Espace allaitement > Allaiter des triplés > cas réels >généralités

Allaiter des triplés c'est aussi possible

Vous n'avez pas trois seins?? Mais vous n'avez pas trois mains non plus....!

Il s'agit ici d'une réponse point par point (titres) à une demande de future maman de triplés; en l'occurence, l'allaitement de cette maman ne s'est pas bien passé, mais aussi, cette femme devenue mère est restée dans ses soucis, sans faire appel à nous ni même à une autre association; J'aimerais donc dire: quoiqu'il arrive, n'arrêtez pas l'allaitement; continuez de donner le sein et contactez une association qui saura regarder ce qui ne pas va, et proposer des solutions permettant de vivre harmonieusement l'allaitement maternel;

Souvent, mais pas toujours, un médecin, une auxiliaire de puériculture, n'auront qu'un message à proposer: passage au lait industriel. C'est quand même trop dommage, quand on sait qu'en vous adressant à une association, vous recevriez le soutien et les informations pour passer au-delà de ces difficultés.

Et de manière générale, au retour de maternité, faites-vous informer, soutenir.


L'allaitement maternel est à juste titre, un multiple moyen d'apporter son amour :

  • en prodiguant aux bébés l'alimentation équilibré dont ils ont vraiment besoin, car en fonction de leur succion, ils indiqueront à vos seins s'ils ont besoin de protéines, de lipides, de glucides, de vitamines, d'acides gras.... et en quelles quantités, (la nature n'est-elle pas merveilleuse?)
  • en développant leur immunité, de nombreuses études paraissent très régulièrement, qui indiquent que l'enfant allaité est moins malade, voire n'est pas malade : peu de diarrhées, peu de rhinopharyngites, peu d'otites, mais aussi riques atténués de développer des cancers, des caries, du diabète...

Je vous renvoie ici, aux dossiers Santé

  • en leur apportant des moments uniques, et en améliorant un relationnel si important, surtout lors de l'arrivée de plusieurs enfants. J'ai récemment soutenu et conseillé une jeune maman de jumeaux qui souhaitait allaiter, essentiellement pour le relationnel qu'elle pourrait apporter à ses deux enfants.

Du soutien à la clinique-Mon premier conseil :

  • serait de vous armer de courage pour imposer votre allaitement, et en même temps, je pense que vous aurez peut-être moins de problèmes que moi pour imposer l'allaitement de Alexandre et Maximilien. Je pense, j'espère, que vous recevrez beaucoup d'aide, au contraire.
  • J'imagine que vous êtes suivie par une équipe spécialisée, donc lors de votre prochaine visite, n'hésitez pas à mentionner votre désir d'allaiter, à demander à voir la sage-femme allaitement de la maternité, pour la prévenir de votre souhait, et de votre espérance en son soutien et en ses visites lorsque vous aurez accouché.
  • Vous pouvez à l'avance prévenir l'équipe de prévoir des barrières de lit pour vous: vous pourrez vous allonger dans votre lit et avoir vos bébés avec vous sans risque de les voir tomber. Faites-le, moi j'ai parfois cru que j'allais m'écrouler, car j'allaitais assise, et j'ai parfois eu peur de lâcher le bébé au sein.
  • Si vous rencontrez des sceptiques, imposez-leur votre volonté d'allaiter, montrez-vous ferme, personne n'a le droit d'empêcher une mère d'allaiter, et personne ne devrait avoir le droit de la décourager.

Lecture-Mon deuxième conseil sera:

  • si vous souhaitez lire des livres sur l'allaitement, documentez-vous dès maintenant,  et si vous lisez un livre, mettez des "post-it" aux pages susceptibles de vous aider en cas de problèmes. Par exemple, page où on traite des bobos, page où on parle des prématurés....oui, bien sûr, je ne mentionne que les problèmes, mais il s'agit d'être prévoyant. Quant aux pages qui décrivent les joies de l'allaitement, vous les trouverez bien vite et sans post-it!!!!
  • Pourquoi donc? Et bien lorsqu'on vient d'accoucher, on est sur un petit nuage..... on a du mal à rassembler ses esprits et à consulter un livre, enfin, c'est ce que j'ai ressenti. Quant à lire la totalité d'un livre pour y trouver une réponse spécifique, je m'en suis sentie incapable. Les mots dansaient devant mes yeux..... On est sur un petit nuage, et on ne dispose plus de beaucoup de temps.... car on est devenue maman.
  • Autre chose, consultez ma rubrique, qui est assez simple à aborder, et où j'évite au maximum de ressembler à un livre, justement. J'essaie de la concevoir de manière à ce que l'on ait des informations à l'avance, mais aussi sur le moment quand on en a vraiment besoin.
  • [Vous pouvez trouver des réponses dans le guide de l'allaitement et dans les rubriques thématiques de l'Espace Allaitement;
  • Et si la réponse n'est pas en ligne,n'hésitez pas à m'envoyer un mail, voire à m'appeler moi ou une de nos représentantes. (ou une autre association "locale")
    Autant je peux mettre quelques jours pour répondre à une question d'ordre général ou peu pressée, autant si vous précisez que vous avez accouché et qu'un problème se présente, je réponds tout de suite.
  • Il m'est par exemple récemment arrivé de conseiller, et surtout de soutenir une maman qui venait d'accoucher de ses deux enfants et qui rencontrait des problèmes avec l'équipe médicale.

Lecture, attention-Mon troisième conseil

  • de vous méfier un peu des livres sur l'allaitement,  car nombreux sont les livres où l'on parle trop de sevrage et de biberons, que ces biberons soient justifiés ou non d'ailleurs:
  • dans certains livres, on parle trop aisément, hélas, de compléments, ou de sevrage au bout d'un mois. Pour certains, au bout de 4 mois, il faut passer à autre chose. D'ailleurs, n'avez-vous eu l'occasion de voir certaine publicité à la télé : "vous allaitez, maintenant qu'il a quatre mois, il lui faut autre chose" ? Notez que je ne mentionne aucun nom.....
  • Est-ce par accord avec les industriels de l'alimentation infantile, mais souvent, on "tolère" qu'un enfant soit allaité, mais il faut qu'il soit sevré au bout d'un mois! ou de quatre?
  • L'autre mention erronée de nombreux livres traitant de l'allaitement : ce sont les biberons. Que ne ferait-on sans eux?

Stop : ne donnez jamais pas de lait avec un biberon si c'est possible; car cela peut générer des difficultés de prise en bouche, de succion, et de prélèvement du lait; par contre si biberon comme dispositif il doit y avoir, donner ces biberons de manière physiologique - nous contacter pour en savoir plus; si vous décidez de compléter l'allaitement maternel, n'employez pas de biberon, utilisez : une tasse, un coquetier, une pipette, une seringue (sans l'aiguille), voire le Soft-cup de Medela (Consultez le cas échéant le descriptif produit sur le dispositif Soft-Cup.

Stop, pourquoi donner des compléments de lait industriel?
j'ai un exemple de maternité, où les enfants allaités qui doivent recevoir des compléments, reçoivent du lait maternel ! donné par d'autres mamans. En fait, on devrait toujours privilégier le lait des SEINS et travailler à optimiser le transfert de lait, avant d'avoir un recours au lait infantile; ce n'est pas allaiter ou non, donner du lait maternel ou non; simplement pour une maman qui désire allaiter, privilégier le physiologique et utiliser ses seins avant le recours au lait industriel;

Stop, une maman qui allaite ses enfants sur une longue période n'est pas une mère "bizarre", "qui ne coupe pas le cordon ombilical" ou autres choses que j'ai pu lire dans certains ouvrages.

J'allaite mes enfants qui ont eu 14 mois aujourd'hui 24 novembre, c'est entre autres pour leur santé, notre relationnel, une meilleure alimentation, un équilibre, je ne me sens guère de problèmes psychologiques..... Ils ont finalement tété un bon 2 ans et demi, avec une petite pause pour Maximilien sur la fin de ma grossesse de Florian.

[nota: courrier rédigé fin1998]

Aussi, évitez le biberon en tant que dispositif, que vous souhaitiez opter pour les compléments, ou que vous le deviez en donner.

  • autre chose lue dans un livre assez connu et résumé: "l'allaitement des jumeaux est très fatigant" , "est-ce que cela vaut la peine?"

On lit parfois de ces chose qui vous mettent hors de vous....

Une jeune accouchée qui m'a contactée s'est entendue dire: allaiter ses jumeaux, c'est beaucoup de peine pour pas grand chose. Horreur, monstruosité....

Non, l'allaitement des jumeaux ne fatigue pas, ce sont les réflexions d'autrui qui sont fatigantes.

Chaque fois que j'ai senti des coups de blues, de la fatigue,cela revenait à une période où j'avais voulu "tout" faire: les bébés, le ménage, le repassage, sans repos ni rien, et cela dans l'espace unique de la journée.

Au contraire, figurez-vous qu'on "vient" de découvrir que lors de la tétée, une hormone de bien-être, de plaisir, est sécrétée chez la mère. Alors .....

Quant à des triplés, c'est sûr que vous pourrez vous sentir fatiguée, mais n'oubliez pas qu'une jeune mère doit penser à ses enfants et oublier son ménage, et cela: qu'elle donne la vie à des triplés, des jumeaux, un enfant, ou beaucoup plus, et qu'elle allaite ou non.

Pour vous, c'est le temps que prendront les tétées qui pourront avoir une incidence sur de la fatigue,et donc sur l'exclusivité de l'allaitement. J'en parlerai plus loin, mais en résumant: avec trois enfants, vous risquez de donner la tétée sur une grande partie de votre journée et de votre nuit, mais cela uniquement si vos enfants restent longtemps à la tétée. S'ils aiment téter longtemps, ou bien s'ils doivent téter longtemps pour être assouvis, vos pourrez vous sentir fatiguée à juste titre, il faudra peut-être voir à allaiter deux bébés, et faire donner du lait à part au troisième.

 

Donc, lisez, mais avec modération...

Je n'ai pas encore écrit le livre idéal pour l'allaitement des jumeaux et plus, désolée (-:))))!!! ) ou plutôt le livre existe, ce son t es éditeurs qui hésitent vu le peu de "clientèle";


Lecture spéciale jumeaux et plus-mon 4e conseil sera:

Justement, en parlant de livres dédiés aux jumeaux, et plus. Il y a peu d'ouvrages sur l'allaitement des jumeaux et plus. Il n'y en a qu'un seul valable (dont certains éléments à prendre ou à laisser, mais en matière de lactation, il n'y a pas de soucis à se faire)

Vous pouvez acheter ou consulter "le Maternage des Jumeaux", de Karen Kerkhoff Gromada, traduit de l'américain.

Bien que je ne me sois pas inspirée de ce livre quand j'ai créé ma rubrique, vous trouverez peu de choses qui ne soient déjà mentionnées dans les documents en ligne. J'ai lu ce livre "sur le tard" comme on dit.

[la rubrique est devenue un site qui prendrait 500 feuilles donc une rame de papier, si on l'imprimait]

 

Cet ouvrage a des côtés que je mentionnerais comme positifs, et d'autres comme négatifs; un peu à l'image de tout ouvrage. Donc lisez-le, mais ne vous forcez pas à adopter les philosophies qui y figurent,

entre autres, mais il s'agit là de MON avis:

Je veux parler de cette coutume surrannée qui veut que des jumeaux et plus venant de passer "neuf" mois ensemble, il ne faut pas les séparer, il faut les allaiter ensemble, il faut les câliner ensemble, il faut tout faire ensemble. C'est un aspect très présent dans ce livre, trop présent, et à la limite, c'est un peu moralisateur.

Mon avis est que non, chaque être est un individu, qui ne doit pas être partagé. Irais-je dire que justement, les bébés sont nés, ils ont enfin un peu de place, ouf, laissons un minimum d'espace vital....

En outre, si je me base sur mes enfants, je peux vous assurer qu'ils ont besoin de câlins et tétées pour eux-seuls. Il est arrivé une période où j'ai allaité simultanément mes enfants, qui avaient environ onze mois. C'était à la demande de Maximilien, du moins les premières tétées. Ces tétées simultanées sont devenues des habitudes, sauf pour la tétée du matin.... et les tétées nocturnes. Parlons de ces tétées nocturnes. Alors que les enfants faisaient spontanément leurs nuits, tout à coup Alexandre s'est mis à se réveiller deux fois, trois fois la nuit. Je le mettais alors au sein....Maximilien s'est mis aussi à se réveiller une à deux fois la nuit. Nous avons bien réfléchi mon époux et moi-(même, et après un traitement homéopathique qui n'a pas fonctionné (et pour cause:) : les demandes fréquentes de tétées nocturnes étaient en rapport direct avec les tétées simultanées.

Alexandre se disait: "tiens, la nuit, je peux avoir maman pour moi tout seul, alors je vais réveiller maman la nuit".

L'arrêt des tétées simultanées a entraîné l'arrêt de ces réveils nocturne intempestifs.

Il est arrivé que les enfants soient dans un état d'agitation extrême et que j'opte pour un "câlin-sein" simultané (mais c'est très rare). Et bine une fois, Alexandre est parti dans une immense colère, et a refusé le sein, car son frère tétait déjà.

Donc bien faire la distinction de vos bébés, ce sont "des" "individus", pensez à les distinguer en tant que tel, et si par nécessité (car il y aura parfois nécessité) vous devez vous occuper d'eux trois en même temps, ne négligez surtout pas l'aspect individuel.


Soutien d'une amie, du papa-mon 5e conseil sera:

Prévoyez une amie, un membre de la famille, qui pourra vous assister dans les mises au sein sur le plan des positions. Et trouver une personne qui a allaité et avec bonheur, et qui soit disponible....

A la maternité, vous pourrez compter sur la sage-femme allaitement. Pour autant qu'elle soit de service, et pas malade.....Où j'ai accouché, j'ai pu compter sur la présence de la sage-femme allaitement, mais j'ai accouché un mercredi, elle est venue me voir le jeudi, pour m'apprendre à mettre les bébés au sein, et apprendre à Maximilien à téter,  mais elle est partie ensuite en week-end, ce qui est tout à fait normal, et là mes ennuis ont commencé, et il n'y avait plus personne. Malheureusement, cette femme super n'est pas venue, pour problèmes de santé. Donc prévoyez autour de vous......d'avoir une aide.

De plus, de retour à la maison, rien n'est plus comme à la maternité. A la maison, il n'y a plus de sage-femme, plus d'infirmières (quoique, je vais être très médisante, mais ce ne sont jamais les infirmières qui vous apporteront de l'aide, sur tous les cas d'allaitement "raté", je me suis aperçue, d'après témoignage, que ce sont ces femmes viennent essentiellement vous déprimer).

Là encore, une bonne amie... ou une soeur...qui ont allaité.

S'il y a une position que vous deviez maîtriser, c'est allaiter en position allongée. A plus d'un titre: peut-être accoucherez-vous par césarienne, donc la position allongée est ce qu'il vous faut. Consultez le dossier des positions.

Vous serez fatiguée, donc la position allongée est ce qu'il vous faut.

Cette position est l'une de celles où la tension sur le mamelon est moindre,
donc la position allongée est ce qu'il vous faut.

 

[ au risque de me contredire par rapport à un paragraphe plus haut, il faut savoir une chose: souvent un allaitement qui a bien démarré (et oui, il y en a), connaît une baisse de lactation au retour de la maternité, ou bien il y a somatisation: douleur, problème...]

n'arrêtez pas l'allaitement! ne donnez pas de complément! continuez de donner le sein et contactez une association!

un médecin, une auxiliaire de puériculture, n'auront qu'un message à proposer: passage au lait industriel. C'est quand même trop dommage, quand on sait qu'en vous adressant à une association, vous recevrez le soutien et les informations pour passer au-delà de ces difficultés.

Et de manière générale, au retour, faites-vous informer, soutenir.


Quelques achats en prévision-mon 6e conseil sera:

Prévoyez quelques achats dès maintenant.

  • un bon soutien-gorge (deux, pas plus, car votre machine à laver va désormais tourner tous les jours, deux fois, voire plus, donc vous pourrez mettre un soutien-gorge dans la première machine du jour, vous le récupérerez bien vite).
  • un tire-lait. Je le mentionne souvent comme étant facultatif, mais dans votre cas, vous risquez d'accoucher avant terme. C'est à dire que vos enfants risquent d'être un peu faibles pour amorcer la tétée de vos seins, quand ceux-ci seront gorgés de lait. Et un tire-lait sera bien utile pour vider un peu votre sein engorgé;
  • Vous ferez boire ces quelques millilitres de votre lait à la tasse, et Bébé, ayant désormais un peu de force, pourra prendre votre mamelon en bouche. A noter que votre mamelon ne sera plus aussi gorgé de lait,donc plus facile à prendre.
  • Et si vraiment Bébé est très faible, trop faible pour une tétée complète, et bien vous tirerez votre lait complètement, et vous donnerez l'intégralité du lait tiré... à la tasse.
  • Enfin, ce n'est pas systématique, mais il faut néanmoins éviter de porter des oeillères, un de vos bébés sera peut-être gardé quelques temps en couveuse. Exigez au maximum de pouvoir allaiter Bébé directement au sein, si l'équipe médicale autorise la sortie de couveuse le temps d'une tétée, ce sera super.
  • Sinon, vous emploierez le tire-lait, et porterez votre lait à Bébé, à la tasse.
  • Et là, exigez que votre lait soit donné à Bébé. Le lait maternel est parmi les choses les plus importantes pour Bébé, c'est l'un des moyens pour qu'il sorte vite de couveuse. Votre lait lui apportera force, anticorps, amour....
  • Et oui, faites boire votre lait à la tasse. Savez-vous, que des bébés prématurés nés à 30 semaines, peuvent boire à la tasse? (outre autre dispositif mentionné tel coquetier, pipette, soft-cup...)
  • Et quand bien même il faudrait donner autre chose que votre propre lait: demandez à obtenir du lait du lactarium, il y a des mamans qui ont trop de lait, et qui en donnent. Ce lait est étudié, pour voir s'il est porteur de germe; ce lait est un geste d'amour de maman à maman. ce lait vaudra mieux que du lait artificiel.
  • Et même si vos bébés recoivent autre chose que votre propre lait, ce substitut doit être donné à la tasse.

Des dispositifs d'allaitement hors des biberons.

J'ai mentionné : une tasse, un coquetier,une pipette,une seringue sans aiguille, le Soft-Cup de chez Medela .

Il faut que vous ayiez ce qui est susmentionné

(hors Soft-Cup: je ne pousserai jamais à la consommation, je me contente de présenter des produits répondant aux demandes de futurs parents, des produits qui sont uniques, je ne les "vends" pas; Visitez la page dédiée au Soft-Cup, qui répondait à une question de futurs parents, voyez la photo, et si vous êtes convaincus, et le cas échéant, voyez à acheter ce produit, qui évite les tremblements des mains, et dégoulinures entre le récipient, et la bouche....)

Un polochon d'allaitement

[j'en parle dans notre publication téléchargeable gratuitement concernant les positions d'allaitement simultané, avec différents prix] (visitez la page qui lui est dédiée).

Je ne vous encourage pas à en acheter, si vous n'en avez pas les moyens. Lisez mes descriptions dans le dossier consacré aux positions d'allaitement, et voyez si vous ne pouvez prendre un vrai traversin, et le mettre dans une housse à laquelle vous coudrez des scratchs; ainsi, vous pourrez vous ceindre du polochon.

Mieux encore, faites votre propre polochon en garnissant votre housse de micro-billes. Attention: le traversin ne doit pas être énorme, la housse ne doit pas être remplie à ras-bord, mais à moitié environ, puisque vous vous entourerez du polochon.

Il faut savoir que le polochon vous évitera de multiples coussins et oreillers, ce qui est bien pratique pour s'installer. La multiplicité des oreillers pour allaiter est rébarbative au possible....

une paire de coupelles, pratiques pour éventuellement : augmenter la sécrétion lactée, faire ressortir un peu vos mamelons, chose non négligeable pour des petits bouts de chou risquant de naître avant terme (et donc risquant d'avoir du mal à attraper un mamelon qui leur paraîtra un peu plat).
Une coupelle placée sur le sein, pendant la tétée, recueillera du lait, par réflexe d'éjection. Par exemple, mettre un bébé au sein gauche, et une coupelle au sein droit. La coupelle se remplit de lait que vous pouvez réfrigérer, et que vous pouvez,ensuite, faire donner par une tierce personne .>Temps de conservation au réfrigérateur: 5 jours


Travailleuse familiale et aide-mon 7e conseil sera:

Normalement, si je me fie à votre indicatif d'adresse électronique, vous vivez sur le sol français. Vous devez donc connaître vos droits, à savoir que pendant votre grossesse, vous pouvez avoir une aide ménagère, qui s'occupera de la maison, voire des courses, vous dispensant de tout cela. Et que à votre retour de maternité, vous aurez droit à une travailleuse familiale.

L'aide ménagère est là pour vous aider, et surtout pour vous permettre de garder vos bébés bien au chaud dans votre ventre. Ne commettez pas d'imprudence, ne vous fatiguez pas outre mesure (bien entendu, il s'agit de vivre et non de végéter, mais contentez-vous d'une vie relax). Normalement, vous devriez entrer dans une ère de tranquillité que j'ai qualifiée d'hormonal, "la vie est belle" "tout est beau". Et bien épargnons-nous un peu, il est peut-être possible de rester à la maison pendant une majeure partie de votre grossesse, plutôt que vivre le stress d'une hospitalisation.

Outre le fait que rester le plus longtemps permis à la maison, c'est quand même bien plus sympathique, vous augmentez les chances de vos bébés de se rapprocher du terme, et ce n'est pas sans raison que je mentionne ce fait: plus vos enfants seront proches du terme, et plus leur succion sera mature, et donc: plus ils auront de force pour téter au sein.

Voyez avec votre travailleuse familiale, pour s'occuper de la maison, des courses, des bains, changes, et quelques câlins qui calmeront vos bébés. cette personne peut aussi les emmener en balade sans vous. Comme vous n'entendrez pas vos bébés, cela vous permettra de faire un petit somme sur vos deux oreilles.

Surtout, parlez bien de votre allaitement, et faites lui comprendre que ce n'est pas en donnant un biberon, même en pensant vous aider, qu'elle vous rendra service. Aujourd'hui encore, trop de personnes ignorent (dans les deux sens du terme) que donner un biberon "fiche" en l'air une lactation. Trop de personnes encore pensent qu'un bébé qui pleure est un bébé affamé (et tiens, il a faim, vous manquez de lait,il faut un biberon); trop de personnes encore pensent qu'un bébé qui veut téter, est un bébé affamé (et tiens, il a faim, vous manquez de lait, il faut un biberon).

Si votre travailleuse familiale doit donner des compléments, suite à votre décision, celle prise dans votre coeur, faites-lui respecter la règle du : du lait oui, mais pas au biberon. A la tasse, à la pipette, à la seringue sans aiguille, au soft-cup... mais pas au biberon.

 

[ il faut savoir une chose: souvent un allaitement qui a bien démarré (et oui, il y en a), connaît une baisse de lactation au retour de la maternité, ou bien il y a somatisation: douleur, problème...]

n'arrêtez pas l'allaitement de manière systématique et brutale! ne donnez pas de complément! de manière systématique et brutale! Il ne faut pas sevrer ou compléter dans l'émotion; continuez de donner le sein et contactez une association! Contactez une consultante en lactation qui déjà au téléphone vous donnera des conseils d'ordre physiologique, et qui mènera une véritable enquête lors de la consultation (même par Skype)

un médecin, une auxiliaire de puériculture, n'auront qu'un message à proposer: passage au lait industriel. C'est quand même trop dommage, quand on sait qu'en vous adressant à une association, vous recevrez le soutien et les informations pour passer au-delà de ces difficultés.

Et de manière générale, au retour, faites-vous informer, soutenir.


Aide de nuit-mon 8e conseil sera:

Savez-vous que vous pouvez vous faire assister les premières nuits? Faites donc appel aux élèves d'écoles de sage-femme. Des élèves de niveau convenable peuvent venir de garde la nuit, et vous appelleront dès qu'un bébé devra être mis au sein. Cela peut avoir un côté rassurant pour des premiers enfants.

Mais prévoyez vos recherches dès maintenant: cherchez des écoles de sage-femmes, entrez en relation avec des élèves.

Nous n'avons pas fait appel à l'extérieur pour les nuits. Nous nous sommes dit : on verra comment cela se passe. Les premières nuits, nous avions mis le veille-bébé sur l'option "très sensible", nous les entendions respirer, bouger... c'était rassurant, et en même temps, un peu angoissant. Au bout de quelques mois, nous avons mis l'option "normal".

Heu, maintenant, il y a des fois, on coupe tout.....


Suivi des bébés-mon 9e conseil sera:

Si vous avez un petit tableur sur votre PC (ou celui de votre compagnon), faites dès maintenant un tableau quotidien avec trois grosses colonnes, une par bébé, où vous noterez les heures de tétées, de change (et "qualité" du caca). Et tirez-en un bon nombre d'exemplaire.

J'ai fait ainsi une feuille, où j'avais une case pour vitamine, fluor, et la pesée. J'ai arrêté de faire cela quand les enfants eurent 3 mois et demi. A ce moment-là, nous venions de régulariser les tétées, les enfants  n'étaient plus à la demande.


Congélateur et nourriture-mon 10e conseil sera:

Si vous avez un congélateur, remplissez-le de plats simples, mais bien équilibrés.
Pourquoi ne pas acheter, déjà congelés : des morceaux de viande, 2.5 kg de haricots verts, 2.5 kg d'épinards....des filets de poisson
Achetez des sachets de soupe, la soupe c'est bon, cela fait boire et cela a plus de goût que de l'eau au verre. 
Achetez de l'eau en bouteille, car à votre retour à la maternité, si vous buvez de l'eau du robinet, cette eau aura un goût différent de celui bu à la maternité. Peut-être l'eau vous paraîtra-t-elle mauvaise au goût? Pour faire la transition, en attendant de reboire de l'eau du robinet, achetez quelques packs d'eau de source.
Achetez des jus de fruits sans sucre ajouté, vous aurez soif. Pensez à couper les jus de fruit, car "bonjour les calories".
Achetez des noix, des fruits secs (figues par exemple).
Achetez des fruits (bananes par exemple) dont des fruits non juteux, que vous pourrez manger lors d'une tétée nocturne. C'est mieux qu'une plaquette de chocolat. Enfin, bon, on peut s'accorder quelques carrés aussi..... 


Les congés du papa-mon 11e conseil sera:

Toujours à préparer dès maintenant : je ne peux que être reconnaissante à mon mari d'avoir pris ses congés d'été à ma sortie de maternité.

En fait, tout le long de mon séjour à la maternité (8 jours), mon mari a pris ses après-midi "seulement". De toutes façons,les visites sont interdites le matin....

Le jour de notre sortie de maternité, Nicolas a validé ses trois semaines de congés payés d'été (j'ai accouché fin septembre).

Il est vrai que ce n'est pas toujours faisable, mais si votre compagnon peut s'arranger ainsi, qu'il le fasse. D'une part il profitera de ses bébés, et de vous, et il sera disponible. Cela ne dispense absolument pas de la présence d'une travailleuse familiale. Si votre époux est là, que cela ne soit pas pour faire le ménage...Mais si vous préférez ne pas trop faire appel à une aide extérieure, c'est sûr que son aide sera requise....


Choix de l'allaitement exclusif-mon 12e conseil sera:

Allaitement exclusif, ou allaitement de deux bébés et biberon pour le troisième (avec échange à chaque tour), telle est votre décision.

Il y a des témoignages de triplés qui ont été allaités exclusivement au sein pendant plusieurs mois. Le potentiel de sécrétion lactée n'est donc pas plus remis en question pour des triplés que pour des jumeaux. Non, il s'agit du temps passé dans les tétées, mais j'ajouterais que cela dépendra de vos bébés, oui, de vos bébés, et de votre choix final.
Certains nourrissons qui aiment particulièrement téter, vont rester longtemps au sein: pour assouvir leur faim tout d'abord, et ensuite pour assouvir leur besoin de succion.

Attention: les temps qui suivent sont "bidons" seulement des exemples, car logiquement, la tétée ne doit pas être chronométrée. Il faut que vous envisagiez la tétée comme un temps d'amour, de câlins, et pas de prouesse.

Certains nourrissons ont besoin de rester une petite demi-heure au sein, d'autres y restent une petite dizaine de minutes.

Il est évident, là, que si vos bébés tètent en une dizaine de minutes chacun pour être assouvis, vous resterez en tétée une trentaine de minutes sans compter plein de câlins.

Si vos enfants ont besoin de téter une demi-heure, le temps de tétée se montera facilement à une heure et demi.

Vous avez la chance de pouvoir faire appel à une aide, qui pourra faire des câlins aux (ou au) bébés (ou bébé) qui ne tèteront (tètera) pas. De même qu'elle pourra donner les changes, les bains, ce qui vous facilitera la tâche, sans vous empêcher de vous charger de certaines de ces tâches somme toute appréciables. J'ai personnellement fort regretté de soufrir d'un syndrome du canal carpien, je ne pouvais pas donner le bain, tellement mes mains et avant-bras me faisaient souffrir, quant à changer un bébé, cela me prenait 15 minutes, bataille de boutons-pression à l'appui.

Vous pouvez donc envisager l'allaitement exclusif. Quitte, quand vous allaitez un des bébés, à tirer un peu de lait par réflexe d'éjection, à l'aide d'une coupelle. Ce lait pourra être donné au deuxième bébé, tandis que vous donnerez le sein au troisième. Enfin, si vous devez ou souhaitez faire appel à du lait artificiel, "on" ne vous en voudra absolument pas. Veillez à ce que ce lait soit donné sans biberon. Veillez à ce qu'il y ait des "tours" de lait artificiel, que ce ne soit pas toujours le même qui en boive.

A savoir également: car des mamans l'ignorent et finissent par arrêter l'allaitement: ce n'est pas parce que vous avez introduit un biberon, qu'il s'agisse de l'instauration volontaire d'un biberon par bébé et par jour, ou d'un biberon unique donné, que votre allaitement est sur la mauvaise pente, que vous êtes en route pour arrêter votre lactation. NON!!

Des tas de mères ont cru qu'elles ne pourraient repartir en arrière et bien c'est faux. Pendant votre allaitement, si vous introduisez x biberons, vous pourrez à nouveau les supprimer graduellement. Je précise cela à l'avance, car ce point apparaît assez souvent dans les problèmes de lactation.

Avez-vous lu mon témoignage, et les bobos de l'âme? Au bout d'un mois j'ai arrêté l'allaitement pour recevoir un traitement médical, mes mains me faisant trop souffrir. Mais j'ai arrêté totalement l'allaitement, avec médicaments agissant sur l'hypophyse etc. Au bout d'une semaine de désespoir familial, car il n'y avait rien à faire pour mes mains, mes enfants souffraient du sevrage brutal, moi aussi, du coup c'était difficile à vivre pour mon mari, j'ai décidé de reprendre l'allaitement, de zéro. Cela m'a pris plusieurs semaines car je n'ai pas reçu tous les conseils qu'il aurait fallu dès le départ, et j'étais trop influençable, mais au bout de quelques semaines, les enfants tétaient, et ne recevaient plus que mon propre lait.


Choix à la demande? simultanément?-mon 13e conseil sera:

  • Allaiter à la demande ou bien réguler vos enfants?

L'allaitement à la demande peut se faire pour des jumeaux, c'est ce que j'ai fait pendant plusieurs semaines, j'ai régulé les enfants vers leurs trois mois-trois mois et demi.

L'allaitement à la demande pour des triplés me semble un peu illusoire.

Qu'est-ce que l'allaitement à la demande? Et bien au lieu d'attendre l'heure théorique de tétée en se donnant trois heures entre deux tétées (du même bébé!), vous donnez le sein dès qu'un enfant réclame. Son avantage est de doper la lactation. L'inconvénient est que cela vous demandera surement beaucoup de temps aux débuts.

  • Voyez si vous préférez allaiter séparément, ou simultanément deux bébés, le troisième patientant dans des bras voisins, ou câliné par vous-même. Vous allez me rétorquer que vous n'êtes pas Shiva! Vous pourrez si vous allaitez deux bébés, dans certaines positions assises, garder votre autre bébé sur le haut de vos cuisses; allongée: sur votre poitrine (à l'instar d'une maman dont je vous propose de lire le témoignage).

Allaiter deux bébés en même temps, c'est un choix personnel, qui peut être motivé par le gain de temps. J'émets toujours des réserves sur l'allaitement simultané, je l'ai mentionné plus haut, mais il est des cas où la situation le demande, où les enfants l'acceptent....c'est vraiment personnel, et je n'ai pas à juger.

Toujours est-il que vous pouvez vous retrouver tous les quatre au lit, les uns tétant, les autres câlinant....

Je vous propose de consulter le témoignage de Katherine Fondard, vers laquelle je vais vous adresser d'ailleurs, qui a allaité ses triplés, et qui pourra vous faire part de ses moments avec ses trois bouts de chou (qui ont bien grandi maintenant!).


Suivez les conseils valables 2 bébés-mon 14e conseil sera:

Mis à part votre organisation personnelle pour donner les tétées (à la demande ou non, selon votre préférence; à la suite les uns les autres ou plus ou moins simultanément)  vous pouvez suivre tout ce qui est indiqué dans ma rubrique.

  • Le premier réveillé sera le premier de tétée, le second réveillé sera le deuxième de tétée et idem pour le troisième.
  • Le problème des réveils en même temps: presque aussi difficile à gérer que lors de l'allaitement de jumeaux. Si vous avez pour habitude d'allaiter simultanément, prenez deux bébés au sein, et voyez si vous pouvez occuper le troisième bébé: caresses, joujou, hochet, berceuse....Si vous n'avez pas cette habitude, mais que vos enfants sont patients, prenez les tous avec vous, allaitez-en un tandis que vous occuperez les deux autres. Ou bien n'en prenez qu'un, mais mettez les deux autres à patienter sous un portique lumineux, avec de la musique.

Il s'agit là de situations optimales, je vous avouerais que j'ai déjà allaité un bébé, et dû écouter l'autre qui pleurait dans sa chambre; mais s'il est difficile d'entendre pleurer un peu un bébé, il est aussi difficile de forcer celui qui tète à décrocher, et à partager sa tétée, quand il refuse ce type de partage.

Peut-être dans votre organisation, aurez-vous l'aide adéquate en journée, pour câliner et faire patienter le ou les bébés "attendant leur tour".

  • Vous donnerez un sein spécifique à chaque bébé par 24heures. Par exemple : donnez le sein gauche à Alexandre, le sein droit à Maximilien, et on dira qu'il y a une petite Marie qui prendra le sein gauche.
  • Le lendemain, Alexandre prendra à droite, Maximilien à gauche.....Sans pour autant paniquer si vous vous trompez de sein. Cet exemple d'alternance a pour but qu'aucun bébé ne s'habitue à un seul sein. Aussi, qu'aucun sein ne s'habitue à une seule succion.
  • Si un de vos bébés tète mal, cela m'est arrivé avec Maximilien, et mon erreur a été de me dire: Maximilien m'a fait une ampoule au sein droit, je ne vais pas le mettre au sein gauche, il risque de me l'abîmer....mon raisonnement était erroné, car si j'avais alterné les seins, le sein droit n'aurait pas été de plus en plus abîmé à chaque tétée, au point de développer une ampoule. Si un enfant tète mal, il faut le mettre aux deux seins.... et employer une crème spécifique entre chaque tétée.
  • Si vos enfants prennent peu de poids, n'accusez pas votre "manque" de lait. Ayez confiance en vous. Certains enfants allaités au sein prennent moins de poids, quoique cela ne soit pas général. Considérez plutôt l'ensemble: les enfants ont-ils l'air repu, sont-ils beaux, bien portants?
  • Si vos enfants se "mettent" soudainement à écourter leurs tétées, ne vous inquiétez pas outre mesure s'ils ont l'air repu. Un exemple: Alexandre restait au sein environ 25 minutes, et tout d'un coup, se mit à ne rester que 7 minutes montre en main (et oui, je conseille, disons que je préconise de ne pas chronométrer les tétées, mais je l'ai fait...). Au bout du deuxième jour, avant une tétée, je pesai Alexandre, puis l'allaitai. Il resta environ 6-7 minutes au sein; je le repesai...Il avait pris 120g !!!!!! à moins d'un mois. Même si l'on compte un delta d'incertitude sur la pesée (+ ou - 20g) c'était une prise assez considérable pour que je cesse de m'inquiéter sur le temps de tétée d'Alexandre.
  • Les nuits: allaitez la nuit. La tétée nocturne est un des principes fondamentaux pour avoir du lait. Ne pas allaiter à la demande, ok; donner quelques compléments dans votre cas, ok. Mais allaitez la nuit.

Vous verrez que prendre Bébé au sein, contre vous, sous la chaleur de la couette, et somnoler, voire vous endormir pendant la tétée, ne vous fatiguera pas. Vous n'écraserez pas Bébé, n'ayez aucune inquiétude. Aucune mère n'a jamais écrasé son (ses) enfant(s). Erigez des barrières de lit si votre lit est en hauteur; échangez de place avec votre compagnon, au cours de la nuit, pour allaiter de façon à ce que Bébé soit au milieu, entre vous et votre compagnon. C'est ce que je continue de faire.

  • Le matin, restez au lit jusqu'au réveil du premier bébé. Prenez le au sein, c'est la première tétée du matin, la plus importante, c'est le gros câlin à demi-réveillés.....dans la chaleur de la couette.

Il y a de nombreuses autres choses, que je vais essayer de continuer à collecter pour vous. En attendant, bonne lecture, et si vous avez un point spécifique non encore rencontré, ou qui vous intéresse plus particulièrement, n'hésitez surtout pas à me contacter.

 

Voyez à télécharger ma rubrique sur votre PC, pour mieux la consulter hors connexion. Le cas échéant lors de la prochaine mise à jour, je vous enverrai un avis de mise à jour pour que vous vous reconnectiez.


Add: il faut savoir une chose: souvent un allaitement connaît une baisse de lactation au retour de la maternité, ou bien il y a somatisation: douleur, problème...

n'arrêtez pas l'allaitement! ne donnez pas de complément! continuez de donner le sein et contactez une association!

un médecin, une auxiliaire de puériculture, n'auront qu'un message à proposer: passage au lait industriel. C'est quand même trop dommage, quand on sait qu'en vous adressant à une association, vous recevrez le soutien et les informations pour passer au-delà de ces difficultés.

Et de manière générale, au retour, faites-vous informer, soutenir.



Vers la réponse complémentaire, allaitement nocturne, allaitement mixte, chérie on sort ce soir, les positions


Enfin: bon allaitement....et merveilleux moments à partager.

 

Amicalement,

Françoise Coudray


A consulter plus particulièrement dans la rubrique:

  • La première mise au sein, avec le cas de la césarienne, et le cas d'un ou de bébé(s) devant être hospitalisé;
  • Les principes d'or pour établir une bonne lactation
  • différentes positions pour allaiter un ou deux bébés à la fois: positions
  • donner autrement qu'avec un biberon (pour éviter la paresse de l'enfant et sa confusion sein/tétine)
  • Sachez qu'il n'y a aucune contre-indication à ce que vous mettiez vos bébés au sein dans les deux premières heures, ils peuvent être sortis de couveuse, et bien emmitouflés dans un lange, mis à votre sein.

Petit pêle-mêle de conseils mais pas particuliers à l'allaitement:

  • Je me rappellerais toujours notre sortie de maternité. Nos bébés si petits, dans des maxi-cosi si grands.... si grands.....même avec un réducteur, ils étaient tout petits.....Alexandre, plus "gros", fut mis dans un maxi-cosi avec réducteur, mais j'ai gardé maximilien dans mes bras de Paris jusque dans la Vallée de Chevreuse....Nous roulions à faible allure, et nous étions attachés.a posteriori on était complètement fous mais imaginez une mini-crevette complètement paumée et mal tenue même avec le réducteur et pas d'autre matériel
  • Tiens au fait, mais est-ce faisable dans votre voiture: tant que les bébés ont été en maxi-cosi, il y en avait un à l'avant, et l'autre à l'arrière (derrière le siège conducteur). Très pratique pour intervenir pour les hochets joujoux tombés. Mettez-vous à l'arrêt pour faire une tétée ou 2 ou plus!
  • On a fortement tendance à tout vouloir tout assumer financièrement, mais ce n'est pas toujours possible. Surtout qu'en France, on considère une grossesse, on se moque qu'il y ait des bébés dans le ventre de maman. Hors, des bébés, cela veut dire des lits, des commodes, des vêtements.
  • Alors un conseil, si on vous propose de vous donner ou prêter de la layette, ne refusez pas. Ou du matériel. Cet argent économisé, ce sera de l'argent pour autre chose.
  • Si vous achetez de la layette, achetez peu de vêtements. Les 6 premières semaines, les bébés restent en pyjama....Et toute la famille viendra et vous offrira qui un ensemble, qui une salopette....alors si vous achetez des vêtements hors pyjamas et body, achetez en modérément. Attendez les cadeaux de naissance...


Cette réponse est assortie d'une réponse dédiée à l'allaitement nocturne, et à l'allaitement mixte.