Espace TEMOIGNAGES > Culturellement Autre Colombie

Entre nous - VOS témoignages - Culturellement autre

Allaiter en Colombie

une maman nous parle de sa vie en Colombie


Bonjour,

Je suis tombée par hasard sur votre site; j'avais cherché des infos sur l'allaitement de jumeaux en 2003 lorsqu'allaient naitre mes jumeaux, mais sans succès et à l'association d'allaitement de ma ville, j'en savais plus que l'animatrice...

Je vous joins un témoignage d'allaitement ailleurs en Colombie.
si ca peut apporter quelque chose tant mieux!
Je suis française, et j'ai vecu quelques années dans le pays de mon mari en Colombie.
Ma fille Anais y est née en 1998.

Là-bas, la question de l'allaitement ne se pose même pas, elle est évidente!
Je crois que le taux d'allaitement est de plus de 95%, selon ma pédiatre. Pour des raisons basiquement économiques, le lait artificiel étant hors de prix, puis hygiéniques (dans les campagnes, la qualité de l'eau est plus que douteuse même bouillie) et aussi évidemment culturelles.

J'ai été suivie toute la grossesse en thérapie par une psychiatre car je n'avais pas de lien avec le bébé, reste de relations compliquées et peu harmonieuses avec ma mère. Grâce à elle, un lien s'est créé petit à petit.
Je ne savais pas si je voulais vraiment allaiter mais je m'étais dit que j'essayerais, qu'on verrait bien sur place....

Suite à un risque de préclampsie, j'ai accouchée par césarienne d'Anais à 38 semaines, apèrs avoir passé une journée hospitalisée à dilater "pour rien". Pendant la césarienne, après avoir extrait ma fille, l'équipe médicale a décidé de m'endormir car je réagissais mal psychologiquement (pleurs, tremblements....). J'ai donc vue ma fille 5 secondes en détournant la tête car je n'acceptais pas le moment et .. trou noir...

Et à mon retour en chambre après être passée en salle de réveil, à peine mon lit a-t-il été replacé dans la chambre qu'une infirmière est venue me placer Anais sur le buste et j'ai à peine eu le temps de réaliser, que cette toute petite chose chaude m'avait aggripée un sein et me tétait avidemment (puisqu'elle attendait depuis un certain temps qu'on remonte maman).
Un peu surprise, et franchement réveillée par la douleur des premières succions, j'ai demandé s'il n'y avait pas de biberons et l'infirmière m'a rit au nez, en me disant que non, que pourquoi faire, que les bébés tétaient les seins de la maman....
J'ai donc regardé ma fille un peu plus attentivement et j'ai craqué en la regardant enfin avec tendresse et j'ai commencé à ressentir du plaisir dans ses succions un peu douloureuses de la première tétée.

Puis nous sommes rentrés à la maison 48 heures après (en colombie, en clinique, on vous garde 12h à 24h pour un accouchement par voie basse et 48h pour une césarienne....) et Anais a vécu et dormi dans son couffin lui même placé dans mon lit pour des raisons pratiques pendant 15 jours.

Je l'ai allaitée à temps complet pendant 4 mois puis 2 mois aditionnels en tétées du matin et du soir avant d'aller travailler. Dans ma division nous avions un petit frigo; je tirais mon lait à 10h et 16h assise dans un débarras, sous la garde bienveillante de l'occupant du bureau où donnait le débarras. Et je congelais le lait pour que ma nounou lui donne le lait maternel en mon absence.

Petite anecdote: pendant ces 2 mois, je me suis faite agressée en 2 opportunités par des chiens de rues lorsque je transportais mon lait en poche thermo car il semblerait que je sentais le lait et la chair fraîche de bébé, auquel ces animaux affamés étaient sensibles.

Allaiter et travailler est donc tout à fait compatible, avec un peu d'organisation pour tirer le lait, le conserver et le transporter. Mais quelle maman n'est pas un peu organisée ?....

Pour moi l'allaitement a été fondamental dans ma relation avec ma fille. En effet, je ne vis pas bien mes grossesses pour diverses raisons perso (mal être physique, psychologiques...) ; en revanche pour moi la maternité passe par l'allaitement et j'adore allaiter. Lorsque l'enfant succionne le lait et qu'on le ressent dans le sein et tout le haut du corps, je sens que je lui donne la vie, que je lui influe mon énergie et ma force.

A toutes les mamans, profitez-en, l'allaitement ne dure que quelques mois et ils sont merveilleux (même à 3 heures du matin et qu'on se doit se lever pour aller travailler à 7h...). Que représentent quelques mois dans la vie d'une femme ? Et si on ne peut pas dédier ces 2 ou 3 mois (où l'on est souvent en congé maternité - fait pour cela...) à son enfant, je trouve ca dommage.


Voilà
A bientôt
Géraldine

Témoignage précédent  Culturellement autre >>>Témoignage suivant Culturellement autre
Retour index Espace Témoignages
(autres sujets)