Espace allaitement > Lait maternel > Diversification- test - résultats

Tests sur la diversification

Je vous avais proposé un test sur la diversification, merci d'y avoir répondu tout d'abord.

A noter que ce test-ci est ancien, mais avec les recommandations de la société européenne de gastroentérologie pédiatrique qui vont à l'encontre des recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé, il pourrait redevenir d'actualité...

 

Quelques réponses.... en respectant comme toujours, votre anonymat.

voici les propositions:

  • Si vous ne diversifiez pas aux 3 mois de vos enfants, ils seront carencés,

  • Il faut absolument donner des farines dès l'âge de 2 mois

  • Des solides sont nécessaires dès le 5e mois

  • Votre lait n'est plus nécessaire, il faut désormais passer au lait de vache (poudre ou liquide)

En fait TOUTES CES PROPOSITIONS SONT FAUSSES!

  • il est peu recommandé de donner quelque aliment que ce soit
    avant les six mois d'un enfant, et surtout pas des farines (En effet il y a
    une enzyme non encore sécrétée par le pancréas qui empêche le bébé de
    digérer des farines de céréales rajoutées dans les biberons de lait et ceci explique entre autre les adultes d'aujourd'hui qui sont pour beaucoup "bourrés" d'allergies et de problèmes digestifs. Ceci dit sans prosélytisme, car un enfant au lait artificiel ne devrait pas recevoir de farineux d'origine de céréales ou autre aliment non plus avant ses six mois au moins!

  • Diversifier avant six mois n'est pas bon pour l'enfant qui a ses parois
    digestives non complètement matures,
    c'est inutile et coûteux ce n'est pas
    tant le caddie de la mère qui pense faire le mieux pour son enfant en
    achetant des préparations industrielles mais le coût des maladies de
    l'enfant jeune et de l'adulte qu'il deviendra avec des probl-èmes digestifs
    des allergies... en majorité..

  • De plus l'idéal serait de proposer à l'enfant de piocher dans nos assiettes
    (remplies d'aliments sains bien sûr) et de laisser faire sans obligation, de
    laisser l'enfant qui sait, lui, s'il se sent prêt pour mastiquer, pour
    ingérer, pour digérer.... (l'enfant écouté peut aussi retarder de lui même
    sa diversification car il y a un terrain allergique et il repousse de
    lui-même, naturellement, sa diversification).

Ce qui est terrible, est que la société reste sous le joug de l'information commerciale seulement, votre réponse à l'instar de nombreuses réponses par ailleurs, le montre; ce dossier se veut informatif, chaque parent décidant ensuite ce qui lui semblera le mieux pour ses enfants, mais diversifier avant six mois est nocif et inutile, et l'allaitement au sein n'a pas de fin, puisque le lait humain créé par la nature pour les humains, permet de nourrir sans carence.

On a vu des enfants ne prenant que le sein jusqu'à l'âge d'un an sans carence... tant que la mère n'est pas carencée, l'enfant ne sera pas carencé. Mais attention, il faut répondre aux besoins de l'enfant, ces rapports de cas d'enfant refusant les solides, l'enfant refusait les solides, il n'était pas privé par les parents.

Les parents, soucieux de la bonne santé de leurs enfants, font comme dans les publicités et comme sur les boîtes; et les messages publicitaires ont gagné en force, en aspect quasi-hypnotisant, ils idéalisent tellement bien les choses que l'on achète leurs produits; l'enfant allaité, a-t-il besoin d'un yaourt pour bébé?

FARINES

farines de céréales à ajouter dans le biberon dès deux mois, allez donc, on en donne, alors que le pancréas n'est pas en mesure de sécréter dans le duodénum l'amylase nécessaire à la digestion des céréales, l'amylase qui permet de digérer les farines issues de céréales; mon dieu, mais quel avenir fabriquons-nous aux enfants? Au sein ou au lait artif, donner des aliments non digérables, pour faire de l'argent, c'est intolérable, c'est criminel.

D'autres raisons pour ne pas servir de céréales sous forme de farine/bouillie aux moins de six mois? la salive du bébé ne possède encore que des traces minimes de ptyaline, enzyme nécessaire à la digestion des aliments amylacées (farineux); source: association ABS 31 Association Bio-Santé 31 hygiène de vie et diététique.

Si vos enfants ont moins de six mois, je ne veux ni peux vous conseiller, mais sachez juste: vous pouvez parfaitement cesser de donner des farineux issus de céréales, ou autres éléments et donner le sein à la place.... ce sera sans problème psychologique pour votre enfant, et cela permettra à son organisme d'évacuer les farineux entre autres et d'attendre d'être plus mature avant de prendre autre chose en plus de votre lait (ou du lait artificiel si l'enfant ne reçoit pas le sein).

LAIT DE VACHE MODIFIE OU NON

C'est un décrêt qui interdit la publicité du lait premier âge dans les magazines et medias grands publics; donc les industriels font de la publicités pour le lait deuxième âge, tendant à le montrer comme seul aliment possible, avec les "petits pots"; et bien il faut savoir que l'allaitement au sein continue au-delà de 6 mois et même au-delà de 2 ans (question de choix). Les enfants au lait artificiel doivent passer au lait deuxième âge, mais les enfants au lait humain peuvent (devraient) continuer au lait humain. Mais la publicité est tournée de telle manière qu'on vous dit: bon vous avez allaité, maintenant ça suffit, faudrait arrêter et dépenser des sous....

Quant au lait de vache, modifié (lait en poudre premier âge, deuxième âge, de suite...) il reste quand même créé pour des veaux et non pour des humains; nous sommes la seule race à avoir inventé les substituts (produits de remplacement) pour nos enfants et pour nos animaux de compagnie et même le bétail (à quel prix si l'on considère de générations d'adultes allergieque, et à quel prix pour ce qui est du substitut chez le bétail, avec un des résultats comme étant l'esb....);

Le lait de vache reste "dangereux" pour le bébé, le bambin et l'adulte, car vraiment pas adapté à l'humain (le choix de la vache est purement économique, industriel, rentabilité par rapport à l'anesse par exemple) pouvant aller jusqu'à provoquer des fissures anales outre les problèmes allergiques et digestifs.

En effet, le lait d'anesse, voire le lait de brebis, seraient plus adaptés pour l'humain. Mais ces femelles sont moins rentables que le bovidé.

Enfin, lait de vache, brebis, anesse, dès lors qu'il n'est pas pris directement "au pis", mais en bouteille, il ne s'adapte toujours pas aux besoins réels en temps réel des enfants, et n'apporte rien sur le plan santé; le lait maternel ne doit donc pas être stoppé pour être remplacé par un autre lait, du moins pas en dehors d'un choix de la mère purement personnel et d'un choix maternel non commercial et avec un avis médical..

Enfin l'allaitement au sein n'a pas de fin, puisque le lait humain créé par
la nature pour les humains, permet de nourrir sans carence, même un enfant de un an sans qu'il ne prenne autre chose que le sein. Tant que la mère n'est pas carencée, l'enfant ne sera pas carencé.

L'OMS (organisation mondiale de la santé) préconise: allaitement au sein exclusif jusqu'au 6 mois au moins de l'enfant, puis introduction progressive de solides en plus du sein jusqu'aux deux ans de l'enfant; et la moyenne mondiale d'allaitement au sein est de... cinq ans!

Faites confiance à l'OMS, et écoutez-vous vous, et écoutez l'enfant, ce sera le plus adéquat! Et aussi il n'y a pas de durée minimum non plus; chaque goutte de lait maternel compte!!

Merci d'avoir répondu à ce test, qui me permettra d'ouvrir le second volet de la diversification à l'écoute des enfants, non onéreuse, naturelle, et non contre la nature de l'appareil digestif de l'enfant.

Vous aurez noté que ce qui est un peu dénoncé:

le matraquage publicitaire qui nous fait croire que le "à partir de" est "obligatoire", n'est pas que matraquage anti-protection de l'allaitement au sein; pour les bébés au lait artificiel, les farines issues de céréales leur sont autant nocives (leur pancréas ne sécrète pas plus tôt ses enzymes), les purées compotes avant six mois ne sont pas recommandables, l'appareil digestif n'est pas plus mature..... Pas de prosélytisme, donc, juste un souci non financier de la santé de nos enfants. Nous avons le pouvoir de refuser d'abimer la santé de nos enfants. Et de refuser l'aspect économique représenté par ces industriels.