J'ai subi une chirurgie esthétique aux deux seins, ou j'ai subi une chirurgie réparatrice à un sein,

Est-ce que j'aurais assez de lait, puis-je allaiter?

En général, je requiers l'aide de votre chirurgien, ou d'un de ses confrères disposant de votre dossier, et surtout j'ai besoin de connaître la technique de chirurgie employée, pour avoir les premiers éléments de réponse. La technique de chirurgie est très importante. L'ancienneté de l'intervention a également son importance, plus l'intervention est ancienne, meilleure la cicatrisation sera, et meilleure la prolifération cellulaire sera. Les canaux et nerfs "repousseraient", chaque année un peu, même si dans ma pratique, j'ai constaté que ça ne "repoussait" pas tant que ça (mais bon, j'ai forcément les cas très difficiles);

Il y a plein de mamans qui ont allaité sans saucun problème; et il y a tant de mamans à qui on a fait donner des compléments d'office, dès le premier repas; à côté de cela, j'ai connu reçu quelques mamans qui n'avaient pas de problème au démarrage, et qui en rencontraient plus tard; heureusement, j'ai pu les remettre sur les rails jusque là;

L'important est que:

si vous avez le projet d'allaiter, vous DEVEZ démarrer votre allaitement; idéalement, vous aurez eu une consultation avec une personne réellement formée, qui verra avec vous quels sont vos risques, et surtout: vous donnera les meilleurs conseils physiologiques (ce qui marche forcément), les conseils supplémentaires au cas où il y aurait un petit problème, les moyens de savoir si votre enfant prend bien tout le lait dont il a besoin (si possible avant le verdict de la balance).

 

Généralités sur allaitement et chirurgie mammaire:

Il existe de nombreux témoignages de femmes ayant eu une réduction mammaire et qui ont réussi à allaiter exclusivement leur bébé. Ou de mères ayant allaité leurs jumeaux.

Ce qui s'avérait de bon augure c'est:

  • Un bon conseil, et un suivi en prénatal et en postnatal, par une personne ressource dûment formée en lactation humaine, cela est primordial,
  • Partir du bon pied, en étant positive, c'est-à-dire : après une chirurgie mammaire, personne ne peut garantir que la production lactée correspondra à 100% des besoins du bébé ou des jumeaux, tout comme personne ne peut garantir une production très partielle, moyennement partielle etc..... DONC PARTONS POSITIFS!
  • On tente le coup; il y a de grandes chances que la production soit parfaitement adaptée, et comme la moindre goutte de colostrum, lait maternel humain, a son importance santé pour les bébés......
  • De plus, les opérations sont réalisées sur des seins QUIESCENTS. Ces seins vont subir les HORMONES DE GROSSESSE laissant toutes ses chances à l'arbre mammaire!!

Que faut-il regarder???

A regarder avec une personne ressource dûment formée, qui vous aidera à faire la part des choses!!!! si vous regardez et cochez les cases toute seule ça va vous coller le bourdon ;

  • Regarder le type de chirurgie, réduction ou augmentation?
  • Est-ce que la réduction a été limitée à la graisse autour de la glande, ou bien a-t-elle touché aussi la glande, quel volume de graisse a été retiré? C'est le rapport qui nous parle.
  • Pourquoi avez-vous souhaité une augmentation mammaire? parce que vous souhaitiez des seins plus volumineux, ou bien était-ce pour masquer des seins qui ne s'étaient pas développés correctement? La question n'est pas pleine de malice, c'est pour savoir si vous aviez des seins petits, ou bien des seins moyens (insuffisants à votre regard), ou bien si vos seins étaient hypoplasiques (c'est-à-dire qu'ils ne s'étaient pas développés correctement durant votre puberté), ou bien un sein mal conformé?
  • Comment l'implant a-t-il été placé, peut-il entraîner + de risques d'engorgements et mauvais drainages?? Quelle était la taille des seins avant même l'augmentation mammaire?
  • Y a-t-il eu une incision périaréolaire? Est-ce qu'on a découpé et déplacé l'aréole/mamelon? Ca, c'est la question qui tue, et hélas, c'est une technique utilisée énormément; croyez-moi j'ai visionné suffisamment d'interventions..... et justement, on risque d'avoir lésé l'alimentation nerveuse qui vous permet de sentir l'enfant s'il tète mal et qui empêche votre cerveau de ressentir à 100% toute la stimulation de votre enfant au sein;
  • Le chirurgien a-t-il coupé des canaux? le chirurgien a-t-il "touché" au mamelon? L'a-t-il "refait"?
  • Le chirurgien a-t-il lésé un nerf qui irrigue le sein/l'aréole/le mamelon? (un ou des nerfs!!)

Une petite astuce "test les yeux fermés": faites vous effleurer les yeux fermés, différentes zones de l'aréole et du mamelon (bien sûr, le testeur ne touchera parfois rien); s'il touche une zone et que vous ne sentiez rien, CONSULTEZ pour les meilleurs conseils de production ou d'éjection;

N'oubliez pas: on peut augmenter les productions de lait; on peut aider à éjecter...... et pas forcément avec des médicaments!! J'ai rattrapé des "mamans" qui galéraient depuis 2 mois et demi et en sortant du cabinet de consulation, l'enfant recevait bien + de lait, et il n'y avait pas eu ni tire-lait ni biberon ni LI; Notamment, une ancienne patiente, où il fallait qu'elle complète, et elle pompait depuis 2 mois sans aucun progrès; je lui ai rédigé un protocole reprenant ce que nous avions fait en consultation, à montrer au pédiatre qu'elle devait voir; la réponse du médecin fut: ok, on ne complète plus, on fait comme "ça" (ma proposition), et on refait le point dans un mois.