Espace allaitement > Espace professionnels de santé> manque de lait / insuffisance lactée primaire
 


Le manque de lait primaire, basique

 
Il peut y avoir un manque de lait primaire, soit conséquence de l'enfant et de sa stimulation/succion en défaut, soit provenant de la mère; chaque point peut être étudié et éliminé (on passe à un autre point ou bien on a trouvé); on peut le plus souvent "revenir" des manques de lait, même après du temps et de la galère; car rien n'est irréversible, nous sommes des humains... et nos seins sont bien sophistiqués!
 

Quelques causes infantiles - maternelles... et quelques solutions

Enfant dormant beaucoup

    L'enfant n'a pas de phase d'éveil type; on pense toujours que l'enfant, quand il s'éveille, se met à hurler; ouvre les yeux, bouge les poings.....
    Il y a des enfants dont les phases d'éveil sont visibles pour la personne attentive à leurs mouvements;
    Si l'enfant dort beaucoup, il ne peut appeler sa mère pour avoir la tétée! comme les seins ne sont pas vidés souvent, ils ne vont pas synthétiser de lait très rapidement, comme l'enfant va sûrement s'endormir en cours de tétée, les seins seront peu vidés et donc les seins synthétiseront juste de quoi remplacer ce qui a été prélevé...

    Un enfant qui dort beaucoup, va entraîner des tétées rares, espacées, une baisse de lait, il va se mettre en "veille" pour se protéger, et donc dormir encore plus, et donc téter encore moins;

    L'ENFANT VA PERDRE BEAUCOUP DE POIDS, LA MERE VA VOIR SA SECRETION LACTEE BAISSER;

    Cet enfant est un bon candidat à l'ictère!

    Pourquoi dort-il? naissance traumatisante, forceps.... ou encore dès le départ de mauvaises positions/prises en bouche/succion, ou peu de tétées entraînent une mise en "veille" rapide.

    Situation réversible à condition de s'y prendre à temps....

    dans un premier temps il faudra sûrement "remplir" l'enfant, quelqu'en soit la méthode, et prescrire un tire-lait double pompage pour que la mère tire son lait 8 fois par jour au moins; l'enfant pourra téter au sein puis prendre son complément, sachant que le complément pourra contenir le lait maternel recueilli au tire-lait, complété de lait en poudre si nécessaire; Petit must: ne pas donner au biberon, mais au DAL.

 

    Pour éviter le phénomène du bébé dormeur qui va perdre du poids et se mettre en danger: il ne faut pas suivre les "anciennes prescriptions" de donner le sein toutes les trois heures ou quatre heures"....

    Montrer aux mères que l'enfant même dormant, a des phases d'éveil, dont elle peut profiter pour mettre l'enfant au sein.... phase d'éveil entre deux trains de sommeil, mouvements oculaires, mouvements de succion, poing porté à la main, ce sont LES INDICATEURS que l'enfant a besoin de téter, même s'il semble dormir; TOUTE MERE QUI ACCOUCHE doit connaître ces signaux; ainsi il n'y aura plus d'enfant placide, endormi, ne tétant pas et terminant deshydraté, avec la cascade de catastrophe morale pour la mère....

    Une grosse bêtise, qui entraîna tous ces manques de lait il y a 40 ans et après, est de dire: donnez le sein toutes les trois heures; physiologiquement, on sait que ça ne peut pas marcher longtemps, ou alors chez certaines rares femmes.

    L'on dit souvent: donner le sein à la demande de l'enfant; moi je ne suis pas d'accord; avant même de commencer ma formation de consultante en lactation, j'ai toujours précisé "SAUF si l'enfant est placide dormeur s'il ne réclame pas le sein"


L'enfant n'arrive pas à prendre le sein

Vraisemblablement, cet enfant a besoin d'une visite chez un osthéopathe, pour faire vérifier:

son rétrognatisme, l'équilibre de sa mâchoire, une gêne touchant de près OU DE LOIN à son oralité;

J'ai noté des mamans qui ont dû tirer leur lait 8 fois par jour pour nourrir l'enfant à la tasse, et voir enfin vers l'âge de 20 jours, leur enfant prendre le sein CORRECTEMENT, après une naissance par forceps.

L'enfant né par forceps a vu son oralité vraiment touchée, cet enfant ne peut pas téter correctement, sa langue reste rentrée souvent, comme autre point;

L'enfant qui ne tète pas les seins, ne prélève pas de lait; il finit par ne plus réclamer, pour se mettre "en veille", jusqu'à ce qu'on se rende compte de son état de santé déshydration grosse perte de poids etc...

Les seins eux, ne sont pas vidés par l'enfant, donc ils cessent de produire du lait au bout de quelques "tétées manquées".

La stratégie consiste à prescrire un tire-lait double pompage à la mère, pour qu'elle tire son lait 8 fois par jour, et à nourrir l'enfant à la tasse.... Ca marche! avec de la patience... mais ça marche!

Bon candidat à l'ictère; par pitié, ne dites pas à la mère que c'est à cause de son lait!! c'est parce que l'enfant a été incapable de prélever assez de lait pour éliminer la bilirubine.

L'enfant est prématuré, hospitalisé, il faudra employer un tire-lait pour le nourrir via une sonde, ou un dispositif type tasse, biberon

    Il peut arriver que, séparée de son enfant, la mise en route de la lactation d'une jeune accouchée soit difficile. Si le lait maternel est un merveilleux relationnel, le seul peut-être qui soit concrêt, en ce moment de séparation, il se produit parfois que l'aspiration du tire-lait ne vaille pas la succion du bébé;

    En attendant qu el'enfant puisse téter au sein,la mère doit IMPERATIVEMENT exprimer son lait avec un tire-lait double pompage, 8 fois par jour, et se mettre en surproduction à raison de 150% de ce que prendrait un enfant né à terme. SINON cette maman risque de manquer de lait au bout d'un mois.

    C'est temporaire, il faut:

    • il sera possible de relancer la lactation, mais peu aisé
    • la mère pourra s'appuyer sur des photos, un pyjama non lavé de Bébé, en attendant de mettre effectivement Bébé au sein,
    • la mère devra se faire soutenir moralement.,
    • autant que possible l'enfant recevra le lait de sa mère, il ira au sein (on sait que l'antienne "il doit savoir d'abord boire au biberon" est fausse, sans fondement), idéalement, l'enfant ne recevra pas de biberon,

    Si la mère est absente, l'équipe peut utiliser une Soft-cup;

    La mère étant présente, elle peut employer un dispositif assez génial et méconnu, qui permet de mettre Bébé au sein, et de le faire boire du lait par un tuyau, c'est le DAL. Pour en savoir plus....

L'enfant est handicapé

souffrant de troubles neurologiques, chromosomiques, l'enfant a droit au lait maternel, et si possible au sein; veiller aux états d'éveil de l'enfant sera prépondérant;

Cet enfant vide mal le sein, parce qu'il est fatigué, peu tonique, ou trop énervé, parce qu'il souffre d'inappétence, donc il prélève peu et donc risque un problème de grosse perte de poids/déshydratation , mais les seins quant à eux, ne sont pas vidés souvent ni beaucoup, donc re-produisent peu et lentement.

Des stimulations du corps, de l'oralité, seront nécessaires.
Certaines positions d'allaitement seront à privilégier, dont les positions avec la main en DanCer;
Parfois plutôt dans une pièce lumineuse, parfois plutôt dans le calme;

Il faudra assurer des tétées courtes (enfant se fatiguant vite) mais fréquente, peut-être s'aider d'un DAL pour compléter...

La mère a subi une réduction mammaire

    tout dépend de la technique employée, de quand date l'intervention (plus elle est ancienne et plus il y a de chance que cela ait cicatrisé) ET aussi:

    • si les canaux lactifères ont été sectionnés ou non,

      si ces canaux n'ont pas été sectionnés, la mère devrait pouvoir allaiter, et dans plusieurs cas, sans compléments, il faudra une large information pour bien sécréter, et du soutien, du papa, si possible de l'entourage, ET d'une association.

    • si les nerfs ont été sectionnés ou non (innervation du ou des mamelons)

      si ces nerfs n'ont pas été sectionnés, la mère devrait pouvoir allaiter.

    • si les deux seins ont été opérés ou non.

      si un seul sein a été opéré, et selon le cas: canaux, nerfs sectionnés, vous donnerez les deux seins ou un seul sein (et croyez-moi, un seul sein peut suffire à allaiter même des jumeaux)

    • l'état du tissu cicatriciel

      il peut se produire que Bébé a du mal à téter; on peut envisager de tirer votre lait et le donner à la tasse; quand il aura pris de la vigueur, Bébé essaiera à nouveau le sein; si cela ne convient toujours pas, il peut être envisagé de continuer à tirer le lait, et le donner au biberon.

    La technique "en lambeau" ou l'on a décollé le complexe mamelon/aréole resté connecté à la glande, permet l'allaitement, alors qu'un découpage total du complexe mamelon/aréole totalement désolidarisé de la glande, entraîne un gros risque d'insuffisance de lait.

 

La mère a subi une augmentation mammaire

    Normalement, les techniques employées n'empêchent pas la lactation; du moins, les cliniques se vantent de techniques récentes n'empêchant pas d'allaiter. Pour les interventions plus anciennes, tout dépend du type d'intervention, ce qui a été fait.

    Lisre ce qui précède, concernant l'état des canaux lactifères, des nerfs, du tissu cicatriciel du mamelon, du temps écoulé depuis l'intervention, de la technique, se poser aussi la question: si chirurgie d'augmentation mammaire c'est peut-être qu'il n'ry avait pas grand chose "avant";

    Se renseigner auprès du chirurgien, et encourager à une aide par des conseillers en allaitement..

La mère a subi une intervention au niveau des seins.... pas forcément esthétique

Toute brûlure importante sur les seins... Toute intervention ayant nécessité le passage d'un drain entre deux côtes.... y compris lors de la propre naissance de la mère....

Rétention placentaire

Plus courante qu'on pourrait le croire au XXIe siècle, la rétention placentaire est suffisnte pour que ce petit bout de placenta continue de faire croire au cerveau que le bébé est toujours là; la lactation ne se met pas en place; l'enfant prélève très peu de lait, finit par se mettre en veille, chute de poids/déshydratation, a pu faire un ictère.....

Si une femme a peu de lait, la première question est: avez-vous encore un écoulement sanguin rouge brillant?

Hypoplasie

Schémas suivront; l'on sait que le sein a plusieurs périodes de développement, croissance; la période la plus caractéristique est la grossesse, qui voit les seins continuer à se développer au-delà du moment où l'ovule est pondu; il est important de bien examiner les seins, de regarder:

s'il y a bien des rondeurs aussi bien dans la région supérieure qu'inférieure, externe qu'interne; si hypoplasie, monolatérale ou bilatérale, il y a un risque de manque de lait pour une première grossesse, ça dépend concernant une deuxième grossesse.

Asymétrie

Les seins à l'instar du restant du corps, sont légèrement asymétriques; LEGEREMENT. Si l'asymétrie est visible, saute aux yeux, il y a risque de manque de lait;

Schémas suivront;

Seins tubulaires

en forme d'ogives ou obus, (rien à voir avec l'expression "j'ai des seins comme des obus", qui signifie des seins énormes, comme des pastèques), ces seins entraînent des insuffisances de sécrétion lactée; ils n'ont rien à voir avec les seins "cassés" à l'Africaine, où là il y intervention de l'Homme pour donner une forme aux seins, dans les seins tubulaires quelque chose s'est produit ou pas produit plutôt, dans chaque période de croissance/prolifération du parenchyme. On y note donc cet aspect ogive, obus, voire projection en cone de la zone aréole/mamelon. Peut avoir été précédé de seins hypoplasiques avant la grossesse.

Trouble hormonal pré-post

Tout trouble hormonal non contre-balancé par des médicaments peut entraver le développement et la croissance des seins durant la grossesse, et/ou peut entraver le fonctionnement des seins lactants.

Problèmes de thyroïde: il "suffit" d'un bon traitement hormonal pour contre-balancer la situation......

Le diabète lui ne touche pas à l'allaitement, en dehors du fait que la mère passera du mode colostral au mode lacté avec un retard de 24 à 48h pour des raisons de "balance" de l'insuline, entre celle dont elle a besoin pour gérer son sucre, et celle nécessaire au démarrage de l'allaitement; ça ne pose pas de problème d'allaitement, l'enfant ne sera pas en manque s'il a du colostrum un peu plus longtemps.

syndrôme de Sheehan

Hémorragie suivant l'accouchement, dans certains cas, entraînant une nécrose de l'hypophyse, il est bien évident que les hormones de la lactation ne pourront plus être assurées correctement, à noter que ce peut être pareil concernant les autres hormones....

Suite du volet - à venir!

En savoir plus sur les baisses de lait,

sur bien relancer la lactation,

 

NOUS SOMMES ORGANISME DE FORMATION - en savoir plus avec nous....