Espace TEMOIGNAGES > Allaiter ailleurs - contes
 

Témoignages:

Entre nous - ALLAITER AILLEURS - contes

 

 

 

Les outils du charpentier

(adapté d'un conte du Moyen-Orient, Pomme d'Ami, décembre 1999)

Un jour, dans l'atelier du charpentier, les outils se sont mis à parler;
L'un deux dit: "Ecoutez-moi, les amis, nous devons nous débarrasser de la scie, elle a des dents, elle pourrait mordre.".
Un autre dit: "Mettons le rabot dehors, il coupe et il épluche tout.
Débarrassons-nous aussi du marteau, il cogne et fait du bruit."
"Et les clous, dit un autre, qu'ils s'en aillent, ils sont trop pointus."

Tous étaient d'accord là-dessus: la vie serait plus belle sans eux.

Mais à ce moment-là, le charpentier entra dans l'atelier. Aussitôt il n'y eut plus un bruit. Le charpentier prit la scie qui avait des dents et le rabot qui épluche tout. Il prit le marteau qui cogne et les clous pointus.

Et avec tous ces outils, il fabriqua un berceau pour accueillir un bébé qui allait naître.

Les Mains d'or

(adapté d'un conte grec, Pomme d'Api de décembre 1999)

Il était une fois un homme qui venait d'avoir un enfant. Il aimait tellement cet enfant qu'il rêvait de tout lui offrir. Hélas il était pauvre.

Alors un matin, il partir à la recherche de l'arbre à souhaits. Il marcha mille jours et mille nuits. Quand enfin il le trouva, l'arbre lui demanda:Quel est ton voeu le plus cher?

L'homme réfléchit et il dit: "Je voudrais que tout ce que je touche se transforme en or".

L'arbre dit: Ce que tu veux, tu l'auras". Tout heureux, l'homme repartit; il marcha mille jours et mille nuits.

Quand il arriva chez lui, il attrapa la poignée de la porte et hop, elle se changea en or. Il caressa son chien et hop, il se changea en or. Le pauvre chien n'aboyait plus, il ne bougeait plus, il était transformé en statue.

Aussitôt sa femme lui cria: "Je t'en supplie, ne t'approche pas de notre enfant!". Alors l'homme s'assit loin de son fils. Et pendant mille jours et mille nuits, il pleura en regardant son enfant lui tendre les bras, en criant "Papa!".

Au mille et unième matin, l'homme repartit à la recherche de l'arbre à souhaits, pour le supplier d'exhaucer son voeu le plus cher: retrouver ses mains d'avant, ses mains de papa, pour prendre son enfant dans ses bras;