux heures durant, sans que rien ne le calme; voici justement une épaule sur laquelle vous confier, et quelques idées qui ont souvent marché,

 

extrait d'une réponse personnalisée:

voici divers éléments concernant les coliques; courage!

il faut déjà que vous compreniez votre enfant; ses coliques, il n'en est pas responsable, donc essayez de ne jamais vous énervez contre cela, même si cela vous est difficile, ne fut-ce que difficile à supporter; ce n"est jamais facile de supporter les pleurs de son enfant; en plus si on travaille on est moins disponible..;

restez zen!

ne culpabilisez pas! vous n'avez pas à culpabiliser de quoique ce soit, ce n'est pas votre faute si votre enfant pleure, hurle;


ensuite, "jouez le jeu":

1/ soit l'enfant apprécie que vous baladiez déambuliez dans la maison,
l'enfant allongé sur votre avant-bras; et s'endort.....

2/ soit vous posez l'enfant sur la table à langer pour lui changer la
couche, même inutilement, puis posez l'enfant sur le lit parental, et vous
l'amusez; changez-lui les idées; c'est ça aussi, c'rest rassurer en jouant,
en faisant le clown, changez les idées de l'enfant, areu ah bla bala bala
boum, faites des risettes, des guili-guili et vous verrez que ça marche.

3/Les massages du ventre, ds le sens des aiguilles d'une montre

4/l'homéopathie: les jours pairs donnez matin et soir 2 granules de
chamommilla 5ch, les jours impairs donnez matin et soir 2 granules de
magnesia phosphoricum 5ch, prenez un coquetier, versez de l'eau bien chaude, puis videz-le pour conserver un fond d'eau; faites-y fondre les granules; donnez les à boire comme ça ou bien à l'aide d'une pipette (celles d'uvesterol D si vous en donnez par ex.)du robinet

==>Certaines mères glissent les granules dans la bouche de l'enfant, carrément (même bébé) - sous surveillance rapprochée!

==>Ou bien mettre un fond d'eau bien chaude dans un coquetier, y verser les granules; ces dernières fondent très vite, et l'eau refroidit très vite aussi; une fois qu'il a refroidi, donner le liquide à la pipette, au verre...

==> (Eau: ne prenez PAS l'eau issue d'un robinet d'eau chaude; elle contiendrait des bactéries nuisibles pour un nourrisson; je remercie la maman qui a attiré mon attention sur ce problème; même un système de canalisation d'une maison neuve peut très vite "s'engermer"; Mais dans l'absolu, l'eau minérale des bouteilles en plastique apporte des toxiques et polluants cancérigènes voire rendant stérile..... )

5/diminuez (sans supprimer dans un premier temps du moins) les laitages issus du lait de vache (optez pour le chèvre, le brebis) et essayez le pain complet au lieu du pain blanc; .

6/ Autres choses: un de mes articles [ci-dessus] et le texte du Docteur Marchalot [ci-dessus] ...

 
 

D'autres éléments sont en ligne :

  • Lorsque les "coliques" semblent être un excès de lactose (voir)
  • Des réponses personnalisées (voir)
 
 
 
     

Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation