Espace allaitement > Allaiter des triplés > cas réel > je cherche un soutien...

Allaiter des triplés c'est aussi possible

 

Vous n'avez pas trois seins?? Mais vous n'avez pas trois mains non plus....!

Bonjour, Je suis une future maman de triplé(e)s (nous nous réservons la surprise des sexes...) qui va accoucher par césarienne à Montpellier, Hopital Arnaud de
Villeneuve, vers la fin du mois de mars à un terme d'environ 34 SA.

J'aimerais allaiter mes bébés, mais comme ce sont les premiers, difficiles de savoir à quoi m'attendre exactement. De plus, mon gynéco, qui est par ailleurs très gentil, et peut-être pour me "protéger", m'a dit que je pouvais essayer de les allaiter, mais que je n'y arriverais peut-être pas,
que je n'aurais sans doute pas assez de lait et surtout, que je n'allais faire que ça et que j'allais m'épuiser...Ce à quoi j'ai répondu que je souhaitais quand même essayer et que tout ce que j'attendais des gens autour de moi, c'était des encouragements et non du découragement et que j'allais juger moi-même si j'en étais capable ou pas. Il m'a dit avoir peur que je me culpabilise si je n'y arrivais pas et je lui ai dit que l'auto-flagellation n'était pas ma tasse de thé...

Voilà pour le cadre posé, ce gynéco est celui qui va m'accoucher, je n'ai pas encore rencontré l'équipe de sages-femmes qui m'entourera lors de mon séjour à la maternité. J'ai rencontré la responsable du service de réanimation néo-natale qui m'a semblée plus ouverte, mais comment savoir si elle est sincère ou ne voulait simplement pas me contredire... (je l'ai rencontrée à 3 mois de grossesse). Bref, j'ai peur de ne pas avoir le soutien que j'espère, de ne pas être écoutée ou prise au sérieux et de devoir me battre contre une équipe médicale qui aura des "arguments" auxquels je ne pourrai pas répondre grand chose étant donné que je n'ai aucune expérience à ce sujet.

Je cherche donc un soutien, voire quelqu'un qui pourrait être à l'hôpital avec moi (si cela est possible) pour m'aider à démarrer mon allaitement et à faire valoir mes convictions (allaitement de mes bébés, donner le lait à la tasse ou autre dispositif si je ne peux allaiter directement mes bébés en cas de séjour en couveuse ou réanimation néo-natale, etc). J'ai lu plusieurs témoignages à ce sujet et il m'a semblé que les mères ayant déjà eu des bébés ont pu mieux tenir tête et allaiter leurs bébés alors que les mères n'ayant aucune expérience sont ressorties frustrées et désarmées de l'hôpital et n'ont reçu que très peu de soutien pour leur premier allaitement, il faut le dire, un peu spécial.

j'ai pris contact avec l'association des Jumeaux et Plus du département, mais les mères de triplés que j'ai rencontrées n'ont pas allaité leurs enfants.

Voilà, je vais m'arrêter ici, il y en aurait encore beaucoup à dire, mais j'attendrai d'abord votre avis et vos conseils ou contacts éventuels pour poser d'autres questions.

D'avance, merci beaucoup de votre réponse.

Sincèrement,

Anne

lundi 9 février 2004 14:35

Bonjour Anne,

Un grand merci pour votre visite sur le site
http://www.allaitement-jumeaux.com, et pour votre confiance;

Oui, il reste peu évident d'allaiter des multiples, pourtant l'exemple
existe, je vous joindrais un témoignage; on dit: ça va fatiguer; il est vrai
que produire du lait nécessitera environ 500 kcal par enfant par jour (une
heure de danse disco) et cette énergie proviendra de vos réserves
graisseuses qui seront mobilisées naturellement, et de votre alimentation;
cette dernière devra être saine, diversifiée, et en quantité! pas de régime!
il sera temps plus tard, de perdre du poids; déjà l'allaitement vous en fera perdre; ensuite, faire un régime en post-partum, allaitement au sein ou non, est une hérésie, une culture de magazine qui entraîne des dégats plutôt qu'autre chose;

"Vous n'aurez pas assez de lait!"

le sein est une glande; c'est l'enfant qui passe commande en stimulant et en prélevant et c'est la mère qui fabrique ce que l'enfant a prélevé (ou le tire-lait a prélevé; il y a eu de très grands bouleversements dans les connaissances internationales vers 2000) commandé; si la mère n'a pas de lait (en dehors d'un aspect morphologico-hormonal extrêmement rare), c'est que:

  • l'enfant ne tète pas, qu'il ne tète pas assez, qu'il a reçu un biberon de lait avant, et qu'il arrive au sein pour téter-plaisir, mais pas pour téter-stimuler la production lactée;
  • qu'il a déjà reçu un biberon de lait après la tétée la fois d'avant, et
    qu'il ne va pas se gaver, il va téter le sein pou rle plaisir, mais lui
    dire: "écoute, inutile de me fabriquer du lait, je vais bouffer ailleurs
    après";

je dis cela volontairement, c'est un peu cru, mais c'est la vérité, c'est le
mécanisme...

Il y a d'autres causes:

un très mauvais climat émotionnel; parfois on veut allaiter, on veut on
veut, mais rien n'est là, les copains se foutent de vous, les médecins vous accusent d'être mauvaise mère, les grands mères vous tannent "on fait de très bons laits"........
la prise de pilule, de certains médicaments,
par exemple;

 

Vous n'avez pas trois seins!

oui mais vous n'avez pas trois mains non plus!
on n'a jamais vu donner trois biberons en même temps, alors pourquoi se focaliser sur le nombre de vos seins? avec trois enfants, si vous êtes seule, il y aura toujours un enfant qui attendra; (et puis même s'il y a quelqu'un avec vous: ou alors on nourrit les enfants tous en même temps et toujours....)

je me rappelle une travailleuse familiale, qui s'occupait de triplés: elle
nourrissait les trois enfants: deux en même temps puis le troisième; celui
qui attendait, restait dans la pièce, mais le maxi-cosi tourné, grosso modo pour lui dire: tu ne manges pas tout de suite, mais tu n'es pas seul; on est avec toi; et il ne voyait pas ses jumeaux en train de manger;

 

Comment peut-on s'organiser?

Déjà vous le soulignez, il faut être MOTIVEE, INFORMEE, SOUTENUE. déjà pendant la grossesse; le rapport à l'allaitement est même fonction de la motivation AVANT grossesse; il y a beaucoup à dire, je pense que l'image de soi avant-grossesse est une marque culturelle, on a en soi, l'allaitement au sein, avant même d'aller se poser la question; on peut en discuter...

lisez largement tous les textes de [l'espace allaitement-les débuts alias le guide de l'allaitement], :
qui vont largement évoquer l'allaitement depuis juste avant d'arriver en
salle de naissance jusqu'à bien plus tard...

via [notre menu de navigation]

vous pourrez aller télécharger une partie de nos publications; je peux vous joindre à part par email nos publications sur la césarienne et l'info sur le mixte qui ne sont pas en ligne; sinon une reliure qui reprend toutes nos publications peut être envoyée par la poste, contre le participation de 7.50 euros; [ancien tarif]


Je pense que vous pouvez largement vous inspirer de l'allaitement de
jumeaux
ET pour nourrir le troisième enfant (qui ne sera jamais le même en dépit des rythmes perso des enfants, il faudra jongler, pour que ce ne soit pas
toujours le même le premier, ni le même le dernier),

 

vous avez plusieurs possibilités, elles ont très personnelles:

  • vous pouvez allaiter au sein deux enfants ensemble, puis le troisième;
  • vous pouvez allaiter au sein deux enfants ensemble, le papa nourrit le troisième (avec votre lait ou du lait infantile);
  • vous pourriez allaiter au sein deux enfants ensemble, puis nourrir le
    troisième: si c'est de votre lait, pensez au temps pour tirer votre lait
    puis le donner, vous aurez aussi vite fait de soulever le rabat de
    soutien-gorge!! gagnez-vous du temps si c'est du lait infantile, pas
    forcément au final -pensez aux temps de préparation, attendre impérativement les rots;

N'oubliez jamais: les premiers temps, vous serez aidée; après, vous serez seule; et l'allaitement au sein sera souvent plus pratique, juste le rabat à soulever, plutôt que 21 biberons à aver/stériliser/préparer/donner
etc.........

Accoucher de triplés, cela signifie encore plus de risques de césariennes; cela signifie encore plus de risques de bébés de faible vigueur

(on a les publications sur ce sujet); cela signifie aussi encore plus de risques de prématurité;

 

la césarienne (développée en publication), on peut allaiter, avec un coussin qui amortit les risques de coup sur le ventre, on s'aide d'oreillers, traversins, pour mettre les enfants sur la poitrine, ou le long du flanc de la maman;

l'enfant de faible vigueur n'arrive pas à amorcer la tétée; il a du mal à
prendre le sein (trop gros) en bouche, l'éjection du lait ne se fait pas...
il faut amorcer la tétée pour lui, en vidant partiellement le sein, en fait
en assouplissant l'aréole, et voir si la position Ballon de rugby ne lui est
pas préférable;

l'enfant prématuré, lui, aura sûrement un gavage, qui dépend de l'unité
médicale; les mises au sein sont tardives, car on privilégie souvent le
médical; ce qui importera sera essayer de négocier: votre lait de façon
préférentielle, plutôt qu'un lait infantile même prématuré, votre lait reste
toujours meilleur, surtout qu'il sera adapté à la prématurité; il faudra
obtenir un tire-lait, double pompage (on pompe aux deux seins en même temps,
ce qui permet de gagner du temps et de récolter + de lait)... un soutien
moral sera nécessaire! et il faudra obtenir que les équipes ne donnent pas de biberons [comme dispositif]; car le drame de l'allaitement d eprématurés, c'est qu'on donne des biberons par culture, par habitude, par facilité, mais lorsque la mère veut donner le sein, les enfants ne savent plus y téter (on suce un biberon différemment de ce qu'on ttèe un sein), et ils ne veulent pas faire l'effort de stimuler ni d'attendre les flux les uns après les autres (le biberon coule tout seul, et d'un seul coup);

cela, et l'image fatiguante de l'allaitement, ce seront vos soucis; nous
sommes là pour vous aider: à prendre vos décisions, et à vivre (ou mieux vivre) vos choix, et vous proposer des trucs, astuces, idées, au cas par cas;

notre aide peut se faire à distance; nous "travaillons" par internet, comme venez de le faire; aussi par téléphone;

les publications portent toujours notre adresse de Codognan, mais nous avons déménagé; cela ne pose pas e problème, car depuis 1998 nous avons pu soutenir des mamans de la France entière (et même plus loin); localement, je ne pourrais pas venir vous voir à Béziers; mais je connais une personne qui pourrait éventuellement vous donner un coup de main; il est vrai que l'ADJ+ est la seule association de soutien spécialisée pour l'allaitement des jumeaux, triplés... parfois si nécessaire, on s'appuie sur des connaissances pour du local (assister à une mise au sein, examiner les seins...);

Je peux essayer aussi de vous mettre en contact avec des mamans qui
allaitent leurs triplés; une de mes adhérentes allaite ses triplés, mais ses
enfants sont encore en néonat, je pense que lorsqu'elle aura une vie un peu plus "zen", elle pourra témoigner de son organisation; là en ce moment, c'est une organisation plutôt "tire-lait" et "hôpital"; d'ailleurs, elle est dans le sud de la France;

Amicalement,

Françoise Coudray
Présidente de l'ADJ+
(Allaitement Des Jumeaux et Plus)

suite de l'échange

Bonjour Françoise,
Tout d'abord, merci pour votre réponse et votre site! J'y vais assez souvent et j'ai imprimé quelques documents. Tout cela est très précieux pour ce qui s'en vient... A chaque fois que j'ai eu un contact avec le personnel médical, par téléphone jusqu'à présent, j'ai pu vérifier le fait qu'il ne sera pas facile de faire comprendre à tout le monde ce que je veux faire...


Je serai à l'hôpital pour un mois et demi avant l'accouchement, à partir de dimanche prochain. J'ai téléphoné à une sage-femme ce matin pour savoir ce que je devais apporter et s'ils avaient un tire-lait double pompage à la maternité. Elle m'a demandé qui m'avait recommandé ce genre de tire-lait... qu'ils en avaient des simples et que de toute manière, au début, je n'allais pas avoir beaucoup de lait, et que je pourrais tirer mon lait avec un
simple. Que le double, c'était pour le retour à la maison, pour quand j'allais avoir beaucoup de lait...Bon, je lui ai simplement dit que j'allais voir pour me procurer un tire-lait double quand même puisqu'ils en avaient pas. Elle m'a dit "Mais vous en aurez pas besoin avant d'accoucher!" (...)


Enfin, quand je me suis informée pour les télévisions à louer, ce fut beaucoup plus simple...

Ceci dit, pour le tire-lait double, ma sage-femme m'a donné un tuyau et j'ai déjà réservé un appareil Medela Modèle Symphonie qui serait un modèle récent qui ferait un massage auréolaire ce qui stimulerait encore mieux la lactation.

J'ai aussi rencontré l'animatrice de la LLL la semaine dernière,. Elle m'a donné beaucoup d'information et surtout m'a assuré de son appui et son soutien pour le démarrage à la maternité. Il y aurait aussi une jeune puéricultrice qui est très intéressée par la LLL et leurs
activités. Donc, je vais essayer de la voir pendant mon séjour à l'hôpital et voir si elle ne serait pas intéressée par mon "cas" et en faire un "cas d'école" et donc m'aider à allaiter mes triplés. Je me suis procuré l'Allaitement tout simplement et j'ai commandé "Mothering multiples" que je vais lire à l'hôpital.

J'avais une question concernant le colostrum et l'animatrice était aussi intéressée par votre réponse. Comme il n'y a que de petites quantités de colostrum normalement pour un seul bébé, je me demandais si la production de colostrum s'adaptait aussi. De même, est-ce que je dois utiliser le tire-lait double pour recueillir le colostrum ou dois-je le recueillir
autrement? Et enfin, doit-on donner la même quantité de colostrum à chaque bébé ou faire en fonction de leur poids?

Voilà. Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Je vous remercie encore pour votre soutien et vos réponses.

Au plaisir, bonne fin de journée et à bientôt,

Anne

Bonjour Anne,
Je suis heureuse que des pages du site aient pu vous aider, vous informer,
et soyez sûre: Nous serons toujours là pour vous aider, il est vrai que
l'allaitement des jumeaux et plus est quelque chose que nous connaissons plus que bien, et c'est "amusant" qu'il y ait des périodes à triplés plus que d'autres (souvent il n'y a aucun cas, et soudain, 3 cas en même temps; 3 justement, c'est marrant!!);

j'ai mis l'extrait de votre message où vous parlez de la facilité pour louer
des télés, sur mes deux listes de discussion, qui sont rattachées au site;
nous en avons une dédiée à l'allaitement de jumeaux, mais nous avons
plusieurs mères sur l'autre liste. ce sont des mères qui s'entraident, se
soutiennent; j'interviens techniquement lorsque c'est nécessaire, mais cela fait du bien aux mamans et futures mamans;

Il faudra bien, je le confirme, stimuler vos seins au maximum lors des
débuts, pour trois; et oui amusément, les seins se préparent pour le nombre d'enfant, ensuite tout est question de stimulation;

si vous usez du tire-lait "pour un", vous aurez du colostrum puis du lait "pour un"; d'où l'importance d'un tire-lait double pompage dès les débuts pour démarrer la lactation, puis pour l'entretenir; et l'importance de stimuler pour trois, car même si le sein est une glande, et non un réservoir, il n'en demeure pas moins qu'il semble avoir une mémoire et qu'il enregistre une capacité de fabrication avant la fin du premier mois;

 

Je vais vous donner l'exemple: j'avais des jumeaux, chaque sein sollicité
fabriquait sa dose de colostrum pour l'un puis l'autre (j'avais opté pour
chacun son tour); mais si le sein est à nouveau/encore stimulé (pour le
troisième bébé), il va refaire une ration; enfin, le sein est programmé
génétiquement entre autres pour être adapté au volume de l'estomac du
nouveau-né, il attend sa stimulation;

Quand supplémenter un bébé allaité

When to supplement a supposedly breastfed baby. LJ Smith. JHL 1998 ; 14(2) : 145-46.

traduction d'une partie du document en anglais.

L'examen clinique est important. Un bébé qui « a l'air bien » va
probablement bien. Lorsqu'un bébé va mal, cela se voit souvent à l'examen.
Ce que dit la mère est aussi important : la mère est souvent la première à se rendre compte que quelque chose ne va pas chez son bébé.

La chose la plus importante est de nourrir correctement le bébé, s'il n'
arrive pas à le faire seul au sein. Si un bébé est déshydraté et malnutri,
cela aggravera encore un éventuel problème de succion en l'affaiblissant. L' observation du déroulement d'une tétée donnera d'utiles informations si un problème est suspecté. Si nécessaire, l'enfant sera pesé avant et après la tétée sur une balance de haute précision.

Cette consultante en lactation a mis au point des critères de suivi,
appliqués dans le service où elle travaille. Ils sont valables dans la
mesure où la mère a son bébé avec elle en permanence, et peut l'allaiter à la demande (si ce n'est pas le cas, c'est la première mesure à prendre).

J1. Le volume de l'estomac du bébé est de 5 à 7 ml. La sécrétion moyenne de colostrum est de 10 à 100 ml. La plupart des bébés commenceront à éliminer le méconium, et urineront au moins 1 fois. Le bébé doit passer la majeure partie de son temps dans les bras de sa mère, et téter à la demande. Les tétées seront observées pour vérifier la qualité de la mise au sein et l' efficacité de l'enfant, les seins de la mère seront examinés.

J2. Le volume de l'estomac de l'enfant est de 10 à 13 ml, celui du colostrum est de 10 à 100 ml. L'augmentation de la sécrétion lactée débutera. De nombreux bébés n'auront pas de selles, mais la plupart urineront régulièrement. Si ce n'est pas le cas et que le bébé semble avoir un problème, la supplémentation avec du lait maternel sera envisagée.

J3. Le volume de l'estomac est de 22 à 27 ml, la sécrétion lactée augmente rapidement et atteint généralement 200 ml sur la journée. La plupart des bébés urineront régulièrement et auront plusieurs selles. L'émission régulière de selles est un bon indicateur de l'adéquation des apports caloriques du bébé. Si le bébé ne tète pas régulièrement, la stase du lait commencera à compromettre la synthèse du lait. Si la mère a un engorgement, il sera traité rapidement par applications froides et/ou cataplasmes de choux.

J4. Le volume de l'estomac est de 36 à 46 ml, la sécrétion lactée doit
atteindre (voire dépasser) 400 ml/jour. 4 selles par jour représente un bon chiffre. Le bébé doit commencer à reprendre du poids. En cas de problème, la mère tirera son lait pour le donner à son bébé, et la situation sera étudiée de près pour détecter la cause du problème et y remédier au plus vite.

J5. Le volume de l'estomac est du 43 à 57 ml, pour une sécrétion lactée
atteignant ou dépassant 600 ml/jour. A ce stade, soit les choses se passent bien (tétées, urines et selles régulières), soit il est net qu'elles vont mal (bébé ictérique, léthargique...), et il est vraiment urgent de remédier au problème.

Saluez Daniele de ma part, j'ai quitté le Gard fin octobre [2003], et on ne se sera finalement pas revue, en dehors de la balade sur les^bateaux-mouches du pont de l'Alma, une petite rencontre que j'avais organisée il y a bientôt 4 ans.....

Amicalement,

Françoise Coudray
Présidente de l'ADJ+
(Allaitement Des Jumeaux et Plus)

BOnjour,
je vous avais écrit avant de donner naissance à mes trois petites filles
pour avoir des informations sur l'allaitement de triplés, notamment en ce
qui concernait le colostrum et les débuts.

Les débuts se sont bien passés: j'ai eu une très bonne montée de lait, et
j'ai allaité exclusivement Alice, Charlotte et Daphnée pendant un mois et
demi. A cause de l'hospitalisation de Charlotte pour une opération et des
examens répétés dus à une cataracte congénitale, et aussi à cause de la
fatigue, du manque de temps pour tirer mon lait, nous avons introduit des
biberons de lait maternisé, ponctuellement, lors de mes absences. Les filles
se sont bien adaptées tant au biberon qu'au sein, d'ailleurs, je n'ai pas eu
de problèmes particuliers (crevasses ou autres...) depuis mes début
d'allaitement.

Seulement, depuis le début du troisième mois, nous avons décidé de donner un
biberon systématique le soir : à l'avant dernière tétée, l'une des trois
reçoit un biberon et à la dernière tétée, les deux autres ont le biberon (de
manière à quand même stimuler les seins à chaque tétée). Cette décision a
été motivée par la chaleur, la fatigue accumulée des trois premiers mois
pour me permettre d'aller plus tôt au lit. Seulement, depuis (enfin, il me
semble), les filles semblent se "battre" avec mes seins, sauf pour la tétée
du matin (ça y est, elles sont à 5 tétées) . Parfois, elles tiennent
4heures, parfois non. Il me semble aussi qu'elles tirent moins bien...
J'essaie de boire beaucoup, de répondre à leur demande pour stimuler, mais
je n'arrive pas à renoncer à ce biberon du soir... Je me sens très fatiguée
et malgré la présence de ma mère et son aide on ne peut plus précieuse, je
n'arrive pas à récupérer. Sans compter toujours la chaleur...

J'ai donc commencé à prendre du galactogil, à manger du fenouil, à boire de
la bière, à marcher en allaitant (parce que ça semble stimuler les filles à
téter mieux...). Mais j'ai l'impression à chaque matin d'entrer dans une
spirale infernale de questionnement et de doute : ont-elles assez mangé -
vont-elles pleurer dans une heure - ai-je assez de lait... Et j'aimerais
continuer à allaiter, choisir quand je vais arrêter...

Y a-t-il des conseils que vous puissiez me donner à la lumière de mon récit?
Que faire quand on est si fatiguée? Peut-on faire une pause de l'allaitement
pour mieux reprendre ensuite(je pense connaître la réponse, mais bon...)?
J'avais pensé faire une rotation pendant un certain temps (deux au sein et
une au bib à chaque tétée), mais j'ai peur d'agraver les choses...

Merci à l'avance de vos conseils et de votre aide.

Cordialement,

Anne

samedi 24 juillet 2004 17:08

Chère Anne,

Déjà, je vous adresse toutes mes félicitations!! vivent Alice, Charlotte et
Daphnée!! c'est génial!! j'espère que tout s'est bien passé, en tout cas
cela semble l'avoir été....

Bravo aussi pour ce bel allaitement... j'espère que vous n'avez pas fait vos débuts toute seule....

"à l'avant dernière tétée, l'une des trois reçoit un biberon et à la
dernière tétée, les deux autres ont le biberon (de manière à quand même stimuler les seins à chaque tétée). Cette décision a été motivée par la chaleur, la fatigue accumulée des trois premiers mois pour me permettre d'aller plus tôt au lit.
Seulement, depuis (enfin, il me semble), les filles semblent se "battre"
avec mes seins, sauf pour la tétée du matin (ça y est, elles sont à 5
tétées) . Parfois, elles tiennent 4heures, parfois non. Il me semble aussi
qu'elles tirent moins bien... J'essaie de boire beaucoup, de répondre à leur demande pour stimuler, mais je n'arrive pas à renoncer à ce biberon du soir... "

Il arrive qu'on soit à une période où l'on est fatiguée, avoir des triplées
n'est guère évident, et personne ne vous jettera la pierre!!

avoir des jumeaux est déjà fatiguant, alors trois!! ce n'est guère évident, trois petits bébés, et la grossesse est toujours plus difficile, plus fatiguante, même si cela semblait bien se passer... il se peut qu'il y ait eu un contre-coup de fatigue aux trois mois et quelques des enfants; là, il
importe vraiment de bien manger!! pas tant de beaucoup boire (on risque plus de souci si on boit de trop), par contre, il faut manger, impérativement, 5 fois par jour idéalement, avec de vrais repas (entrée, protéines, légumes, féculent, fromage, fruits); si on ne mange pas assez, on entre en mode fatigue, voire en baisse de sécrétion lactée;

Avant tout donc, mangez!!

(et dire qu'il y en a qui ne peuvent voir le nutella qu'en rêve, et vous,
on vous dit presque d'en user!!).
Et normalement, bien des choses devraient s'arranger;

Quant aux remèdes naturels, ils ne seront jamais efficaces à eux-seuls, mais ils aident!!


voici qqchose de très efficace:

GRAINES DE FENUGREC:


La dose cependant doit approcher les 3000-4000 mg PAR JOUR
(en 3 prises) ce qui peut représenter 12 gélules de graines de fenugrec, par jour, pour avoir un effet sur la lactation; on en prend durant deux jours;
si amélioration, on continue avec le même nombre de gélules; si pas
amélioration, on augmente le nombre de gélules; les gélules de fenugrec se trouvent en pharmacie, au rayon "augmenter l'appétence et faire prendre du poids"; questions de société, car dans de nombreux pays, c'est pour augmenter la lactation... ici on connaît pas;

Attention, éviter le fenugrec si vous avez des problèmes de thyroïde ou de glycémie

On a vu que les remèdes ne font pas spontanément jaillir le lait,

il faut qu'il y ait vidange du sein pour qu'il fabrique autant ou +;
il faut que les enfants tètent ET stimulent; ce que je crains, c'est que les
enfants se battent parce que le lait s'écoule moins vite du sein , avec donc une éventuelle cause biberon; il faudrait voir, réfléchir, si vous supprimez ce biberon en tant que substitut de tétée, ou si vous supprimez ce biberon comme dispositif, en utilisant autre chose (cuillère en plastique dur de Thermobaby, verre à couvercle, à bec verseur mou de Avent?????);


Donc porte ouverte à toutes situations: reprendre en exclusif si VOUS le
souhaitez, ou rester tout en exclusif + un repas par enfant par jour avec
l'organisation que vous avez choisie, mais pas avec le dispositif biberon;

Les difficultés sont-elles à toutes les tétées, majoritairement les tétées,
ou une seule par jour??? votre réponse m'aiderait, à affiner ma réponse;


Il est vrai qu'on peut stopper l'allaitement, et le reprendre plus tard; si
si!! pour redémarrer l'allaitement, il faudra:
1. relancer la sécrétion lactée, ce qui n'est pas le plus difficile,
2. réconcilier les enfants avec le sein, ce qui est plus difficile; l'idéal
est que les enfants ne reçoivent pas de biberons, car il arrive un moment où
on ressent des soucis causés indirectement par ce dispositif, comme
l'énervement devant le sein;


Une autre cause de l'énervement: vous allaitez en même temps peut-être??
avez-vous songé que vos enfants pouvaient tirer le sein à elle, pour que
"l'autre " ne le prenne pas "tout simplement" "tout soror-nellement??

A bientôt de vous lire, et de tâcher de vous aider,
Amitiés,
Françoise


Amicalement,

Françoise Coudray
Présidente de l'ADJ+
(Allaitement Des Jumeaux et Plus)