Espace allaitement > Santé et allaitement > Alimentation de la femme allaitante

Allaitement et santé: alimentation de la femme allaitante - attention généraliste ou diététicienne;

Votre alimentation peut affecter votre propre santé, et la santé de votre bébé (aussi bien dans votre ventre que nourri de votre lait);

Il est donc évident que vous avez intérêt, enceinte, à vous faire suivre par un médecin nutritionniste (en espérant qu'il ne soit pas de ceux quand même qui interdise certaine prise de poids) ; ce médecin nutritionniste, vous le reverrez de trimestre en trimestre, et vous le reverrez en précoce postpartum; en général d'ailleurs les premières semaines postpartum on "suit" le même type d'alimentation qualitative et quantitative qu'en fin de grossesse.

Je vous propose de lire ici:

  • On peut "jouer" sur un lait pas assez riche avec l'alimentation......
  • Quelques exemples qui ne doivent pas se substituer au médecin;
  • Avertissement: à la différence de mon petit partage personnel d'un autre fichier, vous ne trouverez ici aucune quantité, aucun nombre de portion, aucune calorie ni rien; car je ne souhaite pas sembler me substituer au médecin. Mais parmi ce qui suit, il se peut qu'il y ait des choses méconnues de vous-même et de votre entourage.

Tout de suite et sans ambage:

On peut "jouer" et se retrouver avec un lait pas assez riche avec l'alimentation;

Et oui.... le lait "pas assez riche" n'existe pas; et oui les femmes africaines nourrissent parfaitement leurs nourrissons tant qu'ils sont au sein et pourtant elles ne mangent pas beaucoup.... et oui....

et pourtant il y a certains exemples....

CEPENDANT CERTAINS TYPES D'ALIMENTATION PEUVENT JOUER SUR LA RICHESSE DE VOTRE LAIT;

Si vous êtes adolescente, vous avez besoin d'être suivie, pour votre bébé, et aussi pour votre propre croissance; même si vous êtes maman "jeune", votre corps est en pleins besoins aussi et souvent votre régime alimentaire d'adolescente vous a carencée; or l'adolescence c'est aussi une phase où l'on est pas forcément en adéquation avec notre corps; vous pouvez allaiter, bien sûr, c'est d'ailleurs une chose qui vous permet d'assumer votre enfant, vous vous impliquez dans une relation qu'aucune autre personne ne peut faire pour vous... et vous avez besoin d'être suivie; faites abstraction de l'andouille qui pourrait vous regarder de travers parce que adolescente et maman!

La plus notable de l'impact alimentaire sur la qualité du lait, est chez la mère végétalienne; si elle ne se supplémente pas en vitamine B12, son allaitement court à la catastrophe, ou plutôt: la santé du bébé allaité; son enfant ne pourra croître et grossir normalement;

L'autre élément, c'est la mère végétalienne sans l'être; philosophiquement, elle n'est pas végétalienne, mais ne mange ni viande ni poisson ni oeuf; là encore, supplémentation obligatoire, pour ne pas courir au marasme de son enfant allaité;

Les graisses de votre alimentation: vous pouvez éventuellement jouer sur la qualité des graisses de votre lait maternel: vous pouvez l'optimiser si vous privilégiez les graisses polyinsaturés, par contre votre lait contiendra + de graisses saturées si vous privilégiez les graisses saturées dans votre alimentation; limitez les graisses saturées; limitez les acides gras trans. SACHEZ QUE L'ON DEVRAIT TOUJOURS privilégier les graisses polyinsaturées! c'est meilleur pour votre santé, et pour celle de votre bébé. Par contre la valeur calorique ne variera pas, ce sera uniquement la composition graisseuse qui pourra être modifiée.

Si votre régime alimentaire (ou façon de vous alimenter, dans "régime" ne voyez pas forcément régime amaigrissant), si votre façon de vous alimenter est très pauvre en graisses, vous risquez d'avoir un lait peu nourrissant;

Si vous abusez de la vitamine B6 vous pouvez diminuer votre taux de prolactine, et donc c'est pas bon pour allaiter copieusement votre bébé;

Vous avez subi et avez actuellement en place un anneau gastrique ou ce type de "pontage" gastrique; vous DEVEZ prendre vos vitamines, sinon votre lait ne sera pas riche....

Si vous avez un antécédent de trouble alimentaire, ou un trouble alimentaire actuellement, je vous suggère d'en discuter avec une consultante en lactation IBCLC, et un médecin, lequel verra à vous supplémenter et à réaliser une anayse de sang (à vous) pour connaître votre statut.

Certaines pathologies de malaborption intestinale peuvent jouer; un nutritionniste vous guidera;

J'ai reçu en consultation des mamans, dont l'enfant ne prenait pas de poids; qui étaient passées entre les mains de sage-femme, d'association, qui n'avaient "rien vu"; ce n'est pas la peine de tirer son lait si on a une chirurgie gastrique et qu'on ne prend pas ses vitamines, ou si l'on a traversé des troubles alimentaires très longtemps et "encore récemment";

Le tabac jouerait négativement sur les graisses; notamment des teneurs totales en lipides qui sont inférieures lorsqu'on fume, et une teneur en acide docosahexaénoïque qui est inférieure or ça c'est dommage, pour l'excellente optimisation du système cérébral du nourrisson, c'est dommage de le priver (Agostini et al., 2003 ; Hopkinson et al., 1992).

 

BREF mangez de tout, de façon équilibrée; voyez à diminuer les rations d'aliments qui font réellement "péter" vos bébés.... privilégiez les sucres lents, les légumineuses, ne vous restreignez pas sur les graisses, privilégiez les graisses polyinsaturés... profitez des poissons gras.... mangez de la viande, des oeufs, du poisson.... consultez un médecin pour une supplémentation si vous avez des troubles alimentaires, des évictions totales....

 

Quelques exemples qui ne doivent pas se substituer au médecin;

Les moyens financiers; il faut manger des fruits et légumes mais qu'est-ce que ça coûte cher; mais que dire donc, du fait acheter des plats tout préparés, qui non seulement sont loins d'être parfaits, mais aussi qui sont bourrés de sucres (ça devrait diminuer grâce au PNNS) et de graisses, souvent des graisses saturées donc "mauvaise" qualité... Le plus souvent cuisiner soi-même, et à base de produits de saison peut se révéler moins coûteux. Investir dans un auto-cuiseur permet la cuisson des légumes à la vapeur, et bénéficier d'un maximum de vitamines préservées (et le jus de cuisson peut servir de base à une soupe ou un bouillon). (Le micro-ondes sous film spécifique permet aussi de cuire des légumes façon vapeur;

Votre statut santé est important;

  • faites-vous du diabète, un diabète gestationnel?

  • dans les tout débuts premières heures tout premiers jours, vous devrez peut-être vous faire contrôler et rééquilibrer d'ailleurs, mais ce n'est pas l'affaire du nutritionniste ; ce dernier pourra revoir votre alimentation;
  • vos allergies, ou allergies supposées....

  • parfois on s'auto-diagnostique une intolérance à la protéine du lait de vache chez le bébé, et il n'y en a pas; parfois on sèvre suite à certains symptômes chez le nourrisson allaité alors qu'il y avait une "simple" intolérance à la protéine de lait de vache ingérée par la mère, et qu'on aurait pu continuer l'allaitement avec la diminution de la PLV chez la mère;
    une allergie, réelle ou supposée, peut signifier une famille alimentaire totalement évictée; il faut donc voir avec le nutritionniste des alternatives pour vous "rééquilibrer";
  • IMC

  • Votre indice de masse corporelle a son importance, qui sera pris en compte par votre médecin; trop faible ce n'est pas très bon; trop fort n'est pas très bon non plus; votre médecin vous aidera à trouver un équilibre pour votre santé, et la bonne santé de votre enfant. Car il ne s'agit pas de "bouffer-bouffer", ni également "de vous restreindre"....
    d'ailleurs avoir un IMC nettement trop bas ou nettement trop haut, joue sur la capacité même à avoir un enfant.

La supplémentation

  • La supplémentation en acides foliques: normalement, c'est avant la grossesse qu'elle doit être optimisée; la supplémentation "tout court", la supplémentation généraliste, dépend de votre médecin ou de votre sage-femme; attention simplement à ne pas prendre trop de vitamine B6 cela diminuerait votre taux de prolactine.

Listeria etc...

  • Faites attention, suivez les recommandations médicales pour éviter les maladies alimentaires comme la listériose, la salmonellose, l'E. coli,

Vous avez besoin de quoi...

Vous avez besoin de faire des repas complets, voire des collations....

Vous devez manger des protéines animales, des légumes, des féculents, des légumineuses, des fruits; les produits laitiers, ça dépend de votre philosophie et des réactions éventuelles à la protéine du lait de vache (on aura exclu les autres possibilités "mécaniques" menant à des symptômes identiques);

si l'on considère la viande: variez viande de boeuf, veau, porc, agneau, lapin, dinde, poulet etc......

si l'on considère le poisson: privilégiez les poissons gras, super bons pour l'optimisation du système cérébral de votre bébé.... n'oubliez pas les autres poissons.....

si l'on considère les féculents: riz semoule pâtes (hors éviction allergique)

si l'on considère les légumineuses: lentilles, pois chiche, flageolets blancs, flageolets verts.....

etc.....

Mangez de la viande et des légumes + féculents, mais pas : steak + haricots verts + nouilles à chaque repas; VARIEZ....

 

Toute éviction personnelle ou vue avec l'allergologue devrait être discutée avec le nutritionniste pour éviter les carences;

je métabolise super bien quand j'allaite

Si l'on prend deux jumelles identiques, aux besoins absolument identifiés, qui mangeraient la même chose, qualitativement et quantitativement, et que l'une allaite au sein et l'autre non (l'autre remplaçant la dépense énergétique de l'allaitement au sein par une dépense par exercice physique);

Celle qui allaite métabolisera bien mieux ses aliments que l'autre; le fait d'allaiter au sein augmente l'efficacité de votre corps à utiliser tout des nutriments que vous absorbez; quand on mange, on digère, et on stocke dans les cellules graisseuses voire on élimine dans les urines et fèces certains excédents; PAS quand on allaite au sein;

J'allaite donc je bois

  • Bien sûr, nous considérons des boissons non alcoolisées;
  • Stop, arrêtez de boire beaucoup pour "faire + de lait";
  • Buvez à votre soif; évitez de vous avaler la bouteille d'un litre et demi de flotte en un coup, vous allez finir aux toilettes et tout uriner..... parce que ça fera trop d'eau en une fois pour son utilisation;
  • Pire, si vous buvez de trop, vous risquez une perte de vos sels minéraux et donc une baisse de votre production de lait;
  • Buvez, à votre soif, fractionnez: buvez relativement souvent des quantités "petites ou moyennes" (tout est relatif); mais ne vous dégommez pas le litron de flotte "pour faire + de lait"; ça donnera l'effet inverse;
  • Nota: si vous avez soif soif tout le temps soif, allez en parler avec votre médecin, c'est peut-être signe d'un problème santé sous-jacent?

AH AU FAIT... CE N'EST ABSOLUMENT PAS EN CREVANT DE SOIF QUE VOUS REGLEREZ VOTRE PROBLEME D'ENGORGEMENT..... si si j'entends encore cela: buvez moins pour limiter votre engorgement.....

Eau, oh....

L'eau sous toutes ses formes,

  • mais attention au café et au thé; le petit noir que vous buvez reste quelques heures dans votre corps, mais 100 h dans le corps de votre nourrisson nouveau-né.....
  • attention à certaines tisanes, qui contiennent de la sauge, ça diminue la production de lait..... attention aussi à la réglisse à la menthe (et au persil? c'est anecdotique mais bon....)
  • les tisanes galactogènes: ne sont efficaces que si elles sont couplées à une amélioration de votre "façon d'allaiter", pour respecter et être en phase avec la physiologie de votre lactation. Ne vous remettez pas forcément en cause: si souvent le "manque de lait" ce sont : pas assez de tétées, ou des tétées trop courtes, ce peuvent être aussi des tétées avec un bébé qui a du mal à bien vider le sein..... Cf consultations avec personnes ressources dûment formées.
  • les jus de fruits ; à inclure dans votre ingesta liquidien quotidien;
  • limitez l'alcool......

The minimum

  • Pour UN bébé allaité, ne tombez pas en dessous de 1800 kcal/jour;
  • Ne cherchez pas à perdre plus de 500g par semaine....
  • FAites attention aux régimes, y compris le régime Weight Watchers (aïe aïe), qui prévoit une portion supplémentaire pour la femme qui allaite, portion qui est tellement congrue que la mère va perdre du poids... mais aussi sa production de lait; que cela ne soit pas pris comme leur porter préjudice, je ne voudrais pas avoir un procès, ils sont très bien, mais la portion spécial allaitement ne convient pas; on pourrait en redire autant avec les myriades de régimes amaigrissants qui circulent;

PNNS

Le PNNS a édité une brochure: Le guide nutrition pendant et après la grossesse (petit guide rose) qui vous donnera quelques conseils à coupler avec ceux, totalement personnalisés, de votre médecin nutritionniste; voir le site du Ministère de la santé (www.sante.gouv.fr)

2009