| Espace allaitement   | Espace grossesse   | Espace maternage   | Espace professionnels   |
   Espace professionnels de santé>ADJ+> intervention Congrès LLL 1999
 
 
  Retour Accueil du site
 



 

ADJ+
www.allaitement-jumeaux.com
Soutien aux mères
Organisme de formation

 

 

Joyeux Noël

L'ADJ+ vous souhaite un Joyeux Noël!

MOTILIUM....


 
 

2011: notre Expo photos Le Mur du Sein a 10 ans ;
J'ai 5 ans de certification IBCLC
2009 : L'ADJ+ est officialisée depuis 10 ans


 
 

PROCHAINEMENT, une journée du type de celle du 8 mars!


 

Journée d’information continue Positionnement, prise en bouche, succion – la fin des crevasses Une crevasse, d’où vient-elle, comment y remédier

 

 

Depuis le 1er trimestre 2006: l'ADJ+ est devenu organisme de formation; nous pouvons organiser des sessions de 2 jours, 5 jours ...en vos locaux, ou dans un parc situé en Auvergne. Merci de nous contacter pour évaluer vos besoins - exemple: anatomie, physiologie du sein, mamelons douloureux, seins douloureux, enfants à problème, allaitement et pathologies chez la mère ou l'enfant etc.

Pour vous former: une consultante en lactation IBCLC disposant de 8000h de formation et pratique, qui est également formatrice d'adultes; l'organisme fait appel à d'autres personnes:

  • un membre de notre équipe, titulaire du DU lactation humaine et médecin,

  • et des consultantes et à spécialisées en fonction des modules. (pharmacologie par exemple)

 
 

L'espace allaitement peut donner de nombreuses informations grand public mais de qualité et qui vous apprendront bien des éléments;

  Association
    - Actions de formation et informations
    - Nous contacter
    - Publications
    - Bibliothèque
    - Matériel (et produits)
    - une utopie
     
  Mémoires, analyses
     
  Lait maternel, vrai vaccin naturel
    agents anti-infectieux du LM
     
  Seins
    Allaiter des jumeaux, est-ce possible?
    genèse du sein à venir
    glande ou réservoir
    sein relationnel
     
     
  Lait maternel
    insuffisance primaire
    baisses de lait causes
    augmenter sécrétion
  voir temporairement espace allaitement
  Seins douloureux
    - Lymphangite
    - Muguet
  voir temporairement espace allaitement
    - Médicaments
    généralités - newman
    Médicaments qui coupent/ abaissent la lactation
     
  Entre nous
    - quelques actions d'information
    - Congrès LLL 1999
    - net médical, liens
    - magazines prof. santé
    - cas cliniques
     
  Formations
    -organismes formateurs
     
  Dr Newman feuillets
     
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Dr Newman pédiatre a réalisé différents feuillets pour praticiens et grand public
 
1. Le bon départ.
2. Les coliques du bébé allaité
3. Les mamelons douloureux
4. Mon bébé reçoit-il assez de lait?
5. Utilisation dispositif d'aide à la lactation (DAL)
6. Utilisation du violet de gentiane (candidose)
7. Allaitement et jaunisse
8. Alimentation au doigt
9 a. Vous pouvez encore allaiter
9 b : Médicaments et allaitement
10. Les autres aliments
11. Quelques mythes
12. D'autres mythes
13. Encore d'autres mythes
14. Toujours d'autres mythes
15. Compression du sein
16. Commencer l'alimentation solide
17. Comment nourrir le bébé quand la mère travaille hors de la maison
18. Comment savoir qu'un professionnel ne soutient pas l'allaitement
19. Dompéridone - induire une sécrétion lactée
20. Flucanazole (Diflucan) (candidose)
21. Allaitement d'un bambin
22. Canaux bouchés et mastites
23. Allaiter un bébé adopté
24. Traitements de problèmes
25. Risques de l'alimentation artificielle (références scientifiques)
26. Culpabilité et allaitement.
     
  Galerie photo / vidéos
    - Expo le Mur du sein
    - Photos perso
    - Vidéos
     
  Chercher
     
  Trève de Noël, seules les patientes en cabinet et les adhérentes pourront me joindre sur mon cellulaire du 22/12 au 07/01 2016
   

 


 

 

 
 
 

Congrès annuel de La Leche League, à Dourdan, octobre 1999

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui suit est la trame première de la session Allaitement des jumeaux, que j'ai eu l'honneur d'animer au congrès annuel de La Leche League, à Dourdan, octobre 1999. Devant puéricultrices, infirmière, animatrices LLL, j'ai essayé de parler des difficultés de l'allaitement des jumeaux, et nos échanges furent intéressants, grâce à l'auditoire venant de différentes parties de France (et donc d'hôpitaux différents), mais aussi venant de Belgique, de Suisse.

Bien sûr, ce que j'ai dit et les échanges ne sont pas sur ce document, il s'agissait pour moi d'avoir une trame, des sujets essentiels à mentionner. Il est certainement bon pour tout professionnel de la santé de lire ouvertement ce document, qui est un plaidoyer, pas un simple brouillon de discours.

De nos échanges (dont l'impossibilité de s'accorder sur les valeurs des "dextro" y compris entre équipes de puéricultrices) il est résulté une chose: il y a beaucoup à faire pour faire connaître l'allaitement, et aussi pour faire connaître les principaux soucis rencontrés dans la gémellité, dans l'allaitement gémellaire, un besoin constant de coopération entre professionnels de la santé et associations.

Une ultime précision: si l'idée m'a effleurée, parfois de penser: " ah, si toutes les femmes allaitaient complètement leurs jumeaux", mais en fait, j'aimerais préciser mon idée réelle: j'aimerais que les femmes soient informées de ce qu'elles peuvent allaiter complètement leurs jumeaux, que le mixte ne soit plus l'idée imposée mais choix personnel.

Merci enfin, à La Leche League, de m'avoir témoigné sa confiance.

TOUT POUR LE BIBERON

L'allaitement des jumeaux est une chose encore méconnue des mères qui ignorent qu'elles peuvent allaiter plusieurs enfants; c'est le doute sur la quantité de lait; nos grands-mères, puis nos mères, ayant été fortement enjointes de donner du lait artificiel, on a oublié que si notre espèce est sur Terre depuis plusieurs centaines de milliers d'années, c'est grâce au lait maternel. Cette amnésie se retrouve déjà dans l'allaitement d'un enfant.

L'allaitement maternel est également mal connu ou parfois délibérément ignoré du personnel médical; nombre de médecins déconseille l'allaitement qui va "fatiguer inutilement" la mère, quand il n'est pas "considéré comme inutile"; "on fait de très bons laits maternisés", n'est-ce pas? voire avant même l'accouchement, les médecins préviennent la future mère qu'elle devra accepter des compléments. J'emploie volontairement le terme "lait maternisé" qui appuie bien la facilité avec laquelle on propose des substituts, dont on dit qu'ils sont totalement identiques au lait maternel.


ASPECT PRATIQUE

Sans même entrer dans les détails des tours de lait, les équipes en maternité trouvent également très facile de distribuer des biberons aux bébés, d'en proposer systématiquement aux mères, même celles qui allaitent; il n'y a jamais besoin de montrer comment on donne des biberons, alors que pour aider une mère à mettre au sein et à établir une bonne lactation, cela prend du temps et de l'énergie..... en double pour ce qui nous concerne, mères de jumeaux.

ASPECT FINANCIER

De plus, les équipes semblent motivées à faire donner des biberons, car on représente un sacré potentiel financier également, avec des besoins en substituts du lait maternel doublés....

DEFENSE DE MATERNER

De plus, dans ce nouveau mode familial aseptisé qu'est devenue la relation mère-enfant, le personnel médical propose souvent le mixte dont on sait parfaitement que cela empêche la lactation; "reposez-vous, donnez-nous vos enfants pour la nuit, vous êtes là pour dormir..." Il est inconcevable de dormir avec ses enfants, de donner la tétée à la demande..

Ces réflexions, ces actes s'adressent à toutes, mères d'un enfant, ou de jumeaux, mais peut-être plus aux mères de multiples, car "on en a toujours un au sein" "on n'est pas encore douchée" "on n'a pas encore fini son repas" etc. Que d'arguments, n'est-ce pas?

Ignorance, désintérêt de la part de l'entourage, de la société, des praticiens, entraînent une difficulté accrue de l'allaitement maternel des jumeaux. Car on a perdu confiance en l'allaitement maternel on ne croit plus au sein, encore moins au sein d'une mère de jumeaux.

 

PHYSIOLOGIE

A cela s'ajoutent les problèmes que je qualifierais de physiologiques, qui sont plus particuliers à la gémellité-triplicité comme: risque de petit poids, faible succion, prématurité (petite ou grande), et un aspect très mental qui est la gémellisation /dégémellisation.

J'ai eu la grande chance d'accoucher de mes deux garçons par les voies basses, à 8 mois et 1 semaine.


AUCUNE INTIMITE

L'accouchement gémellaire a cela de caractéristique qu'on accouche devant 6 à 7 personnes, plus le papa. Dans le genre intime, je suis persuadée qu'on peut faire mieux, et pourtant cela peut se justifier, dans le sens qu'il faut deux équipes: une par enfant, plus bien sûr l'équipe qui accouche la mère.

PAS DE CONTACT CHARNEL

Ce qui est assez difficile et qui couronne l'accouchement gémellaire, c'est que à peine votre premier-né est posé sur le ventre maternel, qu'il en est retiré, que l'équipe médicale se met en place pour l'arrivée du second enfant.

Il peut sembler difficile de pousser pour faire naître le jumeau, tout en gardant le premier-né sur le ventre, ce serait incongru. Ce manque total de contact charnel mère-enfant, se retrouve certes dans la majorité des accouchements simples : l'enfant nait, on le laisse quelques minutes à la mère-on lui reprend l'enfant pour l'agpar, l'anthropométrie....

Mais, ici, on fait fort : on pense agpar, visite médicale, et arrivée du deuxième, et non pas relation charnelle, ni même bras paternels, si effectivement le jumeau se hâte de rejoindre le premier- né.

Un double accouchement donc, avec le premier-né évacué en hâte -même sans nécessité pathologique! (relativisons... toutes les naissances ne sont pas sur cet unique schéma non plus!)


J'avais toutes mes chances de réussir mon allaitement dès le départ: pas de néonatalogie, pas de césarienne et une tétée précoce au début de la deuxième heure, en salle de naissance, mais ...



FAIBLE SUCCION

Le premier problème rencontré est le fait que Maximilien semblait ne pas savoir téter.

Son extraction brusque et totalement injustifiée à mon sens, par le siège, est peut-être aussi cause de son manque de vigueur de succion, et pas seulement son poids de 2400g. On peut imaginer un mini-traumatisme?
Toujours est-il que la première mise au sein eut lieu 1h après la naissance, avec un bébé hurlant, ne sachant prendre le sein, et une maman un peu dépassée par cela.

L'aide concrète de la sage-femme allaitement eut lieu le lendemain, 18h plus tard....(Alexandre lui eut une bonne première tétée)

Premier problème donc: un bébé ne sachant pas téter, et manquant de vigueur de succion.

DEXTROS

Est-ce la gémellité? la naissance à 8 mois 1 semaine? le petit poids (2400 et 2510 g)? les puéricultrices se sont vite mises en veine... de faire des dextro qui étaient "si bas" avec des guillemets qu'on a imposé des compléments.

On me culpabilisa, parce que je ne faisais pas du mixte comme l'autre maman de jumeaux à côté, elle au moins avait le temps de se doucher (en fait de douche, je me douchais chaque matin à 6h). Je refusais l'idée du mixte.

Et de donner des compléments, me proposa-t-on les deux premiers jours? Mais enfin, puisque j'ai du colostrum, pourquoi est-ce que je donnerais des compléments?

Mais les enfants ne reprenaient pas leur poids de naissance! et le lait ne "montait" pas. Et les dextros étaient bas.

Alors moi, ingénue que j'étais, j'étais si heureuse de laisser les visiteurs donner ces biberons tout prêts...
Pauvre de moi, qui par mon manque d'information, et mon incapacité à m'affirmer, retardait la montée laiteuse, et reculait ma potentialité à allaiter à 100%! Et pourquoi ne m'a-t-on pas proposé des compléments de lait de femme? Et pourquoi le biberon comme dispositif?

LA PANACEE - VOUS N'AUREZ JAMAIS DE LAIT

Ces compléments que j'ai finalement donnés m'ont été présentés comme LA panacée, ce qu'il fallait à mes enfants, qui ne prenaient pas de poids depuis leur naissance.

Il faut rappeler qu'une infirmière venait deux fois par jour, pour me demander si j'avais du lait, et elle conclut finalement, le 5e jour, que je n'en aurai jamais, que c'était trop tard.....une maman d'une autre maternité eut la visite toutes les trois heures d'une infirmière qui lui tâtait les aisselles, et comme rien ne gonflait, ses jumeaux recevaient un biberon... Il n'y avait pas de mise au sein
Pourquoi m'obstiner à allaiter? à allaiter des jumeaux d'autant plus? me demanda-t-elle? Ce 5e jour, après qu'elle m'eut assené son coup de grâce, j'appelais mon mari, en larmes; ce fut lui qui me rassura, qui me dit que du lait j'en aurais, qu'il ne fallait pas que j'écoute cette infirmière.. je me rappelle, c'était un dimanche!

A croire qu'allaiter un bébé, cela peut éventuellement se concevoir, mais deux, cela ne vaut pas le coup!!



FAIBLE VIGUEUR ET DESINTERET DU PERSONNEL

Le lait arrive enfin; mes seins avaient gonflé. Maximilien plus faible que son frère, n'arriva plus à téter alors qu'enfin, nous avions des tétées paisibles-je restai ces 5e, 6e et 7e jours à pleurer face à des mises au sein à nouveau infructueuses, un personnel tardant à venir jour ou nuit, mettant souvent plus de 3/4 d'heures pour venir me voir...

"J'ai des biberons à donner à tout l'étage" me fut-il répliqué parfois.

Jusqu'au soir (7e jour) où une sage-femme eut enfin l'idée: Maximilien n'avait pas assez de force pour téter un sein gorgé de lait: "tirons un peu de lait et donnons-le.. au biberon".
Ce n'était pas la panacée comme conseil, mais c'était enfin le premier conseil en trois jours de larmes, de désespoir, et culpabilité. Malchance, la sage-femme allaitement était absente pendant ces trois jours-là....
Par contre, de me faire courir pour filer vite réfrigérer mon lait, et de courir stériliser le tire-lait, cette vieille mécanique bruyante!

DES DEXTROS PAS SI MAUVAIS

La pédiatre vint enfin en consultation le 7e jour, pour me dire que les compléments étaient inutiles, les dextros n'étant pas si mauvais que cela. "Donnez des compléments si vos enfants donnent l'air d'avoir encore faim".
Voilà enfin un petit élément: les dextros n'étaient pas si bas....mais enfin, dans l'intervalle, on avait retardé ma lactation, et l'effet optimal sur la santé par l'allaitement maternel était un peu corrompu! Et la porte restait ouverte, tout de même, aux compléments par cette petite phrase sybilline: "si vos bébés donnent l'air d'avoir encore faim", alors qu'un bébé peut avoir envie de téter sans être affamé pour autant!

On calcule qu'il faut un complément à un enfant

  •         Parce qu'il pèse hors norme (quoique 2400g pour 8 mois est quand même un poids correct, même pour une grossesse simple, mais ce n'est pas le poids "normal" de naissance de 3kg-3.5kg)
  •         parce qu'il est un jumeau ou plus


    Cela est même parfois décidé avant l'accouchement même, une future maman qui m'a récemment contactée m'a dit qu'elle était fort heureuse de me voir, car son médecin avait acquiescé: oui elle pourrait allaiter, mais il avait dit qu'il lui faudrait accepter des compléments.
    Les enfants ne sont donc pas encore nés que leur régime est établi, qu'on met déjà en doute, les capacités de la mère à allaiter ses jumeaux. On ne se donne même pas la peine de conseiller ces futures mères ni de les adresser à des personnes compétentes.



Ces problèmes physiologiques: méconnaissance de la tétée, manque de vigueur car faible poids, incapacité à téter un sein désormais trop gorgé de lait, s'ils m'ont fait souffrir moralement, ne semblent pourtant pas grand chose face à la réalité rencontrée par certaines mères de jumeaux: césarienne, néonatalogie.



INTERET DE LA PERIDURALE - EPEE DE DAMOCLES

Il est clair que désormais en France, qui n'accouche pas par péridurale est une exception. Dans la surmédicalisation de l'accouchement, on est très fort mais à bon escient néanmoins, pour l'accouchement gémellaire; effectivement, la grande tendance est à la césarienne, mais commence à n'être faite que quand c'est nécessaire; nombre d'accouchements commencent par les voies basses, et l'intérêt pour nous, mamans de jumeaux, est de demander la péridurale, car si l'accouchement devait se transformer en intervention chirurgicale, hors cas particulier, la péridurale permet d'adapter l'anesthésie à la césarienne;

s'il n'y a pas péridurale, c'est l'anesthésie générale! et tétée bien retardée!!

La péridurale nous permet donc de ne pas vivre l'accouchement avec une épée de Damoclès-j'avouerai concernant la péridurale, que je l'ai demandée volontairement, à la dernière limite, c'était à la limite du "trop tard", et elle fut très bien faite, j'ai toujours continué à sentir les bébés bouger, puis sortir de mon corps.



CESARIENNE

Pour revenir à la césarienne, si elle est faite, la douleur, et le manque de mobilité conséquents poussent parfois à négliger d'apporter une aide plus particulière à la jeune accouchée: on tarde un peu à venir apporter un bébé dans le lit de la mère, puis le second, on oublie d'expliquer, de montrer qu'il existe des moyens de rester allongée sur le même côté, et d'allaiter le premier, puis le second enfant aux deux seins, mais sans se retourner...

NEONATALOGIE

La néonatalogie quant à elle.... il semblerait qu'on commence à proposer aux mères de tirer leur lait pour leurs enfants, d'après un appel téléphonique récent au lactarium de Paris. Mais dans le cadre de mon soutien aux mères de jumeaux, une maman m'a dit plus tard qu'elle était passée pour une extra-terrestre à vouloir allaiter des jumeaux, déjà, et des prémas en plus; ce fut grâce à mes conseils et à mon soutien qu'elle put s'imposer, imposer son vouloir, son allaitement, et voir ses enfants grandir, pousser, plus vite que les autres..... quelle joie! et revanche aussi!

Je pense que les mères, une fois qu'elles sont au sein du lactarium, sont aidées; mais la démarche consistant à proposer à l'accouchée d'exprimer son lait, c'est-à-dire l'étape précédente, pèche encore. Il faut que les équipes médicales cessent de culpabiliser les mères qui expriment leur lait, pour leurs enfants hospitalisés; il faut qu'elles encouragent au contraire ces actions, et qu'elles se rendent disponibles pour les tentatives de mises au sein, car ce geste est aussi un geste entrant dans le cadre du traitement médical des enfants, ce lait les sauve, ce geste maternel les sauve, au même titre que les alarmes, les respirateurs, les cathéters....



MANQUE DE COURAGE DE S'AFFIRMER

Tous ces problèmes physiologiques:

    • manque de vigueur car faible poids,
    • méconnaissance de la tétée,
    • incapacité à téter un sein désormais trop gorgé de lait,
    • et relactation difficile, elle m'a pris un bon mois,

ont entraîné des larmes, face à mon ignorance, face à mon incapacité aussi, à m'affirmer. Je n'ai jamais eu la force de dire "merde" au personnel, je n'ai jamais eu le courage de ne pas donner le complément (en plus, mes enfants ne prenaient pas de poids, leurs "dextro" étaient soi-disant trop bas, comment voulez-vous que la mère fasse le bon choix pour son allaitement, quand elle est ignare, à la limite d'être une mauvaise mère en ne prenant pas bien soin de la santé de ses bébés?
J'étais pendant ma grossesse, bien trop sûre de moi-même, dans le sens où dès le moment où j'ai su que je pouvais allaiter à 100% je ne suis pas allée plus loin dans mes démarches...

 

GEMELLITE

La gemellité signifie deux enfants à nourrir, et plusieurs questions conséquentes.

La future mère peut donc se demander si elle ne va pas passer son temps à donner le sein. C'est d'ailleurs un argument de certains professionnels de la santé pour encourager le mixte ou pour carrément décourager du sein.

L'autre question est: dois-je réveiller le second pour lui faire suivre la tétée du premier?

L'allaitement à la demande est un point qui peut rebuter la future mère, ou la mère.

"Passer son temps un bébé au sein" est une idée préconçue dont il faut préciser que ce n'est pas toujours vrai.

Souvent au bout de quelques semaines, les tétées se régulent un peu, mais il faut effectivement aller au-delà de ces semaines. Quant à faire suivre les tétées d'un bébé puis l'autre, on sort ici du cadre de l'allaitement à la demande

L'interrogation maternelle peut d'ailleurs être: faut-il vraiment donner à la demande? est-ce qu'on ne peut pas donner le sein toutes les trois heures? Il faut donc comprendre cette mère qui peut finalement opter pour le substitut de lait, carrément, à cause de ce point-là uniquement.

OUBLI DE L'AIDE EXTERIEURE

Et j'ai oublié que je pouvais demander de l'aide, à l'extérieur de la maternité; plus tard, je me suis demandé pourquoi je n'avais même pas contacté la sage-femme qui m'avait suivie.

SOUTIEN ASSOCIATIF PRIMORDIAL

C'est pourquoi dans cette période-là, il faut informer les futures mères de jumeaux comme les autres futures mères d'un enfant, mais les mettre en garde, beaucoup plus, et les assurer de notre disponibilité même après l'accouchement, voire surtout après l'accouchement. Dire qu'on est là, pas dérangé par leur appel.

J'ai connu un échec: j'avais aidé en pré-natal une famille-le grand-père m'annonce la naissance des enfants, et leur allaitement à 100%, je félicite la famille, rappelant qu'en cas de problème, je suis là-4 mois plus tard, j'apprenais que la mère avait rencontré des difficultés, avait cessé l'allaitement. J'ai beaucoup culpabilisé, mais la famille n'est pas venue à moi dans ces problèmes-là. La question pourrait être: quand on a les coordonnées de la famille, doit-on les recontacter?


L'association, parmi tous ses rôles, est information, soutien, et un peu détective.

Outre l'information et l'action sur les points évoqués tel petits poids, méconnaissance de la tétée, faible vigueur etc. l'environnement doit être DEVINE: investissement paternel, soutien de l'entourage...

Un entourage décourageant peut se révéler catrastrophique pour le moral; s'entendre dire:

"mais enfin allaiter des jumeaux, tu n'auras jamais assez de lait, tu vas arrêter d'allaiter, il faut les sevrer"...

 

La gémellité et la gémellisation sont un dernier élément:

l'arrivée simultanée de deux enfants est prenante, fatigante, éprouvante, surtout quand par choix ou nécessité, on ne peut être aidé ou soutenu par l'entourage (s'il se montre négatif par exemple).

La charge représentée par deux nourrissons qui ont les mêmes besoins en même temps...

L'aspect psychologique de la mère qui ne sait plus quel bébé prendre dans ses bras, qui se demande si l'un des bébés n'a pas été trop négligé?

Cette impuissance, ce désarmement, peut se prolonger, d'ailleurs.

J'ai noté cependant que cet aspect de la gémellité ouvait être facteur d'allaitement: on allaite ses jumeaux, parfois justement parce que ce sont des jumeaux, parce que ces tétées seront des câlins supplémentaires- et là l'allaitement d'un bébé à la fois répond à ces besoins profonds de la mère.


Personnellement, c'est dans un autre domaine de l'allaitement que je souhaite remercier une jeune femme

sûrement parmi nous aujourd'hui, Anne-Noël Cailleretz, qui n'a pas hésité à se mobiliser, en semaine, en week-end, oui même le dimanche, pour un mauvais muguet et la relactation de mes jumeaux : cela, c'est une autre histoire, et aussi Claude Didier-Jean, récemment, qui m'a rassurée alors que je craignais de devoir sevrer mes enfants il y a quelques semaines, à cause de douleurs au ventre. Ce furent les seuls points épineux que j'ai rencontrés, car l'allaitement à nouveau à 100% le jour de leurs 3 mois s'est poursuivi jusqu'à ce jour: Alexandre et Maximilien ont 2 ans.

En fait les enfants 15 mois après, tétaient de temps à autre….)

 

SOUTIEN DES EQUIPES MEDICALES

Le soutien des équipes médicales: en gynécologie, en néonatalogie, en pédiatrie, doit absolument s'accroître. C'est un fait, dont on sait que l'initiative Hôpitaux Amis des Bébés ne fut pas souhaitée par les maternités françaises.

Il ne faut cependant pas généraliser le comportement des maternités, et je voudrais ici rendre hommage à des praticiens que j'ai été amenée à connaître, dans le cadre de mon soutien aux (futures) mères de jumeaux, des hommes, des femmes, qui s'impliquent dans leurs services, protégeant l'allaitement maternel des bébés, seul, jumeaux, triplets....

SOUTIEN PATERNEL

Et j'ai occulté tout du long une personne qui fut une épaule, mon mari, le père de mes enfants; ce fut lui qui me rassura, ce 5e jour où l'infirmière m'avait dit que c'était trop tard, que je n'aurais jamais de lait (et une heure après notre appel téléphonique, mon lait coulait à flot); ce fut lui qui dit un jour: bon tu veux re-allaiter, OK on y va mais on y va!; ce fut lui qui s'investit dans le maternage tandis que je donnais le sein à l'un des bébés, ne souhaitant pas allaiter simultanément, pour que chaque tétée fut personnelle, bien dédié à UN bébé... Ce personnage clé, a un grand rôle, tous les papas devraient s'investir dans leur paternité et dans l'allaitement maternel, et leur rôle quand il ne serait pas nourricier, est de paterner l'un des jumeaux quand la mère materne l'autre.

Les difficultés que j'ai rencontrées ont certes en partie motivé mon désir d'informer d'autres mères, pour que ce que j'ai vécu ne se renouvelle pas, quoiqu'au départ, je ne souhaitais que témoigner; mais c'est surtout le plaisir ressenti en deux ans d'allaitement qui fait que je souhaite partager ce bonheur; on peut allaiter des jumeaux-on peut passer le cap des difficultés-

mais surtout, on vit de merveilleux instants de bonheur avec nos deux enfants, l'allaitement maternel est une façon que j'ai eue de prendre mes enfants dans mes bras, et de leur dire: "je vous aime" avec mon lait, avec mon corps, avec mon coeur; ce fut mon moyen d'exprimer cet amour. C'est de là que découle mon désir d'aide aux mères de jumeaux, c'est pas seulement informer et soutenir, c'est aussi partager ces instants de bonheur.

 
 
 
Je tiens surtout à exprimer tous mes remerciements à Claude Didierjean de La Leche League qui m'a fait confiance, qui m'a conviée à intervenir sur l'allaitement des jumeaux, j'ai passé des moments inoubliables!
 
 
 
 
     
Copyright 1998-2004-2008-2015 sous dépôt auprès de la SGDL; toutes reproductions, copies et utilisations interdites sans autorisation