Espace allaitement > Travail et allaitement> Et le praticien,?

Le médecin, un grand rôle pour votre reprise du travail et l'allaitement -

Et le praticien, dans tout cela?

Le rôle du médecin n'est pas que de soigner mais aussi de prévenir les maladies; le lait maternel protège de nombreuses maladies, les empêche, ou les amenuise. Continuer à allaiter c'est bon pour leur santé!

Le choix du sevrage vous appartient aussi, à lire plus bas

 

Continuer d'allaiter

Il faut consulter son médecin non plus pour lui demander une médication coupe-lait, ou une liste de dispositions pour sevrer, mais pour lui dire que vous allez souffrir de la reprise du travail, que vous souhaitez continuer d'allaiter, ET QUE C'EST POSSIBLE;

Ils sont souvent "peu croyants", mais pas tous; sachez que si lui, ne vous soutient pas, les amies, les internautes, les assos sont là pour vous soutenir.

Première chose: le certificat d'allaitement;

il vous sera nécessaire pour obtenir votre heure d'allaitement auprès de l'employeur; ce certificat devra être renouvelé, oui c'est galère; mais c'est aussi pour les assurances de l'employeur, durant cette pause allaitement, vous pouvez tirer votre lait sur place, mais aussi rentrer nourrir votre enfant. Si vous vous cassez la jambe... tout le monde est couvert; ce n'est pas une intrusion dans votre vie;

Deuxième chose: une petite rallonge;

C'est là où le bat blesse, il n'y a plus de congé allaitement, et une maman souhaitant avoir une petite rallonge est obligée de demander un "congé pour suite de couches pathologiques"; En effet, toutes les mères n'ont pas ou ne souhaitent pas, prolonger leur congé avec un congé parental! Les mamans reprenant le travail, arrivent en général à **ouf je n'ai plus de problèmes de crevasses et paf! faut reprendre le travail....**
Bien sûr que ce n'est pas bien, mais changeons le système en remettant un congé allaitement! croyez-vous que ce sujet soit revenu sur la table, depuis que les taux d'allaitement se sont mis à augmenter? Que dalle!
Le **système** nous oblige à aller quémander un congé maladie avec le risque de se faire contrôler; et avant tout avec le risque que le médecin nous envoie bouler

Un arrêt de 15 jours renouvelables;

Est-ce vraiment de la complaisance?

La plupart des médecins sont assez compréhensifs, du moins ils l'étaient

  • voyant l'intérêt de santé de l'enfant,
  • voyant que vous êtes mal dans votre peau de reprendre si vite (il y a des mères dépressives qui vont chuter encore plus bas)

pour vous arrêter une quinzaine de jours, repoussant d'autant la reprise du travail;

Cela vous permettra

  • De vous préparer tranquillement à la reprise du travail, en vous sachant épaulée, informée, soutenue,
  • de réfléchir à vos réserves de lait si vous congelez (à moins de préférer tirer de la veille au lendemain, pas de problème, le lait maternel se conserve bien jusqu'à trois jours au réfrigérateur (lire l'article sur le lait, sa conservation, son réchauffement etc.).,
  • de former la nounou pour qu'elle apprenne à donner votre lait à la tasse, ou autre dispositif à l'exclusion d'une tétine.

Sevrer

Oui,il vous appartient aussi de sevrer complètement votre enfant; il faudra en premier lieu tester le lait infantile, si votre enfant n'a pas une intolérance à la protéine de lait de vache; puis remplacer progressivement les tétées par des biberons de lait infantile; vos seins se réguleront, vous pourrez prendre des tisanes plutôt que des médicaments; le sevrage est décrit dans la rubrique lait-sevrage;(voir)

Congé allaitement - congé pathologique

(voir article)

Les médecins sont-ils vraiment amis de l'allaitement?

Pour une large majorité, non;

  • non parce que leur formation n'inclut rien de bien sur l'allaitement; en PACES 2016, on parle encore de "sinus lactifères" avec l'ancien modèle du sein.....
  • non parce que durant leurs années d'études, deux heures seront consacrées à l'allaitement, et on y apprendra: mastite faut arrêter d'allaiter; fluonazole, faut arrêter d'allaiter; médicament, faut arrêter d'allaiter;
  • non, parce qu'ils reçoivent des labos de lait infantile au mêem titre que des labos pour les antibios, et autres médicaments.... et ils n'ont absolument information correcte (violation du Code International des Substituts du Lait Maternel où les soignants ont droit à de l'information clinique précise et non: notre lait c'est le meilleur on a ajouté tel truc et c'est meilleur que le lait maternel);
  • non car j'ai vu, de mes propres yeux, certains journaux médicaux français déformer les trouvailles d'études en faveur du lait maternel!
  • et dans leur formation continue, les médecins optent pour: se tenir au courant des traitements contre les cancer, contre les maladies cardio-vasculaires, et je peux les comprendre, mais rien en ce qui concerne l'allaitement!
  • Donc la majorité des médecins, en France, n'est pas amie des mamans qui allaitent; et le souci majeur, c'est qu'ils oublient de travailler en réseau: "je ne sais pas, voici mon avis de médecin, prenez l'avis d'une personne qui s'y connaît, qu'elle me fasse un rapport et on se revoit dans une semaine"....